Victoire de Romain Duguet à Paris.

14 April 2015

Saut Hermes - CSI***** Paris
Grand Prix Le Saut Hermès en était à sa sixième édition sous la grande verrière du Grand Palais en plein centre de Paris. 39 cavaliers s'élançaient dans le Grand Prix doté de 400.000 euros et il ne fallait pas attendre longtemps pour voir le premier sans-faute avec Edwina Alexander, troisième à s'élancer. Derrière, c'est plus difficile et les quatre points se succèdent à l'image de Constant van Paesschen sur Toscan de Ste Hermelle (Surcouf de Revel) ou encore Timothée Anciaume qui confirme avec Olympique Libellule (Jarnac). Le dernier obstacle fera aussi son lot de malheureux comme Martin Fuchs sur Clooney (Cornet Obolensky), Kevin Staut sur Rêveur de Hurtebise (Kashmirvan'tSchuttershof) ou encore Billy Twomey qui fera face à la grosse hésitation de Tinka'sSerenade (Tinka's Boy) qui finira par traverser le vertical. Ils ne seront pas moins de quatorze à se retrouver pénalisés d'une faute alors qu'un seul couple se sera fait piéger par le chronomètre, le Qatari Bassem Hassan  Mohammed sur Victoria vd LaarseHeide (TangelovdZuuthoeve). Ils seront donc huit à en découdre pour la victoire et Edwina Alexander sera la première à s'élancer avec sa fantastique Lintea Tequila (Campbell) qui attaque mais se fait piéger sur l'oxer assez étroit placé en avant dernière position. Christian Ahlmann attaque également en selle pour la première fois à ce niveau sur l'étalon BWP Epleasurevan't Heike (For Pleasure). Le fils de Valentina van't Heike répond présent … mais se fait aussi surprendre sur ce même oxer. Steve Guerdat s'élance mais ce n'est ni Nasa, ni Nino, ni Paille mais bien Corbinian (Cornet Obolensky) qui à neuf ans attaque le grand sport de la plus belle des manières en signant un magnifique double sans-faute en 40''52. Cette fois, le ton est donné mais Philippe Rozier, seul Français qualifié pour le barrage, ne pourra éviter une faute dès le deuxième obstacle après avoir réussi un sans-faute magnifique sortant avec la rage, le sens de l'équilibre et la dose d'encouragement pour Rahotep de Toscane (Quidam de Revel). « La faute est arrivée vite mais j'ai continué mon tour dans un bon rythme. Je suis très content de Rahotep qui a une nouvelle fois prouvé qu'il répondait toujours présent dans les gros Grand Prix indoor. Il aura été très régulier ces derniers temps et ce n'est que de bonne augure pour la suite. Il a maintenant 10 ans et il est prêt si on a besoin de lui. Il a néanmoins montré plus de choses en indoor qu'à l'extérieur où je trouve qu'il n'est pas encore aussi à l'aise sur un grand terrain en herbe mais je suis confiant pour la suite des choses. » réagira Philippe Rozier. Pour sa première venue au Saut Hermès, Amy Graham a déjà rempli son contrat après avoir signé une magnifique victoire dans la grosse épreuve de la veille qui se courait en équipe et où elle était associée à un de ses voisins normands, Julien Epaillard mais l'Australienne a soif de victoires et connait son Bella Baloubet (Baloubet du Rouet) par cœur ! Elle attaque sans aucun complexe et améliore le chronomètre de deux dixièmes, nouveau leader ! Peut-être pas pour très longtemps car le double vainqueur du Saut Hermès, Marcus Ehning entre en piste avec le vainqueur de l'édition 2014, Cornado NRW (Cornet Obolensky) et ce n'est pas pour se promener. Les courbes sont très serrées, mais peut-être trop et l'oxer n°3 tombe ! L'Allemand termine en roue libre … ce qui ne l'empêche pas d'abaisser le temps de référence à 39''70. Le Franco –suisse Romain Duguet ne se laisse pas démonter pour autant, il attaque. Querida de Treho (Kannan) est dans ses grands jours et virevolte. C'est le sans-faute en 38''99, meilleur temps et première place provisoire ! Le podium est assuré puisqu'il ne reste qu'un seul cavalier … mais qui peut se montrer très rapide : Grégory Wathelet entre en piste avec la jument du haras de Hus, Oh d'Eole (Kannan). Malheureusement, en pleine attaque, le couple entame la dernière ligne en faisant chuter l'oxer qui avait déjà posé problème en début de barrage, 4 points malgré un tour rapide qui leur laisse la 4 ème place en 39''42. « C'est dommage … mais de toute façon, je n'étais pas assez vite. Je suis très content car la jument a montré qu'elle pouvait toujours sauter un très gros Grand Prix comme celui-ci en étant compétitive. Lors de la reconnaissance, je ne trouvais pas l'épreuve si difficile pourtant on a vu que les chevaux étaient tous à l'effort surtout sur le triple mais Oh a sauté cela magnifiquement. Lors du barrage, j'ai dû lui demander deux gros effort consécutivement sur le trois puis sur le quatre après un