Victoire de Niels Bruynseels dans le Grand Prix 3* de Grimaud

26 September 2020

Après une première victoire sur le Grand Prix du CSI 4* de l’HUBSIDE JUMPING en juillet dernier, le Belge Niels Bruynseels s’impose de nouveau sur la Côte d’Azur, dans le Grand Prix du CSI 3* de Grimaud. Associé à la jument Frenchy Vds, il devance le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli, lui aussi vainqueur d’un Grand Prix HUBSIDE (CSI 5* en août), en selle sur Kalinka van de Nachtegaele, et l’Allemand Christian Ahlmann, actuel treizième mondial, aux commandes ce soir de Solid Gold Z.

« Gagner un Grand Prix est toujours agréable, surtout avec une jeune jument ! Frenchy n’a que dix ans et très peu d’expérience à ce niveau. Elle n’est chez moi que depuis quatre mois. Je suis donc vraiment satisfait de son comportement ce soir, dans son premier Grand Prix 3* ! Gagner ici, parmi les meilleurs mondiaux, ce n’est pas si facile mais elle l’a très bien fait ! Elle est naturellement rapide, mais il faut que je la gère bien en piste car elle a beaucoup de sang. Cette victoire nous met en confiance. Je pense que Frenchy sera une jument de très haut niveau. Demain, je serai accompagné de Gancia de Muze pour le Grand Prix 5*. Je pense que le parcours sera délicat, technique et avec un temps assez court mais Gancia est incroyable et elle a déjà beaucoup gagné. Demain encore, je devrai m’appliquer à bien monter (rires) ! »

Un peu plus tôt dans la journée, c’était un autre belge, Jérôme Guery qui s’était imposé dans la grosse épreuve du CSI 5* avec son jeune 8 ans Great Britain V (Nabab de Rêve). « Je suis très heureux aujourd’hui ! C’est un peu une victoire surprise ! Great Britain V n’a que huit ans et n’a jamais sauté ce niveau d’épreuve. Je n’avais donc pas du tout envisagé d’être au barrage ! Au regard de la délicatesse de l’épreuve, je crois même qui si je n’étais pas parti en tout début de première manche, je n’aurais pas pris le départ de l’épreuve. Le parcours était difficile, le temps très court mais finalement mon cheval n’a pas eu l’air en difficulté à un seul moment ! Pour une fois, partir en début d’épreuve a donc été à mon avantage !

J’étais serein en partant au barrage car nous étions assurés d’un podium. Le contrat était donc déjà plus que rempli. Mais en partant en numéro un et comme je n’avais pas du tout marché le tracé du barrage à la reconnaissance, j’ai un peu loupé ma première ligne. J’ai freiné pour faire neuf foulées alors que mes deux concurrents ont pu faire huit foulées très facilement. Après ce deuxième saut, j’ai compris qu’il fallait rattraper un peu le temps. J’ai donc pris des risques sur la fin du barrage, surtout devant la combinaison car je sais que mon cheval saute très bien ce type d’obstacles. Great Britain sautait de manière exceptionnelle. Mon barrage a certainement mis un peu de pression au deux concurrents suivants. Après la faute d’Alberto Zorzi, j’étais déjà assuré de la deuxième place. Puis j’ai vu que Marlon Modolo Zanotelli assurait un peu le double du barrage et je pense que c’est là qu’il a perdu un peu de temps.

J’ai acheté Great Britain V il y a environ un an, au début de son année de sept ans et j’ai toujours beaucoup d’espoir en lui. Ici, il a fait six ou sept semaines de concours et il n’a dû faire qu’une seule faute au total ! C’est vraiment un cheval d’exception comme on en rencontre rarement. Il n’y a pas beaucoup de chevaux de son âge capables de sauter des épreuves comme celle d’aujourd’hui, et encore moins de les gagner », réagira le vainqueur auprès de Blizko communication.