Pour cinq centièmes de seconde, Ludger Beerbaum empêche un doublé irlandais à Mexico

01 May 2022Auteur : Mélina Massias

Sur l’immense piste en herbe de Mexico, Ludger Beerbaum s’est offert sa deuxième victoire de l’année en Grand Prix 5*. Toujours aux commandes de sa géniale Mila, qui lui permet de retrouver les sommets, le Kaiser a devancé deux Irlandais : Denis Lynch et Michael Duffy. Tous deux ont été battus d’un cheveu, au terme d’un barrage disputé ayant réuni six couples. 

Après Doha, revoilà Ludger Beerbaum au sommet du classement d’une étape du Longines Global Champions Tour (LGCT), cette fois à Mexico. De quoi redonner envie au Kaiser de revêtir la veste rouge de la Mannschaft ? Probablement pas. Retraité de l’équipe nationale depuis 2016 et un succès collectif dans la finale du circuit des Coupes des nations Longines, l’Allemande de cinquante-trois ans n’a pas perdu la main pour célébrer une belle victoire, acquise, comme au Qatar, grâce à l’élégante Mila, née Mank. Chapeau traditionnel mexicain vissé sur le crâne, le cavalier à la veste grise caractéristique s’est volontiers prêté à l’habituelle douche de champagne, samedi 30 avril. Autour de lui, deux Irlandais ont posé pour la photo finale, en haut d’un podium. Sur la deuxième marche, Denis Lynch, battu de cinq centièmes, surplombait son compatriote, Michael Duffy, vaincu pour… huit centièmes de retard sur la tête.

Après une première manche qualificative, support de la Global Champions League (GCL), remportée, pour le plus grand bonheur des locaux, par le Mexicain Patricio Pasquel sur Babel, le Grand Prix a regroupé, comme à l’accoutumé, trente-cinq duos. Si certains, à l’image de Mike Kawai, Edwina Tops-Alexander ou Katrin Eckermann, lauréate de l’étape de Miami, ont vu leurs espoirs s’effondrer en renversant l’ultime vertical, six pilotes ont décroché leur ticket pour le barrage. Les deux Belges qualifiés pour la finale au chronomètre n’ont pu éviter chacun une faute, sur les très performantes Luna van het Dennehof et Claire Z. Gilles Thomas a ainsi pris la sixième place, après avoir terminé troisième il y a deux semaines en Floride, et Pieter Devos la cinquième. Entre le passage des deux compatriotes, Denis Lynch s’était installé en tête des opérations, aux rênes de Brooklyn Heights, un hongre de treize ans, récupéré en début d’année en provenance des écuries du Portugais Rodrigo Giesteira Almeida et aperçu juste avant en compagnie du Néerlandais Maikel van der Vleuten. Le fils de Nabab de Rêve et petit-fils de For Pleasure effectuait sa toute première apparition en Grand Prix 5*. En signant un double clear round en 44”56, cette tentative inaugurale est plus que réussie.

Lancé à la poursuite de l’Irlandais, Ben Maher a tout tenté avec l’exceptionnel Faltic HB, douze ans. Encore inexpérimenté à ce niveau et au jeu de la vitesse, l’étalon bai a renversé l’antépénultième difficulté sur son passage, pour terminer quatrième. Après sa sixième place à Miami, le fils de Baltic VDL, né chez Marjoleine Huisman et Bert Brinkman, confirme son plein potentiel et ne devrait pas tarder à s’offrir une grande victoire. Pour preuve, à Mexico, le bai a enregistré le plus rapide chronomètre du barrage, avec 44”07 au compteur. À la suite de la paire britannique, Michael Duffy a tenté de faire mieux, avec l’atypique Zilton Sl Z. L’Irlandais est parvenu à laisser toutes les barres en place, mais à perdu quelques dixièmes de secondes en reprenant son hongre pour aborder l’ultime oxer du parcours raccourci. À pied, au paddock, Denis Lynch n’a pas caché son soulagement en voyant le chronomètre de son compatriote affiché trois centièmes de plus que le sien ! Mais ce bol d’air a été de courte durée, puisque Ludger Beerbaum est ensuite entré en scène. Parti presque sans forcer, l’Allemand a parfaitement conduit Mila, sa toute bonne fille de Monte Bellini âgée de tout juste dix ans. En coupant la ligne d’arrivée, le couple a affiché 44”51, soit cinq centièmes de moins que Denis Lynch. Suffisant pour serrer le poing en l’air et s’adonner à mini tour d’honneur anticipé, en pointant du doigt, face à un public tout acquis à sa cause, sa belle grise.

“Je ne pensais vraiment pas pouvoir battre ce temps. J'ai même failli passer la ligne d’arrivée trop lentement parce qu'à la fin, je n'étais que cinq centièmes plus rapide, mais je suis absolument ravi et c'est grâce à un cheval fantastique que j'ai eu cette opportunité. Elle a tout le talent nécessaire. Je profite du moment présent et je ne pourrais pas être plus heureux”, a confié l’heureux lauréat, tout sourire après sa victoire. “C'est quelque chose que j'aimerais vraiment dire et je ne le dis pas toutes les semaines, mais croyez-moi, sans l'atmosphère, sans la foule qui nous encourage tous, mais surtout moi, cela rend le concours incroyablement spécial.” Pour la troisième fois en autant d’étapes disputées sur le circuit du LGCT, l’hymne allemand a résonné. Et comme Ludger Beerbaum avait déjà son ticket pour le Super Grand Prix de Prague, Denis Lynch arrache sa qualification et rejoint Katrin Eckermann et le Kaiser.

Les résultats complets ici.
Le classement général du circuit ici.

Photo à la Une : Ludger Beerbaum et Mila lors du tour d'honneur. © Longines Global Champions Tour

AuteurMélina Massias