Quinta W, championne de Belgique des 5 ans

28 août 2021Auteur : Julien Counet

Avec soixante-sept finalistes chez les 5 ans, on pouvait s’attendre à une finale difficile et sélective. Nous aurons finalement assisté à une très belle épreuve qui aura une nouvelle fois démontré la qualité des chevaux présents sur ces finales avec pas moins de dix-sept barragistes.

Les stals de Muze de Joris de Brabander étaient les grands vainqueurs de cette finale avant même le départ avec pas moins de vingt-quatre produits issus des étalons distribués par la station de monte anversoise dont pas moins de neuf descendants de Mosito vh Hellof (Elvis Ter Putte x Nabab de Rêve), issu de la souche d’Action Breaker et Quasimodo vd Molendreef.

Un barrage qui s’est révélé très fautif. Il faut dire que très rapidement, Charlotte Bossrez aura mis la pression sur les poursuivants. Auteure de deux parcours magnifiques avec l’une des grandes révélations de ce championnat : Kamarelle de Vy (Emerald vh Ruytershof x Schilling) qui aura dégagé d’énormes moyens et une aisance impressionnante. Elle est issue de la quatrième génération de la jument de Grand Prix, Kali de l’Espinette.

Manuel Thiry aura quant à lui choisi la voie de la prudence avec Daylight EM (Diamant de Sémilly x Chellano) qui n’est autre qu’un frère utérin de l’ancienne gagnante en Grand Prix 5*, Cas de Liberté Z. Avec deux points de temps dépassé, il ne pourra pas prétendre à autre chose qu’une belle prestation avec un cheval peu expérimenté.

Katrijn van Hoecke sur Stranger du B&A Z (Singular Joter x Diamant de Sémilly) et Virginie Thonon sur la très plaisante Gstar des trois croix (Cornet Obolensky x Quidam de Revel) se contenteront elles aussi d’un beau double sans-faute sans pour autant tout tenter, d’autant que la Liégeoise avait attaqué avec sa première monture mais le résultat n’avait pas pour autant été à la hauteur de ses espérances.

Mais le barrage s’anime car Thomas Mertens a attaqué fort avec un Dalton van het Eelshof (Dallas VDL x Lys de Darmen) qui n’aura pas fait rêver pour autant mais qui prend la tête du championnat.

Wim Vinckx attaque et réalise un temps … parfaitement identique avec Uri van de Kattevennen Z (Uricas vd Kattevennen x Canturo) du regretté Léon Spronken, connu notamment pour avoir été l’un des fidèles propriétaires de la famille Philippaerts. La mère d’Uricas est une sœur utérine de Chopin du Château Hollogne Z, issu de la souche de Vangelo des Hazalles, Kismett et du célèbre Good Luck, tout simplement !

Mais une épreuve n’est jamais finie avant la fin et Arnaud Gaublomme abaisse le chronomètre de près d’une demi-seconde avec Quabriolet van het Bildeken (Anakin van’t Schuttershof x Burggraaf) : 36’’55, nouveau temps de référence.

Présent avec trois chevaux lors de cette finale, le Français Clément Fortin, qui vient de poser ses valises depuis un mois à peine chez Fabien Schreiber, s’élance avec Quinta W (Eristoff van de Zuuthoeve x Parco). Cela va très vite et le chronomètre s’arrête : 36’’48 ! Le jeune homme vient à 22 ans de décrocher son premier titre en Belgique.

« J’ai acheté cette jument à la fin de cet hiver alors qu’elle faisait ses premiers parcours puisqu'elle avait eu un poulain l’année dernière. Elle est encore très verte car elle a uniquement fait les parcours du cycle. Elle a très bien évolué durant la saison et encore ici, durant ce championnat, elle s’est révélée de plus en plus à l’aise. Elle s’est promenée toute la semaine. Il est clair que quand on regarde les origines, on ne peut pas dire que son père soit très connu, on peut même le qualifier de normal mais la jument m’a vraiment plu la première fois que je l’ai vue. Ensuite, on a fait le boulot comme on le fait depuis des années déjà. Je suis ravi de mon cavalier qui a débuté chez moi il y a un mois seulement et qui connait à peine Quinta W et les autres chevaux. La semaine dernière, nous sommes troisième du championnat de la LEWB et nous avons déjà gagné pas mal d’épreuves. Il est brillant et nous nous amusons beaucoup. La compagne de Robinson Maupiler me l’a renseigné alors qu’il était en Normandie et qu’il cherchait du travail. Il est certain que je suis marchand et que tout est toujours à vendre mais des chevaux de cette qualité sont rares, elle a beaucoup de potentiel et est extrêmement facile en plus donc nous allons essayer de la laisser vieillir pour composer un piquet de chevaux. J’ai souvent eu de cracks chevaux mais pas de cracks jockeys à la maison. Aujourd’hui, j’ai un crack jockey et je vais essayer de faire tout pour qu’il reste chez moi le plus longtemps possible en faisant un bout de chemin avec lui et construire quelque chose. A court terme, nous allons désormais viser Lanaken puisque nos écuries y seront représentées avec cette jument et une autre qui a remporté le cycle avec Virginie Thonon. » expliquera Fabien Schreiber.

Malgré la victoire, Clément Fortin sera resté de marbre ou presque : « Je suis évidemment ravi mais c’est vrai que ma façon d’être et mon caractère font que je ne suis pas très démonstratif. Depuis le début, je m’entends bien avec les chevaux et on s’entend bien avec Fabien. Je suis compétitif et je n’aime pas perdre. Ici, je passais dernier au barrage alors je voulais tenter ma chance. Je pense que cette semaine de Gesves est fort semblable à celle de Fontainebleau si ce n’est que la finale se joue au chronomètre, ce qu’on n’a pas en France. Ici, il n’y a pas de note de style et c’est vrai qu’en France, je n’aurais pas pu remporter le championnat alors qu’ici, c’est vraiment au mérite. En France, on peut aligner les sans-faute et se retrouver 10ème ou 15ème parce qu’il y a les notes de style. Je trouve que ce système est meilleur. Avant de venir ici, j’ai travaillé dans divers écuries en France comme chez Romain Bourdoncle puis j’ai voulu prendre de l’expérience ailleurs. Il faut voir cela sur le long terme. Mon objectif est de former des jeunes chevaux et évoluer avec les chevaux plus âgés … et réussir de bons commerces. »

AuteurJulien Counet