Christian Ahlmann domine André Thieme et Michael Pender à Hambourg

28 May 2022Auteur : Mélina Massias

Après Ludger Beerbaum et Katrin Eckermann, un autre Allemand s’est illustré sur les pistes du Longines Global Champions Tour. Cette fois, Christian Ahlmann a enfilé le costume de patron, s’offrant les honneurs à Hambourg, aux commandes du génial Dominator 2000 Z, aussi puissant que rapide. Le couple a supplanté son compatriote André Thieme, associée à la championne d’Europe en titre DSP Chakaria, ainsi que l’Irlandais Michael Pender, deuxième ex-aequo avec HHS Calais. 

Déjà en grande forme sur les précédentes étapes du Longines Global Champions Tour (LGCT), les Allemands ont enfoncé le clou à domicile. Sur la piste d’Hambourg, l’hymne germanique a de nouveau retenti, samedi 28 mai, à l’issue du Grand Prix 5*. Exit Ludger Beerbaum, auteur d’un parcours pour le moins surprenant avec Mila dans l’épreuve qualificative, et Katrin Eckermann, présente à Rome ce week-end, Christian Ahlmann a enfilé le costume de patron. Aux commandes de son surpuissant Dominator 2000 Z, dernier de la première manche de la Global Champions League (GCL) jeudi, en ouverture de la compétition, le cavalier du haras Zangersheide a montré un tout autre visage.

Christian Ahlmann et Dominator. © Longines Global Champions Tour

Après un premier parcours impeccable face aux nombreux obstacles alignés sur la vaste piste de Klein Flottbek par Frank Rothenberger, Christian Ahlmann s’est élancé au barrage face à sept autres concurrents. Le premier d’entre eux n’était autre qu’André Thieme, dernier rescapé qualifié pour le Grand Prix. En selle sur sa bouillonnante DSP Chakaria, née Carelia, sacrée championne d’Europe l’an dernier à Riesenbeck, le sympathique pilote, qui se montre relativement discret sur la scène internationale avec sa belle alezane, mais toujours performant, en témoigne sa victoire il y a trois semaines dans le Grand Prix CSIO 3* de Mannheim, a déjoué tous les pièges du tracé. Rebelote au barrage, où le duo, notamment vainqueur du Grand Prix à un million de dollars d’Ocala en 2021, a coupé la ligne d’arrivée en 51”33, laissant une petite marge à ses poursuivants. Deuxième à revenir en piste, Mario Stevens, qui aurait pu être privé de finale au chronomètre pour trois points de temps dépassé si le chef de piste n’avait pas rallongé le temps imparti en début d’épreuve, n’a pas pris tous les risques avec Starissa, un hongre de neuf ans, propulsé pour la première fois sur un terrain 5*. Affichant 52”00 au compteur en sortie de piste, le couple s’est contenté d’une belle quatrième place pour ses grands débuts en 5*. Juste derrière lui, un certain Marcus Ehning s’est glissé en cinquième place avec sa meilleure monture, Stargold. L’étalon de onze ans, vice-champion d’Europe par équipe, partage la même origine paternelle avec son cadet. Pour cause, tous deux sont nés à l’élevage Sprehe, en Allemagne. Sans une faute, concédé sur l'avant-dernier vertical du parcours, l’adorable Oldenbourg aurait pu prétendre à une deuxième place. Mais son chronomètre aurait de toute façon été trop lent - de quarante-cinq centièmes - pour détrôner le lauréat du jour.

Parti à toute allure avec son immense fils de Diamant de Semilly, Christian Ahlmann a serré ses courbes, se payant le luxe d’enjamber un pot de fleurs qui se trouvait sur son passage et a surtout déployé la gigantesque amplitude de son étalon noir pour aborder l’ultime oxer. Stratégie payante, qui a permis à la paire de couper la ligne d'arrivée en 50”51. “C’est fantastique de gagner face à son public. Malgré le temps qui n’est pas parfait, les tribunes sont pleines. Cela m’a donné un sentiment incroyable”, a réagi Christian Ahlmann. “Je connais bien la piste, tout comme Dominator. Nous avons connu des difficultés au début du concours, mais aujourd’hui il a sauté de façon formidable et a tout donné. Nous avons eu une journée parfaite. J’espérais décrocher ce ticket , mais je ne m’attendais pas à l’obtenir aujourd’hui.”

Déjà lauréats du Grand Prix 5* de Doha, en début d’année 2021, les deux complices réitèrent au plus haut niveau et prouvent, s’il le fallait encore, que la vitesse est aussi l’une de leur force. Deuxième à Samorin, Leipzig, Paris et Madrid, entre 2019 et 2021, Dominator devrait être à pleine maturité, du haut de ses douze ans, pour enregistrer de nouvelles victoires, et, pourquoi pas, permettre à son pilote de revêtir de nouveau la veste de la Mannschaft lors d’un grand championnat, ce qui n’est arrivé qu’une fois ces six dernières années, lors des Européens de Rotterdam, en 2019.

D’ailleurs, sur ses terres, l’équipe nationale allemande s’est montrée presque implacable. En plus d’avoir qualifié cinq des siens au barrage, le tir groupé était à un rien d’être parfait. Derrière Marcus Ehning, Gerrit Nieberg s’était ainsi hissé au sixième rang après un excellent premier tour et un barrage audacieux sur son gris, Blues d’Aveline CH, encore en rodage à ce niveau. Mais, le drapeau irlandais s’est immiscé au cœur de la suprématie germanique, par l’intermédiaire de l’inattendu Michael Pender. Malgré pléthore de victoires à son tableau de chasse, le pilote de vingt-deux ans, devenu le plus jeune vainqueur du Derby de Hickstead en 2019, s’est offert son meilleur classement à ce niveau d’épreuve, terminant deuxième ex-aequo avec le couple champion d’Europe en titre. Cette performance a été rendue possible par HHS Calais, un puissant ISH de onze ans, notamment cinquième de l’étape de la Coupe du monde de La Corogne, en fin d’année dernière. Avec une faute et un parcours plutôt lent, le Belge Niels Bruynseels a terminé septième sur Cristel, une fille, elle aussi, de feu Diamant de Semilly en laquelle il fonde beaucoup d’espoirs. Enfin, Johnny Plas, huitième sur Charley, n’a pu imiter son compatriote Harrie Smolders, qui avait triomphé l’an dernier à Hambourg, en étant le seul clear round de l’épreuve.

Tandis qu’il rejoint ses compatriotes Ludger Beerbaum et Katrin Eckermann, ainsi que l’Irlandais Denis Lynch, la Néerlandaise Sanne Thijssen et la Suédoise Malin Baryard-Johnsson vers le Super Grand Prix de Prague, Christian Ahlmann prend également les commandes du circuit général, avec autant de points que Pieter Devos et neuf unités d’avance sur Niels Bruynseels.

Les lauréats du jour, face à leur public. © Longines Global Champions Tour

Les résultats complets ici.
Le classement général complet ici.

Photo à la Une : Christian Ahlmann et Dominator 2000 Z. © Longines Global Champions Tour

AuteurMélina Massias