À Cannes, Daniel Deusser et Bingo Ste Hermelle jouent les stars de cinéma

05 June 2022Auteur : Mélina Massias

Quel festival dans le Grand Prix 5* de Cannes ! Le Longines Global Champions Tour avait posé ses valises sur la Croisette, ce week-end, pour la septième étape de son circuit. Décernés grands gagnants, Daniel Deusser et son Selle Français Bingo Ste Hermelle ont déroulé un barrage sensationnel, ne laissant aucune chance à Spencer Smith, sur Theodore Manciais, et Ben Maher, aux rênes de Faltic HB. Aux rangs des bonnes surprises, le Mexicain Fernando Martinez Sommer a réalisé le meilleur week-end de sa vie dans le Sud de la France, tandis que Kevin Staut a lancé avec réussite dans le grand bain une jument de neuf ans. 

Une semaine après la fin du Festival de Cannes, la Croisette a ressorti le tapis rouge. Exit les stars de films, réalisateurs et autres célébrités, la Palme d’Or a été remise à Daniel Deusser et Bingo Ste Hermelle, samedi 4 juin, à l’issue d’un beau Grand Prix. Septième étape de la saison régulière du Longines Global Champions Tour, ce temps fort a vu trente-quatre couples s’affronter. Premier à trouver les clefs du sans-faute sur le parcours concocté par l’Italien Uliano Vezzani, Daniel Deusser a également été le premier à revenir pour le barrage et… le premier du classement final ! Associé à l’atypique mais ultra généreux Bingo Ste Hermelle, qui avait fait sensation à Valkenswaard, il y a un peu moins d’un an, au terme d’un jump-off des plus acrobatiques, l’ancien numéro un mondial a dû prendre tous les risques pour espérer l’emporter face à ses six concurrents du soir. Sous le feu des projecteurs, l’étalon alezan, fils de Number One d’Iso et Ujade Ste Hermelle, par Diamant de Semilly, a galopé à toute vitesse vers le dernier vertical, pour couper la ligne d’arrivée en 34”62.

Daniel Deusser et son atypique Bingo Ste Hermelle. © Sportfot

“Je suis vraiment, vraiment heureux avec mon petit cheval ce soir. Il a très bien sauté toute la semaine, mais nous avons parfois manqué un peu de chance. Être le premier au barrage n’est jamais facile. Bingo n’a pas la plus grande amplitude, alors je pensais qu’un ou deux de mes collègues retireraient une foulée dans la ligne du un au deux. Ce n’était pas une option pour moi, alors j’ai pris tous les risques pour sauter le dernier”, a analysé l’heureux lauréat, qui signe la cinquième victoire allemande sur le circuit depuis le début de l'année. “Il a tout donné et je suis chanceux qu’il ait réussi. Naturellement, je ne pense pas qu’il ait tous les moyens, mais il veut vraiment passer par-dessus les obstacles. Il prouve qu’il est très flexible et le fait ! L’ambiance ici était super, tout comme le barrage, mais, bien-sûr, je suis venu ici pour être premier.”

Spencer Smith et Theodore Manciais s'approchent de plus en plus d'une nouvelle victoire. © Sportfot

Malgré un début de barrage parfait, mené au cordeau, et qui lui octroyait une longueur d’avance sur Daniel Deusser, Spencer Smith a perdu son avantage en amorçant sa courbe en direction de l’ultime effort du parcours raccourci. Déçu, l’Américain affichait un temps de 34”90. Vainqueur à Samorin, son Selle Français Theodore Manciais, né chez Denis Hubert, dans la manche, ajoute une nouvelle performance de choix à son palmarès. Septième à Miami, puis troisième à Ramatuelle, l’alezan est d’une régularité impressionnante. D’ailleurs, dans le Sud de la France, sa prestation lui a permis de devancer le champion olympique en titre, Ben Maher. Aux commandes de sa nouvelle star, l’exceptionnel Faltic HB, le Britannique est monté sur la troisième marche du podium. “Faltic reste assez inexpérimenté à ce niveau. Mais, je me suis qualifié au barrage de trois de nos quatre derniers Grands Prix. Il devient de plus en plus rapide. Nous n’étions pas loin aujourd’hui, mais j’aurais préféré être devant”, a glissé le pilote.

Ben Maher et l'exceptionnel Faltic HB. © Sportfot

Max Kühner a été le dernier a réalisé un sans-faute, plutôt tranquille, avec le jeune EIC Coriolis des Isles, un autre Selle Français ! Quatrième, l’Autrichien a devancé le Mexicain Fernando Martinez Sommer. Affichant un grand sourire à l’issue de son premier parcours, le sympathique cavalier a réalisé le meilleur week-end de sa carrière sur la Croisette. En effet, avant le Grand Prix, il s’est offert l’épreuve qualificative aux rênes du très plaisant Charlie Harper, avant d’enfourcher High Five, un KWPN de dix ans, pour ce Grand Prix. Piégé sur le dernier vertical du tracé raccourci, le couple a tout de même terminé cinquième, enregistrant son meilleur résultat à ce niveau. Chapeau. Chapeau aussi à Kevin Staut, sixième de l’épreuve après deux fautes au barrage. Le Normand, de retour en très grande forme depuis le début de l’année, surfe sur la vague. Après ses récentes performances avec Cheppetta, Viking d’la Rousserie et Visconti du Telman, le pilier français avait misé sur Dialou Blue PS, tout juste neuf ans. L’Oldenbourg découvrait ce niveau et a illuminé le visage de son cavalier en se qualifiant pour le barrage.

Quel samedi pour Fernando Martinez Sommer ! © Sportfot


Kevin Staut et sa jeune Dialou Blue. © Sportfot

Les résultats complets ici.

Photo à la Une : Daniel Deusser et Bingo Ste Hermelle. © Longines Global Champions Tour

AuteurMélina Massias