Vincent Voorn s'impose à Maastricht

02 December 2009

CSI**** Maastricht Chaque système a ses limites. La saison commence à être longue et de gros évènements restent à venir : résultat le plateau de cavaliers était très attrayant … mais celui des chevaux un peu décevant et l'on peut se demander s'il n'aurait pas été préférable de permettre à des couples qui ont percé durant la saison de participer à ce genre d'évènements plutôt que de favoriser toujours la liste du ranking. 43 partants s'étaient néanmoins donné rendez-vous à Maastricht pour le Grand Prix même si côté belge ni Jos Lansink, ni Ludo Philippaerts n'ont été en mesure de se qualifier pour cette ultime épreuve alors que Niels Bruynseels aura montré une Aluna qui semblait épuisée, sortant de piste avec 17 points.

Premier à s'élancer, Jamal Rahimov avait opté pour la première fois sur sa nouvelle recrue Topic vh Voorhof (Non Stop) et l'on crut bien voir le premier sans faute même si la dernière ligne leur fut fatale avec un saut à plat ventre sur oxer blanc aux couleurs du MECC puis l'immense palanque très délicate placée en avant-dernière position.

Gerco Shroder décidera ensuite de prendre son temps et utilisera de main de maître son imposant Eurocommerce New Orleans (Colbert) pour réaliser le sans-faute mais sera malheureusement pénalisé d'un point de temps prévisible.

Gianni Govoni avait opté pour Toscane (Andiamo) qui effectuait ici son deuxième Grand Prix avec brio malgré une faute sur l'oxer 8 en ayant parfois tendance à se figer sur les barres mais montrant un gros potentiel.

Peter Bulthuis aura manqué un peu de chance avec une faute dès le 5 ème obstacle avec l'ancienne monture de James Paterson Robinson, Select S (Damiro B) qui aura été très plaisant.

Un tour plus que plaisant et plein de promesses, c'est sans conteste celui de Cindy Van Der Straeten que l'on voyait bien signer le sans faute avant une petite faute sur cette délicate palanque placée en avant-dernière position alors qu'elle découvrait sa jument Alexandria (Calvados), médaillée d'or par équipe aux championnats d'Europe junior cette année. « Je suis vraiment contente car je n'ai cette jument que depuis deux mois. C'est la première fois que l'on sautait un aussi gros Grand Prix et j'aurai sans doute pu attendre un peu plus pour aborder cette palanque … mais c'est très encourageant pour la suite. Je suis vraiment contente alors que j'ai la chance de pouvoir participer à Bruxelles puis La Corogne pour terminer ma saison. »

Abdel Said aura tutoyé les barres rapidement mais aura du attendre le triple pour qu'Avenir (Phin Phin) fasse sortir l'élément central de ses gonds alors que Mathijs van Asten et VDL Groep Castella (Concerto II) se seront fait piéger sur l'entrée de la première combinaison avant de finir sans encombre.

Les fautes se succèdent mais on pense que Marc Houtzager va achever cette spirale infernale d'autant plus qu'Opium VS (Polydor) est dans un grand jour … mais c'est sans compter sur une faute à l'entrée de la dernière ligne ! Dommage.

Dommage également pour Léon Thijssen qui aura pu une nouvelle fois compter sur un Tyson impressionnant et qui n'a semble-t-il pas été trop démoralisé par le refus du KWPN pour son agrément. « Si le KWPN n'en veut pas, il sera agréé dans un autre studbook pour les éleveurs qui veulent l'utiliser. Cela ne me pose aucun problème. C'est vrai que Tyson a un long dos mais il s'en sert tellement bien. Je ne sais pas si cette belle performance est la réponse de Tyson au jury, il est très régulier et est toujours classé depuis plusieurs Grand Prix.

Je n'ai jamais eu de telles sensations sur un cheval et il a déjà remporté deux Grand Prix et fini second d'un GP 5* alors qu'il n'a que 9 ans ! » expliquera Léon Thijssen qui déclarera avec beaucoup d'humour dans une interview accordée au Hoefslag que « si l'on demandait à 100 personnes si Tyson devait être approuvé au KWPN : 98 personnes aurait répondu oui et deux non. Malheureusement ces deux personnes étaient dans le jury ».

Une petite faute également pour Daniel Deusser et Ornella (Quidam de Revel) en milieu de tour mais encore plus de frustration pour Samantha McIntosh et Loxley (Lennox) très réguliers ces derniers temps mais malheureusement pénalisés d'un petit point de temps dépassé.

Ils ne seront dès lors que quatre à en découdre lors du barrage et le Norvégien Tony Andre Hansen sera le premier à s'élancer avec sa jument BWP Rhani de Puuvil (Latano).

Malheureusement, ils commettront rapidement une faute avant de doubler la mise mais il en fallait plus pour anéantir la joie du Danois qui pouvait compter sur son fan-club. «  Je suis très heureux. C'est vrai qu'on a toujours de l'espoir sinon, on ne ferait pas le Grand Prix mais je ne m'attendais pas à faire un tel résultat. Je suis également très heureux d'avoir pu compter sur le soutien de ma famille. Ils ne savent évidemment pas être présents sur tous les concours mais le petit deuxième n'a que 8 semaines et c'est déjà son 4 ème concours. C'est fantastique de pouvoir compter sur eux. »

Tout aussi inattendu, l'Autrichien Gerfried Puck et son inoxydable 11th and Bleeker seront plus lents mais … seulement pénalisés d'une barre. Les Hollandais comprennent que leurs chances de victoire sont en hausse puisqu'il ne reste que deux oranges à passer. Après un magnifique tour initial, Vincent Voorn aura l'intelligence de laisser faire Priamus Z lorsque sa distance ne fut pas exactement celle qu'il attendait … ça passe, c'est plus lent que Hansen, mais c'est sans faute en 39''75 ! Uriel Tacken est le dernier à s'élancer mais il ne veut pas se contenter d'un accessit. Il tente sa chance mais Rendez-Vous loupe le coche et accroche le 9 ! 38''91, c'est la seconde place. « J'avais vu le tour de Vincent et je voulais vraiment gagner. Je ne sais pas ce qui n'a pas été sur ce vertical même si je sais que j'ai fait une erreur » glissera Uriel Tacken. Pour Vincent Voorn, c'est un grand moment d'émotion devant ses parents très émus. « Le parcours offrait très peu de temps pour réfléchir et je pense que c'était un avantage pour Priamus. Pour le barrage, j'ai eu un peu de difficulté dans mon virage pour l'obstacle 6, mais Priamus n'a pas aimé cet endroit de tout le week-end. Pour le barrage, je ne voulais pas l'avoir trop fou mais juste dans un bon tempo pour faire un bon temps intelligemment. » expliquera Vincent Voorn.