Et une victoire 5* de plus pour Steve Guerdat !

10 mai 2021Auteur : Julien Counet

CSI 5* de Grimaud

Le premier CSI 5* extérieur en Europe avait lieu ce week-end et c'était une nouvelle fois à Grimaud, qui reste une des seules places du CSI de haut niveau en Europe en ces temps difficiles, que cela se passait !

Sur le parcours du chef de piste français Grégory Bodo, quarante-six couples parmi les meilleurs au monde prenaient le départ du Grand Prix de ce premier CSI 5* outdoor européen de la saison, le seul au monde ce week-end. Pour l’occasion, Bodo avait introduit une nouveauté sur ce Grand Prix qui, pour la première fois, présentait une rivière, à la demande du clan  français, dans l’objectif de parfaire la préparation des chevaux en vue des championnats à venir, Jeux olympiques et championnat  d’Europe. La rivière ne posera pas  de  problème  majeur,  à  la différence  du  délicat  triple  vertical-vertical-oxer,  sur  lequel  un  nombre  important  de  couples laissera quelques plumes. Premier sans-faute  de  ce  premier  tour,  l’Espagnol Eduardo  Alvarez  Aznar,  en  selle  sur  son Legend,  se  prend  à  rêver  du  doublé  après  sa  victoire  dans  le  Grand  Prix  4*  de Grimaud  la  semaine  dernière.  Un  peu  plus  tôt  dans  la  journée,  le  cavalier  Belge  Grégory Wathelet, sur Cocktail de Talma avait lui bel et bien signé ce doublé dans le Grand Prix 2*.

Avant la  pause,  seuls deux  cavaliers  terminent  ce  premier  tour  sans-faute,  et  assurent  ainsi  les internautes d’un barrage : Brian Moggre, l’élève de l’Américaine Laura Kraut, se qualifie en effet lui aussi,  aux  commandes  de  Balou  du  Reventon,  un  étalon  qui  évoluait  précédemment  sous  la selle  de  l’Irlandais  Darragh  Kenny,  avec lequel il remportait  notamment le Grand Prix 5* de Chantilly, en 2019. Après la pause, trois champions olympiques parviennent à se qualifier pour le barrage : Laura Kraut, championne par équipes en 2008, la Française Pénélope Leprévost, en or  avec  l’équipe  de  France  en  2016,  et Steve  Guerdat,  actuel  numéro un mondial  et  champion olympique  en  individuel  à  Londres  2012.  Le Suédois Henrik von Eckermann, sur King Edward,  le  meilleur  Français au  classement  mondial, Julien  Epaillard,  associé  à  Kosmo  van  hof  Ter  Boone,  la  Portugaise  Luciana  Diniz sur Vertigo du Désert, et un autre champion olympique, l’Ecossais Scott  Brashsur  Hello  Senator,  en  or  avec  les  Britanniques  en  2012  et  vainqueur  de  trois  Grands Prix  4* du Hubside Jumping depuis son lancement en avril 2019, complètent la liste du barrage, qui se courra donc à neuf : un barrage comme on les aime.

