SIMON DELESTRE, N°1 MONDIAL !

02 March 2016

C’est fait ! Simon Delestre (34 ans) est le troisième cavalier français à devenir n°1 mondial. La FEI vient de publier les Longines Rankings n°182 comprenant les résultats du mois de janvier où le Lorrain a soufflé la politesse à l’Écossais Scott Brash.

Cinq ans après Kevin Staut (de juillet 2010 à avril 2011) et 24 ans après Eric Navet (1992), le saut d’obstacles français compte à nouveau un n°1 mondial. C’est par une sobre réaction que Simon Delestre a commenté cette nouvelle : « Être n°1 mondial une fois dans sa vie est le rêve de tout cavalier », pour immédiatement rendre hommage aux trois chevaux qui lui ont permis d’atteindre ce sommet : « Qlassic Bois Margot, Chesall Zimequest et Hermès Ryan m’ont permis, à parts pratiquement égales, de marquer 98% de mes points. Les récentes performances de Chesall Zimequest, 4ème du Longines Grand Prix de Hong Kong et de Qlassic Bois Margot, 2ème de la Coupe du monde de Bordeaux ont permis de faire la différence, mais le mérite revient à ces trois chevaux au même titre. Sans l’un des trois, ce résultat n’aurait pas pu être possible. Cela s’est joué à tellement peu de points que chaque performance avait ici son importance. Ce rang de n°1 mondial consacre avant tout la régularité de mes chevaux ». Cependant, avec six podiums au cours des six dernier mois, Qlassic Bois Margot est le cheval qui aura permis de faire la différence et de faire "basculer" la tête du classement mondial en faveur du cavalier français.

La marque de fabrique du champion français est de « faire » lui-même ses chevaux : aucun de la quinzaine de cracks qu’il a montés en Grand Prix 5* (sans compter ceux qu’il a menés en cinq étoiles hors Grand Prix) n’est arrivé dans ses écuries prêt pour ce niveau : « Je suis à la recherche permanente de jeunes chevaux que je fais ensuite évoluer vers le haut niveau. Les chevaux qui ont déjà 9 ou 10 ans sont rarement mon créneau : j’ai besoin de deux à trois ans pour forger ma complicité avec un cheval et s’il a 10 ans au départ, il ne sera pas prêt avant 13 ans et il ne restera plus beaucoup de belles années devant nous, d’autant plus qu’il s’agit pour la plupart de chevaux que je compte revendre. Quand j’ai vu Qlassic Bois Margot, par exemple, il n’avait que 7 ans, mais j’ai tout de suite pensé que c’était un cheval qui avait tout en lui pour le grand sport, ces chevaux sont rares ».

Qlassic Bois Margot, justement, avec qui le nouveau n°1 mondial vient de signer une belle performance en prenant la deuxième place du Grand Prix Coupe du monde Longines de Bordeaux, sera bientôt à nouveau sur le front pour la finale de cette Coupe du monde FEI Longines dans trois semaines à Göteborg. Avec quelle attente ? « Je suis quelqu’un de conquérant, je suis un gagnant dans l’âme, j’ai en tête de faire le maximum, la question ne se pose pas d’autant que le cheval est en très grande forme. Une finale de Coupe du monde ne se joue jamais à grand chose. La différence entre la première et la huitième place à ce niveau-là, c’est une barre effleurée qui reste ou ne reste pas dans les taquets ; ceci dit Qlassic Bois Margot est dans une forme exceptionnelle, il a fait preuve d’une régularité extraordinaire depuis presque deux ans, c’est un niveau qu’il maîtrise parfaitement ». Sans doute encore plus remonté que jamais par ce nouveau rang de n°1 mondial, Simon Delestre partira donc la fleur au fusil avec Qlassic Bois Margot à Göteborg pour cette finale de Coupe du monde FEI Longines que seul un cavalier Français a pu remporter jusqu’alors.

Ranking FEI


Communiqué