Entre Victor Bettendorf et le haras de Clarbec, des débuts fructueux

21 June 2022Auteur : Mélina Massias

En début d’année, le haras de Clarbec a entamé une collaboration avec Victor Bettendorf. En à peine quelques mois, les deux parties ont connu de belles réussites, notamment grâce à l’attachant Mr. Tac, lauréat des Grands Prix 4* de Bourg-en-Bresse et 3* de Compiègne. Classé dans le temps fort dominical d’un CSI 5* joué à Grimaud en avril, le bai, que son pilote espère pouvoir conserver jusqu’aux Européens de Milan, laisse entrevoir de belles choses pour l’avenir. Outre Mr. Tac, acquis par Geneviève Mégret, le trentenaire s’est vu confier Marbella AEG, propriété d’Elise Mégret et à l’origine de ce partenariat naissant, et a été aperçu aux rênes de la géniale Ilena de Mariposa.

Depuis le début de leur collaboration, initiée il y a quelques mois grâce à Marbella AEG (BWP, Vigo d’Arsouilles x Baloubet du Rouet), le haras de Clarbec et Victor Bettendorf ont déjà enregistré de sacrées performances. Pas plus tard que dimanche 19 juin, le Luxembourgeois a remporté un nouveau Grand Prix, à l’occasion du CSI 3* de Compiègne Classic, aux rênes de Mr Tac (ex Mister Tac des Fusains, BWP, Nonstop x Toulon), un mois après avoir triomphé lors de sa dernière sortie, dans le temps fort du CSI 4* de Bourg-en-Bresse. “Je connais Victor depuis un moment, puisque j’ai vu grandir sa compagne, Adeline (Hécart, ndlr). C’est un garçon extrêmement doué, avec beaucoup de qualités et qui s’adapte très bien aux chevaux. Nous l’avons vu monter en concours en Normandie et ma fille (Elise, ndlr) a eu l’idée de lui confier l’une de ses juments, que nous avions à la maison. Cette dernière est sensible mais très qualiteuse. Victor propose un système particulier, mais qui est intéressant pour le bien-être des chevaux. L’histoire a débuté comme cela”, entame Geneviève Mégret, à la tête du haras de Clarbec.

Victor Bettendorf et Marbella AEG. © Sportfot

“J’ai commencé à collaborer avec le haras de Clarbec grâce à Elise, qui m’a confié Marbella AEG au travail. C’est une jument qui progresse très bien. Je pense qu’elle sera capable de sauter de bons parcours au fil de l’année”, confirme Victor. Après avoir pris son temps avec l’alezane, le pilote de trente et un ans a lancé sa complice à 1,45m le week-end dernier, à Compiègne. Le duo a signé un bon parcours sans-faute et s’est classé douzième dans la petite finale dominicale. La BWP de dix ans a donc intégré les écuries Bettendorf et semble apprécier le mode de vie qui lui est proposé. Pour rappel, les pensionnaires de la structure se voient offrir de longues heures au pré, passées en troupeau et sans fer. “Entre les concours, les chevaux passent beaucoup de temps dehors, ce qui est bien pour leur mental. Cela semble plaire à la jument de ma fille. Elle progresse bien et Victor pense qu’elle va pouvoir attaquer des épreuves sérieuses et épauler notre cher Mr Tac”, ajoute Geneviève.

“Ilena de Mariposa est en pleine forme”, Geneviève Mégret

Si Marbella AEG a été le point de départ de cette collaboration fructueuse, c’est surtout Mr. Tac, dix ans, qui a permis de mettre en lumière ce partenariat naissant. Propriétaire du hongre né chez Edmond Meyers dans ses jeunes années, Victor l’avait ensuite cédé à Federico Fernandez, fin 2019. Malgré des parcours corrects, l’entente entre les deux nouveaux partenaires ne s’est pas nouée comme espéré. Le cavalier mexicain a donc décidé de confier les rênes du BWP à son ancien pilote, dans un but commercial. “Mr. Tac avait appartenu à Victor quand il était plus jeune. Il avait une très grande estime pour ce cheval qu’il aime beaucoup et m’a appelée lorsqu’il l’a récupéré pour me demander si je ne voulais pas en faire l’acquisition, afin qu’il continue à le monter. Quand nous l’avons acheté, il sautait des parcours à 1,45m et il a bien évolué et a été performant rapidement sur des épreuves plus importantes. C’est chouette”, se réjouit Geneviève. “À terme, il y a un but commercial, mais nous ne sommes pas pressés car ce cheval sera performant en 5* (le bai s’est classé neuvième de son premier Grand Prix 5*, en avril, ndlr). Victor l’aime beaucoup et souhaiterait éventuellement pouvoir le conserver jusqu’aux championnats d’Europe. Nous verrons ce que l’avenir nous réserve. C’est Mr Tac qui nous dira ce qu’il fera.” 

Ilena de Mariposa fin 2020. © Sportfot

Fort de ces belles réussites, le haras de Clarbec a ensuite confié à Victor Bettendorf la tâche de relancer une certaine Ilena de Mariposa (BWP, Berlin x For Pleasure) en compétition. La géniale grise, fille de l’illustre et regrettée Flora de Mariposa, avait brillé sous les selles de Pénélope Leprevost, Nicolas Delmotte, Félicie Bertrand et Olivier Robert. Depuis juin 2021, la jument de quatorze n’était plus apparue sur un terrain de concours. Avec son nouveau pilote, la belle a disputé quatre parcours nationaux, terminant sur un prometteur sans-faute à 1,40m. “Pour l’instant, nous allons essayer de faire des transferts d’embryons avec elle. Ce n’est pas toujours évident avec des juments qui ont été des compétitrices. Ilena est chez moi et nous aimerions avoir une descendance. Je crois qu’elle est aussi une bonne maman ; elle l’a prouvé (Ilena a engendré les trois étalons approuvés Leon, Poker et Nestor de Mariposa, ainsi que Nora de Mariposa, montée par la famille Guéry puis cédé à Mélanie Cloarec en début d’année et vue jusqu’à 1,45m, ndlr). Elle est en pleine forme et travaille avec mes cavaliers. Victor vient aussi la monter plus ou moins régulièrement, en fonction de son planning de concours”, reprend Geneviève. “Victor s’entend très bien avec elle et je crois qu’il l’aime beaucoup. C’est une jument très, très qualiteuse. Le mode de vie qu’il propose à ses montures pourrait éventuellement lui convenir à l’avenir. La porte est en tout cas ouverte pour faire quelque chose avec cette jument. Affaire à suivre.” 

Après ces premiers pas prometteurs, une collaboration plus étendue est-elle à l’ordre du jour entre les deux parties ? “L’avenir nous le dira”, répond Geneviève Mégret. “Victor a actuellement un grand nombre de chevaux à monter, notamment du fait de son association avec le haras de la Roque. Je ne sais pas exactement comment nous pourrions tout conjuguer, mais cela n’est pas à exclure. Je pense que Victor est un très bon cavalier, instinctif et qui sait interpréter les chevaux. Avec Mr. Tac, un vrai couple s’est indéniablement formé. Ils ont confiance l’un en l’autre et l’alchimie fonctionne. Victor montre qu’il est capable de monter un certain nombre de chevaux différents et cela pourrait être une éventualité.”

Photo à la Une : Victor Bettendorf et Mr. Tac à l’Hubside Jumping de Grimaud lors de leur premier Grand Prix 5* ensemble. © Sportfot

AuteurMélina Massias