Un week-end de rêve pour Luc Tilleman

09 mars 2021Auteur : Julien Counet

Ils ont vécu ensemble dans le même pré dès leurs naissances et ce, jusqu'à leurs deux ans, avant d’être formés dans la même écurie et enfin de se retrouver à la remise des prix - sur le podium - du Grand Prix lors Global Champions Tour de Doha. Ce week-end, Delux van T&L et Dieu Merci van T&L ont rempli de fierté leur éleveur Luc Tilleman. Ce dernier retrace avec Studforlife leur parcours et nous annonce un futur prometteur. 

« C’était un week-end extraordinaire ! Deux fils de Toulon sur le podium d’un Grand Prix cinq étoiles, c’est magnifique mais lorsque ce sont deux chevaux nés à la maison, c’est encore mieux. Delux et Dieu Merci sont nés dans le même pré et très vite, ils sont sortis du lot. On a tout de suite remarqué qu’ils avaient un équilibre hors du commun. Nous avons décidé de castrer Delux à deux ans car il était très chaud avec les autres. Même si c’était un gentil cheval, j’avais peur qu’il devienne compliqué à manipuler en saillissant. En plus, nous avions Dieu Merci dans cette même génération qui était d’une beauté incroyable en ayant lui aussi des qualités athlétiques hors du commun. Il faut bien avouer que nous n’avions pas besoin de deux fils de Toulon à présenter.

Delux van T&L (Toulon x Landetto)


Tous les deux ont passé mon protocole de sélection avec succès car c’étaient des chevaux hyper respectueux avec une grande classe de galop. Lorsque je les teste, je ne les fais pas sauter très haut par contre, je veux que les barres restent en haut des obstacles ! C’est très important d’avoir des chevaux respectueux car aujourd’hui, on leur demande d’arriver à toute vitesse sur des obstacles. Il faut vraiment de la qualité ! Dieu Merci est un cheval d’une incroyable régularité, je pense d'ailleurs qu’il doit avoir 90% de sans-faute sur ses parcours internationaux. Je ne sais pas si un autre cheval au monde peut se targuer d’un tel pourcentage.

Ces deux chevaux ont débuté leur carrière sportive chez nous. Nous avions vendu Delux au début de son année de six ans alors que Dieu Merci est resté avec nous jusqu’à l’année dernière. Il faut bien se rendre compte qu’avec le Covid, cela ne devait être que son dixième ou douzième parcours avec Eric Lamaze.

Dieu Merci van T&L (Toulon x Corrado I)


Je suis vraiment heureux pour nos clients qui nous ont fait confiance en achetant ces chevaux et ceux qui nous ont fait confiance en achetant les saillies : ils sont aujourd’hui récompensés et nous aussi. Pour ma part, c’est vraiment le même plaisir et le même stress de les voir sauter aujourd’hui que lorsqu’ils étaient chez nous. Cela reste nos chevaux, nous les avons vus grandir et évoluer. Ce week-end était vraiment exceptionnel même si je dois bien avouer qu’émotionnellement, la victoire de Dieu Merci dans le Grand Prix 3* du CSI de Beervelde avec mon beau-fils, Frédéric Vernaet, était une victoire familiale magnifique.

Ce sont pour des moments comme ceux-là que l’on travaille dur et que l’on essaie de faire un travail juste. Des résultats comme ceux de ce week-end nous montrent que notre philosophie est juste. Nous avons déjà vécu de nombreuses très belles choses que ce soit avec Toulon lui-même puis des chevaux comme Halifax ou Houston, eux aussi vendus, ont fait le bonheur de leurs propriétaires.

C’est vrai qu’au départ, je me suis toujours intéressé à l’élevage mais sans trop élever moi-même. Puis, en 2008, lorsque la crise a frappé et que de nombreuses personnes ont arrêté ou diminué l’élevage, j’ai décidé d’élever moi-même. Aujourd’hui, je trouve néanmoins que beaucoup de monde élève alors je vais ralentir un peu me production. Je suis comme cela, cela fait partie de mon caractère, j’aime aller à contre-courant.

Orak D'Hamwyck, finaliste du championnat de Belgique des 6 ans, est l'une des nouveautés du catalogue de T&L


La mère de Delux est aujourd’hui à l’élevage Van’t Paradijs de la famille Rooms où elle a donné une propre sœur de Delux l’an dernier. La mère de Dieu Merci a quant à elle donné une pouliche de Quatre Mai L (Corydon van T&L x Toulon) l’année dernière et est encore plein de cet étalon dans lequel nous fondons beaucoup d’espoir. Je pense que nous avons déjà vécu de très belles choses mais que notre futur s’annonce tout aussi bien car nous avons encore la chance d’avoir de très bons jeunes chevaux à la maison. Nous sommes d’ailleurs très fiers d’accueillir cette année l’étalon Orak D'Hamwyck (Tobago Z x Toulon) dans nos écuries qui, en plus d’être monté par Frédéric, complètera notre catalogue d’étalon déjà bien fourni.

Toulon lui est désormais à la retraite chez nous. Il n’est plus disponible qu’en congelé. C’est le roi des écuries, il nous a tout donné, nous devons le traiter en seigneur et lui offrir la retraite qu’il mérite aujourd’hui. »

Toulon, ici avec Hubert Bourdy, profite d'une retraite heureuse après avoir évolué au plus haut niveau comme nombre de ses produits.

Photos : Julien Counet

AuteurJulien Counet