virage très serré et j'ai senti qu'elle était un peu à bout de souffle. En plus sur l'oxer, ma distance n'est pas bien sortie et j'aurais dû écarté un peu ma trajectoire. C'est dommage mais je ne suis pas déçu comme ça a pu être le cas à Bâles où j'aurais pu gagner le Grand Prix sans ma faute sur le dernier alors que j'avais le meilleur temps. Ici, nous sommes 4 ème d'un beau Grand Prix et lorsqu' Algorhythem sera également près, je pourrai compter sur 6 à 7 chevaux compétitifs en cinq étoiles ce qui est vraiment positif. » expliquera Gregory Wathelet Le vainqueur savourait quant à lui sa performance: « C'est 20 ans de travail qui se sont concrétisés aujourd'hui à Paris, au Saut Hermès qui plus est, alors que nous portons ces couleurs durant toute l'année, je ne pouvais rêver meilleur scénario pour une première victoire en cinq étoiles. Je suis avant tout heureux pour ma jument car je pense qu'elle le mérite tellement, c'est vraiment une jument incroyable. Cela faisait longtemps que je rêvais d'une telle victoire et Quorida me l'a offerte dans un endroit somptueux. Elle était arrivée dans mes écuries à la fin de son année de 7 ans après avoir été 3 ème au championnat de France sous la selle de Guillaume Batillat juste avant le père Noël, c'était un 23 décembre, c'était déjà une belle histoire et un bon présage. Maintenant, cette victoire est la première mais j'espère que ce ne sera pas la dernière à ce niveau. La jument était dans un grand jour … mais elle a beaucoup de bons jours ! Je tiens à remercier Steve Guerdat qui m'a ouvert beaucoup de portes dans ma carrière et Thomas Fuchs qui m'a aidé et m'aide toujours à progresser techniquement aujourd'hui. Ces deux personnes ont beaucoup fait pour moi dans ma carrière », réagira le vainqueur. « Je suis ravie évidemment. Bella Baloubet a sauté trois grosses épreuves en trois jours et il a été fabuleux. Hier, j'étais très heureuse après notre victoire … mais en marchant la reconnaissance du parcours aujourd'hui, je me suis dit que ce Grand Prix allait encore être un autre test, encore plus sérieux pour nous mais Bella a vraiment tout donné pour moi et c'est vraiment fantastique. C'est difficile pour nous d'être invités à participer à de tels concours alors je tiens vraiment à remercier Sylvie Robert pour son invitation. Bella a aujourd'hui 14 ans, nous l'avons repéré lorsqu'il avait 6 ans lors de la tournée du Sunshine Tour en Espagne. Il est ensuite reparti en Australie avec moi et à 9 ans, nous avons débuté de grosses épreuves dont plusieurs comptant pour le ranking mondial mais comme beaucoup de produits de Baloubet du Rouet, il s'est avéré très difficile et à 10 ans, j'ai finalement pris la décision de le castrer. Depuis, nous avons réalisé de très belles choses. C'est le premier cheval qui m'a permis de sauter un Grand Prix et il m'aura apporté tellement de choses ! » Troisième, Steve Guerdat pouvait se montrer heureux du résultat obtenu par sa jeune promesse. « Corbinian est un cheval allemand. Il est arrivé en Suisse chez Pius Schwizer qui l'a lui-même vendu à Fabio Crotta à 6 ans. Ensemble, ils ont beaucoup gagné à 7 et 8 ans ce qui fait que malgré son jeune âge, c'est un cheval très expérimenté. Je l'ai acheté moi-même au mois de juin puis j'ai des propriétaires qui ont investi dans la moitié du cheval afin que je puisse le conserver dans mes écuries. Je pense vraiment qu'il a le potentiel pour devenir mon cheval de tête dans le futur. Il y a un certain temps que j'avais pointé le Saut Hermès dans mon planning pour lui … puis je l'ai emmené à Arezzo car je pense que c'est plus agréable pour les chevaux de pouvoir aller sauter sur de belles grandes pistes en herbe et il y a tellement bien sauté que je me suis demandé si c'était nécessaire de lui demander de revenir sauter en manège après cela … mais je me suis dit que pour venir à Paris dans un cadre aussi magnifique, autant venir avec un cheval compétitif … . Même si je ne m'attendais quand même pas à terminer troisième du Grand Prix. Je n'aurais pas pu espérer mieux car actuellement, je ne peux pas encore me permettre de prendre trop de risques car je n'ai pas encore les options pour corriger si la distance qui vient en premier n'est pas la bonne. En tout cas, je tiens à féliciter Sylvie Robert et toute son équipe car on connaît le travail qu'ils peuvent fournir, l'endroit est incroyable mais le succès d'un événement, c'est aussi le public et voir des tribunes pleines et des gens qui, comme je l'ai vécu hier, supplient pour avoir des places car tout est sold-out depuis un certain temps, c'est révélateur de l'intérêt d'un tel concours », résumera le champion olympique.