Katrin Eckermann surfe sur la bonne vague à Miami Beach

17 April 2022Auteur : Mélina Massias

Coup d’essai, coup de maître. Katrin Eckermann, trente-deux ans, présentait pour la première fois Cala Mandia, une Westphalienne de neuf ans, en Grand Prix 5*. Sur l’atypique piste de Miami, érigée dans un lieu idyllique aux allures de carte postale, les deux complices, associées depuis toujours sur la scène internationale ont assommé la concurrence en s’imposant devant l’Irlandais Shane Sweetnam, en selle sur Alejandro, et le jeune Belge Gille Thomas, aux rênes de sa toute bonne Luna van het Dennehof. 

Excellente formatrice de jeunes chevaux, Katrin Eckermann est tout aussi redoutable sur un terrain 5*. L’amazone l’avait déjà prouvé en mai 2014, en portant l’attachant Firth Of Lorne à la victoire dans le difficile Grand Prix du Longines Global Champions Tour (LGCT) de Hambourg et l’a confirmé ce week-end, à Miami Beach. Dans ce cadre singulier, où les chevaux côtoient, à quelques dizaines de mètres, les touristes, venus profiter d’une baignade dans l’océan Atlantique ou d’un bain de soleil, Global Champions avait posé ses valises pour sa traditionnelle étape, deuxième de la saison après celle jouée à Doha, au Qatar, et absente au calendrier depuis deux ans. Samedi 16 avril, le temps fort de la compétition floridienne est finalement tombé aux mains de Katrin Eckermann, qui a cru à l’impossible jusqu’au bout.

L'agile Cala Mandia à Miami. © Sportfot

Juchée sur Cala Mandia, jument westphalienne de neuf ans issue du croisement entre Capistrano (Cornet Obolensky) et Vicky, une fille du KWPN Valentino, l’Allemande a tout donné au barrage. Dernière à s’élancer face au parcours réduit construit par l’Italien Uliano Vezzani, l’amazone est partie dans un train correct, accusant une demie seconde de retard au temps intermédiaire. Mais, la fin de son parcours s’est déroulée à toute allure ! Malgré quelques virages délicats et pas des plus fluides, la paire n’a jamais tremblé au-dessus des obstacles et a franchi la ligne d’arrivée en… 34”58, assénant plus d’une seconde de débours à Shane Sweetnam, qui se voyait défiler en tête du tour d’honneur tant son barrage était déjà rapide.

“Je n’ai pas de mots, je suis bouleversée”, s’est émue l’heureuse lauréate. “Le chemin a été long. J’ai Cala Mandia depuis qu’elle a six ans et il s’agit de son premier LGCT. Elle a neuf ans et disputait son premier Grand Prix 5*. Elle a sauté de façon extraordinaire. Je ne ressens pas de pression avec mes chevaux, car ils sont très jeunes. Je profite simplement du fait d’être dans l’équipe (de la Global Champions League, ndlr) et j’espère que nous aurons une grande saison. J’ai eu un bon départ !” Née chez Ludger Wiepper-Pepper, la généreuse baie, issue d’une bonne mais modeste lignée maternelle ayant produit quelques chevaux vus à 1,30, 1,35 ou 1,40m, a connu un parcours quasiment parfait lors de sa formation. Pour preuve, sur les soixante-treize épreuves internationales qu’elle a disputées, Cala Mandia a enregistré seulement deux parcours à huit points, soit le score le plus lourd qui lui soit attribué. Après avoir pris part à tout juste une poignée de Grands Prix 2 et 3* dans sa carrière, la Westphalienne a été propulsée dans la cour des grands de très belle manière, puisqu’en plus de sa victoire, elle terminait également deuxième dans l’épreuve précédente, qualificative pour la Grand Prix. Chapeau.

Alejandro et Shane Sweetnam se sont inclinés face à leurs concurrentes féminines. © Sportfot

Avec six qualifiés, le barrage a débouché sur un beau combat. L’Allemand Tobias Meyer, premier à se frotter au parcours raccourci, a assuré un double clear round sur l’excellent Greatest Boy H, qui lui avait permis d’être sacré champion d’Allemagne l’an dernier. Le fils de Carrera VDL, un temps sous la selle du Centaure Marcus Ehning, se révèle petit à petit avec son pilote actuel. En terminant quatrième, le couple a enregistré sa meilleure performance internationale. Impeccable sur l’atypique Alejandro (ex Atengo T), plutôt à son aise samedi, Shane Sweetnam n’a pas pu ajouter une nouvelle victoire au compteur des troupes irlandaises et a dû se contenter du deuxième rang final. Lancé à sa poursuite, Ben Maher a été battu dans le double avec l’excellent, mais encore peu rompu à l’exercice de la vitesse, Faltic HB. Sixième, le duo suit Darragh Kenny et Volnay du Boisdeville, lauréats d’un Grand Prix 4* à Wellington il y a quelques semaines et cette fois sanctionnés d’une faute. Enfin, le jeune Belge Gilles Thomas continue sur sa lancée avec la très régulière Luna van het Dennehof. “Luna est née chez moi. Elle a beaucoup de qualités et veut toujours être sans-faute. J’espère qu’elle pourra participer au grand sport cette année. [...] Je vais essayer de disputer un Grand Prix 5* ”, confiait le pilote, au retour de sa tournée à Vejer de la Frontera. Pour sa première tentative à ce niveau, sa BWP de onze ans, fille de Prince van de Wolfsakker, ne l’a pas fait mentir, bien au contraire.

Gilles Thomas et sa géniale Luna van het Dennehof. © Sportfot

Après sa victoire à Doha, Ludger Beerbaum reste aux commandes du circuit général et devance Michael Duffy et Christian Ahlmann. Global Champions reprendra ses droits dans quinze jours, dans le décor verdoyant de Mexico.

Les résultats complets ici.

Avec communiqué. Photo à la Une : Katrin Eckermann et Cala Mandia à Miami Beach. © Sportfot

AuteurMélina Massias