Voir les filtres
12 August 2016
Oh d’Eole à la retraite
La jument Selle Français Oh d’Eole (Kannan x Papillon Rouge) tire sa révérence à 14 ans et va désormais se consacrer à la reproduction au haras de Hus après une brillante carrière au plus haut niveau. « C’est une jument avec une qualité exceptionnelle : un respect et une intelligence de la barre fantastiques. Son seul côté négatif, c’est son caractère même si avec l’âge, elle est devenue plus simple. C’est une jument qui a connu plusieurs cavaliers de haut niveau et qui a été performante avec chacun d’eux même s’il lui a manqué cette petite chose qui aurait pu en faire un cheval de championnat. Moralement, je sens qu’elle n’a plus la petite envie pour continuer à évoluer sur des épreuves 150/155 alors qu’elle est en parfaite santé. Ma priorité a toujours été de respecter mes chevaux alors même si elle n’a pas fait toute sa carrière avec moi, c’est une jument qui a tellement donné et réussit une tellement belle carrière que je n’avais aucune envie de lui demander de gagner des épreuves 140 pour terminer sa carrière, elle ne mérite pas ça. » réagira Grégory Wathelet qui reste sur une victoire avec la jument noire lors du CSI5* de Knokke après des classements sur les plus belles pistes du monde et deux victoires consécutives avec deux cavaliers différents dans la grosse épreuve très richement dotée de Shanghai. C’est néanmoins avec Marc Bettinger que la jument élevée en Normandie par l’un des mécènes du sport français, Patrick Bizot, a percé au plus haut niveau. L’Allemand garde un souvenir ému de l’un de ses chevaux de cœur. « Pour moi, Oh d’Eole fait partie des trois meilleurs chevaux que j’ai monté avec la jeune 8 ans Quincy que je monte actuellement et avec qui je pense pouvoir faire de grandes choses et Quannan R avec qui j’ai remporté tant de victoires. Mes plus beaux souvenirs resteront sans aucun doute ma victoire dans le championnat d’Allemagne mais aussi notre 4 ème place dans le prix de l’Europe à Aix-la-Chapelle la même année. Pourtant la première fois que j’ai sorti Oh en concours, cela ne semblait pas aussi évident. Je l’avais inscrite dans une épreuve 130 à Gesves et elle était tellement fraiche que j’ai failli tomber. J’ai pensé que ça allait être un challenge difficile puis je l’ai inscrite à un concours international en Autriche et nous avons remporté la première épreuve ranking à laquelle nous avons participé. Après sa vente, j’ai évidemment continué à la suivre. C’était d’ailleurs assez intéressant pour moi de voir la manière avec laquelle Michel Robert voulait la monter, Kevin Staut m’a également appelé pour voir comment je la montais. Cela fait plaisir. Quand on a l’opportunité de monter un tel cheval, on le suit toujours par la suite mais j’étais un peu triste car ses résultats étaient en dent de scie mais finalement, elle a pu montrer avec Grégory Wathelet les qualités qu’elle avait et à quel point c’était un bon cheval même si la jument était alors plus âgée. » réagira Marc Bettinger qui fêtera bientôt l’arrivée d’une petite fille avec sa compagne Faye Schoch.