Premier à s’élancer dans le barrage, l’Espagnol Eduardo Alvarez Aznar signe le premier double sans-faute, dans  un  tempo  qui  ne  semble  pas  impressionner.  Le  tour  suivant,  celui  de  l’Américain Brian Moggre,  ne  permet  pas  non  plus  de  mieux  jauger  du  temps  qu’a  proposé  Alvarez  Aznar  à  ses concurrents : sans-faute,  l’Etats-Unien  semble  avoir  visé  le  tour  propre,  sans  forcément  jouer  la montre.  Là  où  les  choses  commencent  à  se  clarifier  autour  de  ce  chronomètre qui interroge, c’est lorsque Laura  Kraut et  Baloutinue sortent  de  piste  avec  certes  une  barre  renversée  sur  le dernier  obstacle,  mais  surtout  dans  un  tempo  de  dingue,  pourtant  moins  rapide  que  celui  de l’Espagnol. L’Ibérique avait donc placé la barre bien plus haut que ce que tous imaginaient... Et ce  n’est  pas Pénélope  Leprévost,  la  championne olympique  française  qui  dira  le  contraire, sans-faute avec Vancouver de Lanlore, elle reste malgré tout toujours derrière le temps du leader. Steve Guerdat entre alors en piste et parvient à baisser de 66 centièmes de secondes le  chronomètre  de  référence.  A  sa  suite,  le  Jurassien  ne  sera  pas  inquiété  puisque  le  Suédois von Eckermann quitte la piste avec quatre points de pénalité, tout comme le Français Julien Epaillard  (dans un meilleur chronomètre malgré tout que celui du Suisse) et la Portugaise Diniz ; l’Ecossais Scott Brash terminera quant à lui son concours avec deux barres à terre. 

« Il  s’agit  de  ma  première  victoire  en  tant  que  papa,  elle  a  forcément  une  saveur  particulière. J’imagine  bien  que  ma  fille  n’a  pas  tout  compris  de  ce  qui  se  passait  (sourire),  mais  ça  me  fait plaisir  d’imaginer  que  j’ai  remporté  ce  Grand  Prix  5*  pour  elle,  le  jour  où  elle  fête  sa  cinquième semaine.  Dans  le  barrage,  nous  nous  sommes  rendu  compte  qu’Eduardo  Alvarez  Aznar,  le premier à s’élancer, avait serré le chronomètre bien plus que ce que nous avions pu imaginer en regardant son tour sur l’écran. Je crois que ma reconnaissance à pied, de ce barrage, n’était pas la  meilleure  que j’ai faite puisqu’il y avait des foulées  à  enlever  absolument  partout  :  c’est  pour cette raison que nous avons été pris au dépourvu  face au barrage et  au chronomètre d’Eduardo. J’ai  essayé  d’enlever des  foulées  mais  je  n’ai  pas  réussi  (sourire),  j’ai  alors  mis  un  bon  coup d’accélérateur  pour  rentrer  dans  le  double.  Du  coup,  mon  barrage  peut  ne  pas  avoir  paru  très harmonieux. Je suis en tout cas très heureux, le cheval a superbement sauté. Je ne pensais pas forcément que ça suffirait pour le barrage, mais si finalement. On a peut-être bénéficié des quatre points de Julien Epaillard. Tous mes chevaux n’ont pas fait grand chose l’année passée. Celui-ci a  participé à deux ou trois concours en 2020 ; il a recommencé en Espagne cette année, sur des petites  épreuves  et  un  Grand  Prix  3*  ;  puis  tout  s’est  de    nouveau    arrêté  pour  l’équitation européenne.  C’est  donc  évidemment  son  premier  concours  de  reprise  et  il  est  en  pleine  forme, bien  dans  sa  tête.  Le  premier  jour,    il  était  un  peu  frais,  je  craignais  que  ça  ne  suffise  pas  pour aujourd’hui , mais il a tout donné et était dans une forme comme il a rarement été.  »  expliquera Steve Guerdat qui cloture ainsi la première série de concours à Grimaud, où se retrouveront les cavaliers en juin prochain pour cinq nouvelles semaines de concours dont trois de cinq étoiles.



CSI 4* de Valkenswaard

À Valkenswaard, les Stal Tops accueillaient un CSI 4* et c'était surtout l'occasion de revoir les installations hollandaises retrouver la piste principale sur gazon. Jan Tops avait promis que le passage au sable ne serait pas définitif et le fondateur du Global Champions Tour a tenu parole pour le plus grand bonheur de tous. Une décision à contre courant alors que le sable se généralise mais qui ne peut que ravir les passionnés de concours. C'est finalement le Britannique Ben Maher qui s'impose dans le Grand Prix avec Ginger Blue (Plot Blue x Royal Bravour) pour huit centièmes devant Bryan Balsiger sur Ak's Courage (Chepetto C) alors que Michael van der Vleuten complète le podium avec Beauville Z (Bustique).

