Plongée au cœur de l’édition inaugurale de Compiègne Classic

20 June 2022

Dans le cadre idyllique de la forêt de Compiègne, cinq cent cinquante chevaux et deux cent cinquante cavaliers, représentant vingt-trois nations sont venus affronter les épreuves 1 et 3* organisées par les équipes de GRANDPRIX. Entre deux activités du côté du Classic Kids, un concert ou un ver au Classic bar, l’hymne luxembourgeois a retenti dans le temps fort dominical, en l’honneur de Victor Bettendorf, qui s’est défait d’une riche délégation tricolore avec son Mr Tac. Retour en images sur ces trois jours de sport.

Au terme d’un Grand Prix relevé et disputé, joué dimanche 19 juin face au tracé du renommé Santiago Varela, Victor Bettendorf a ouvert de la meilleure des manières le palmarès du CSI 3* Compiègne Classic, organisé par les équipes de GRANDPRIX Events. Pour son retour sur le devant de l’affiche, le Stade équestre du Grand Parc, en plein cœur de la forêt, a fait peau neuve, après deux ans de travaux. Sur deux pistes des plus charmantes, ornées d’arbres appréciés et appréciables en ces chaudes journées, les cavaliers ont pu évoluer avec leurs meilleures montures, à l’image du Luxembourgeois sacré dans le temps fort dominical avec le génial Mr. Tac (ex Mister Tac des Fusains, BWP, Nonstop x Toulon), mais aussi avec de jeunes espoirs en formation, tandis que le label 1* faisait la part belle aux locaux. Au total, ce sont cinq cent cinquante chevaux et deux cent cinquante cavaliers, représentant vingt-trois nations, qui ont envahi les installations du site pour ces trois journées de sport et de bon moments.

Victor Bettendorf et Mr. Tac. 

“C’est un plaisir de monter chaque épreuve avec Mr. Tac. Je ne vais pas dire que c’est facile de gagner, mais nous nous faisons confiance mutuellement. Je peux donc prendre des risques que certains n’oseraient pas. C’est un sentiment exceptionnel. J’étais déjà venu à Compiègne il y a quinze ans pour une Coupe des nations Junior et, à l’époque, c’était déjà un super concours. Je suis content que l’ambiance ait été conservée, avec tous ces vieux arbres. Désormais, le terrain est en sable (il était auparavant en herbe, ndlr) alors, pour mon cheval qui est déferré, c’est parfait. C’est un super concours”, s’est réjoui l’heureux lauréat à l’issue de son tour d’honneur. Et d’ajouter, sur le fait qu’il n’utilise plus de guêtre sur les antérieures de ses montures, ni de fers : “Je suis arrivé chez la famille Hécart il y a deux ans. C’est leur façon de faire, j’ai essayé et adoré, donc tous mes chevaux sont déferrés. Des gens sont contre, d’autres pour, mais je n’essaye de convaincre personne. Chez moi, cela fonctionne très bien et mes chevaux bougent mieux. Ils vivent dehors et en troupeaux alors cela ne peut qu'être bénéfique.”

La joie de Victor Bettendorf. © Agence Ecary

Attendu comme le favori de l’épreuve, après s’être ouvert les portes du barrage avec aisance au premier tour, Victor Bettendorf a dû se défaire d’une délégation française particulièrement redoutable. Ainsi, Nicolas Delmotte et Pierre Marie Friant ont profité de l’événement pour effectuer une dernière répétition générale avec leurs fidèles Ilex VP (BWP, Diamant de Semilly x Darco) et Urdy d’Astrée (SF, Bouffon du Mûrier x Pamphile), qui prendront la route pour Aix-la-Chapelle dès la semaine prochaine. Deux et troisièmes, les Tricolores ont devancé d’un cheveu un autre mousquetaire appelé pour se rendre à La Mecque des sports équestres dans quelques jours : Kevin Staut. En pleine forme, le Normand a hissé Dialou Blue PS (Old, Diarado’s Boy x Chacco-Blue) en quatrième position, prenant une longueur d’avance sur Jérôme Hurel, ouvreur de l’épreuve et du barrage en compagnie de Byron du Telman (SF, Lamm de Fétan x Dollar du Mûrier), - frère utérin de Visconti, la complice de… Kevin Staut -, Adeline Lemens sur Austin des Cèdres (SF, Diamant de Semilly x Thoas du Theillet) et le Suisse Romain Duguet, seul autre étranger à avoir accédé au barrage aux rênes de Hunger Games du Champ du Bois (sBs, Elvis Ter Putte x Mytens xx) et dernier double sans-faute.

Nicolas Delmotte et son fidèle Ilex VP. © Agence Ecary

Kevin Staut et Dialou Blue PS face à des gradins bien remplis pour le Grand Prix.

Le trophée promis au vainqueur. 

Pour le reste des épreuves majeures du week-end, d’autres beaux noms se sont illustrés : Pénélope Leprevost, en compagnie de son champion de France Texas (SWB, Tornesh x Robin I Z), Roger-Yves Bost, en selle sur Bluemuch des Baleines (SF, Chacco-Blue x Clinton), Audrey Paris, ou encore Marie Hécart, soit autant de Marseillaises ! Une aubaine pour le public, nombreux, très nombreux pour assister au spectacle. Même les quelques gouttes de pluie qui se sont invitées au cours du week-end n’ont pas gâché la fête.

Pénélope Leprevost sur Texas, aux côtés de sa groom, Mélanie Cloup.

Roger-Yves Bost en route pour une victoire. © Agence Ecary

Comme ses grands frères Cabourg Classic et Deauville Classic, Compiègne Classic a mis l’accent sur le mot convivialité. L’événement était ainsi l’occasion de partager un moment en famille, avec des activités pour les grands… et les petits. Baptêmes à poneys, coloriages, shopping ; il y en avait pour tous les goûts.

Mais l’ambiance était aussi festive et musicale, avec des soirées proposant un avant-goût estival !

Prochain rendez-vous ? Le Sotheby’s International Realty CSIO 3* de Deauville, prévu 23 au 26 juin prochains et support de la demi-finale de la Longines EEF Series, le circuit des Coupes des nations lancé par la Fédération équestre européenne.

Crédit photo : © Cécile Sablayrolles. Photo à la Une : Victor Bettendorf et Mr. Tac au tour d’honneur. © Cécile Sablayrolles