"Il y avait un parcours assez grand et plutôt délicat avec des distances difficiles. Je devais souvent faire une foulée supplémentaire. Ginger Blue est très prudente. Elle m'a donné un très bon feeling au premier tour et cela m'a mis en confiance pour le barrage. J'ai fait ce que j'ai pu et Ginger Blue est par nature un cheval très rapide. Tout s'est passé comme prévu. C'est un bon coup de pouce pour la saison à venir" réagira Ben Maher.

Résultat du Grand Prix 4*

CSI 4* de Montefalco

Il y avait aussi un Grand Prix 4* en Italie à Montefalco. C'est l'Irlandais Shane Breen qui s'y est imposé avec Ipswich vd Wolfsakker (Carembar de Muze alias London) devant l'Argentin José Larocca sur son crack Finn Lente (Gaillard de la Pomme). Les Italiens Roberto Tuchetto sur Barron et Antonio Alfonso sur Charmie (Connor) complètent ce podium international. 

Résultat du Grand Prix 4*

CSIO 3* de Prague

À Prague, à l'occasion du CSIO 3*, la République Tchèque remporte sa Coupe des nations devant le Danemark et la Belgique. Dimanche dans le Grand Prix, c'est l'Irlandais David Simpson qui s'impose avec Foudre F (Narmelus R) devant l'Allemand Philip Houston sur Sandro S Bella (Sandro Boy), alors que le Japonais Koki Saito complète ce podium international avec l'étalon Chilensky (Chaiton).



CSI 3* de Redefin

En Allemagne, Redefin organisait un CSI 3* où les locaux ont régné en maitre, prenant au passage les onze premières places du Grand Prix. La victoire revient à Richard Vogel sur Never Walk Alone (Numero Uno) pour quatre petits centièmes de seconde devant Andre Thieme sur Chakaria (Chap) alors que le troisième, Carsten Otto Nagel sur L'esperance 2 (Lord Z), pointe à une seconde quinze du vainqueur ! 

Résultat du Grand Prix

CSI 2* de Nancy

Les cavaliers qui souhaitaient s'engager en deux étoiles avaient l’embarras du choix avec pas moins de cinq CSI 2* sur le week-end. A ce titre, Nancy faisait un peu office de cas isolé face aux autres concours qui étaient quant à eux organisés dans de grandes structures habituées à accueillir de nombreux rendez-vous sur l'année. Le plateau du CSI français montrait d'ailleurs l'engouement des cavaliers à courir sur d'autres pistes. À ce petit jeu, c'est le Suisse Pius Schwizer qui a sorti son épingle du jeu avec Balou Rubin (Balou du Rouet) devant Stéphanie Hennequin sur Black Pearl d'Amont (Romando de l'abbaye) et Guillaume Rolland Billecart en selle sur Ustica des Luthiers (Kashmir van't Schuttershof). 

Résultat du Grand Prix

CSI 2* d'Opglabbeek

Doublé belge dans le Grand Prix 2* d'Opglabbeek où Koen Vereecke s'impose avec Lector vd Bisschop (Bamako de Muze) devant Vincent Lambrecht sur Catwalk Harry (Verdi), alors que Jana Wagers complète le podium sur Chacco's Lady (Chacco Blue). 

Résultats du Grand Prix

CSI 2* de Peelbergen

Lors du CSI 2* de Peelbergen aux Pays-Bas, c'est la jeune Américaine Schaefer Raposa qui s'est imposée sur Mexico (Niveau) devant la Britannique Chad Fellows sur Eindhoven DH (Vaillant). Le duo anglophone laisse derrière lui pas moins de cinq hollandais. 

Résultats du Grand Prix

AuteurJulien Counet