Pénélope Leprévost survole Lyon !

03 November 2015

Equita'Lyon 2015
Grand Prix WC

Les quarante cavaliers qualifiés pour cette troisième étape de coupe du monde pour la ligue d'Europe de l'ouest sont concentrés sur leur objectif mais comme on pouvait s'y attendre, Frank Rothenberger n'a pas fait dans la dentelle. On le constate rapidement avec des scores très lourds en début d'épreuve, où seul le jeune Suédois Douglas Lindelow réussit à tirer son épingle du jeu avec un sans-faute.

Derrière, on a beaucoup plus de mal même si Pieter Devos était vraiment très proche avec Dream of India Greenfield (Gem of India)mais le couple n'aura pu éviter la faute sur l'ultime obstacle. « Dream a très bien sauté et je dois être content surtout après notre changement de plan mais si près du but, c'est vraiment dommage. Je ne comprends pas vraiment la faute. J'aurais peut-être pu écarter un peu plus ma rêne extérieure pour le tenir plus droit mais je ne suis même pas sûr que cela aurait changé quelque chose. » réagira le Belge. Jérôme Hurel lui aura bouclé une nouvelle promenade de santé avec Quartz Rouge (Ultimo van ter Moude) mais une nouvelle fois, le chronomètre aura battu le Français. « Je savais que je n'étais pas très vite. J'avais prévu d'enlever une foulée dans la dernière ligne mais lorsque je suis sorti de mon virage j'ai été forcé d'attendre et là, ce n'était plus possible. C'est dommage, il faut que je me remette dans le bain des indoors même si le circuit de coupe du monde n'est pas un objectif pour moi cette saison… maintenant si des places sont disponibles, j'y participerais volontiers. »

Un chronomètre qui jouera également des tours à l'Italien Emanuele Gaudiano sur Caspar (Casper) un peu plus tard.

Dommage également pour Olivier Robert qui aura bouclé un très joli tour mais échouera sur l'oxer d'entrée du triple avec Quenelle du Py (Tresor de Renom).

Gerco Schröder lui se fera piéger sur l'oxer au couleur du haras des Grillons avec Glock's Cognac Chamblanc (Clearway) alors que Meredith Michael Beerbaum se fautera sur l'entrée du double de verticaux avec Fibonacci (For Feeling) tout comme Edwina Alexander sur Lintea Tequila (Campbelll) alors que Bertram Allen et Molly Malone (Kannan) se feront piéger sur la sortie de cette même combinaison. Grégory Wathelet pensait quant à lui avoir fait le plus dur lorsqu'Eldorado vh Vijverhof (Thunder vd Zuuthoeve) poussera le vertical n°10 où s'était également fait piéger Pius Schwizer avec Giovanni van het Scheefkasteel (Darco). Le vainqueur de la dernière édition aura réussi un très joli Grand Prix mais une semaine après son doublé à Saint Lô, Bosty ne parviendra pas à faire le doublé à Lyon avec une faute sur la sortie du triple d'un Quartz de la Lande (Jenny de la Cense) qui n'aura pas démérité. Ludger Beerbaum est le dernier à s'élancer et on pense qu'il va pouvoir ajouter son nom à la liste des barragistes mais c'était sans compter sur une faute de Chiara (Contender) sur l'ultime obstacle du parcours ! Ils seront donc sept à repartir pour le barrage et le Suédois lance les hostilités avec Casello (Casall) mais cette fois Douglas Lindelow ne peut éviter la faute sur l'entrée du double de verticaux. L'homme en forme de l'année, Romain Duguet a remporté son premier Grand Prix 5* lors du Saut Hermes également organisé par GL Events avant d'en remporter deux autres dans la foulée dont la semaine dernière lors de l'étape de coupe du monde d'Helsinki. Il compte une nouvelle fois sur une Quorida de Treho (Kannan) impressionnante qui signe un double sans faute magnifique en 42''27 ! La course est lancée. Surprise du jour, le local Julien Gonin aura fait honneur à la Wild Card offerte par l'organisatrice en se qualifiant pour le barrage avec Soleil de Cornu CH (Qredo de Paulstra) mais le garçon garde la tête sur les épaules et ne s'enflamme pas. Il boucle un joli double sans-faute et joue placé ! « J'ai acheté ma structure il y a 5 ans et pour ce faire, j'avais vendu mes bons chevaux de l'époque dont Kellemoi de Pepita qui a par la suite évolué avec Michel Robert qui est véritablement mon père spirituel. Ma famille est toujours derrière moi et je les en remercie mais je suis arrivé à 12 ans chez Michel et Dominique Robert qui m'ont vraiment accueilli chez eux même si je rentrais chez mes parents tous les soirs. Michel m'a emmené avec lui sur tous les plus beaux concours du monde, je suis parti de chez eux à 25 ans. A 14-15 ans, Michel m'a offert la moitié d'un cheval et il m'a vraiment formé de A à Z. J'ai ensuite racheté des jeunes chevaux que j'ai formés pour emmener le plus loin possible même si après, je les vends par la suite car c'est le moyen de faire tourner ma structure. Je ne vis pas que du sport mais aussi du commerce, des cours. Aujourd'hui, c'est vraiment un jour très fort émotionnellement. Actuellement, je dois plus être chef d'entreprise que cavalier alors oui, venir ici faire un tel résultat devant sa famille, ses amis, c'est vraiment fort sympathique. Je ne peux également que remercier Sylvie Robert qui n'a pas hésité depuis plusieurs mois à me proposer une invitation pour venir monter mais je voulais d'abord être sûr d'être au niveau pour cela, c'est dans ce but que nous nous sommes rendus au 5* de Bruxelles et en revenant, j'ai dit à Sylvie que je serais ravi de participer car je ne voulais pas venir pour être ridicule. Après cette prestation, c'est certain que j'aimerais encore faire un bout de chemin avec lui mais il faut être réaliste, je ne pourrai pas le conserver encore 20 ans. C'est un cheval que j'ai découvert en Suisse en allant donner un stage il y a trois ans. C'est finalement assez court pour le former jusqu'à ce niveau mais aujourd'hui, il s'est fait remarquer par des gens qui étaient étonnés de me trouver à ce niveau alors nous verrons comment les choses évoluent mais il faut rester réaliste d'autant que j'ai d'autres chevaux très bien qui arrivent derrière. Lors du barrage, j'ai voulu rester à 90% de nos capacités car que ce soit les chevaux qui sont devant comme derrière moi, ce sont des chevaux qui font ça toutes les semaines. Réussir un tel exploit, il y avait quand même un taux de probabilité qui était assez faible : ça a payé et je ne regrette pas ! » Simon Delestre lui attaque très fort. Qlassic Bois Margot (L'Arc de Triomphe) utilise son énorme action mais lui aussi se fait piéger sur l'entrée de ce double de verticaux malgré un très bon temps de 41''65. Christian Ahlmann ne commettra aucune erreur. Le couple n'aura pas souffert de leur contreperformance lors du barrage de vendredi, il n'y a pas de place au doute, Taloubet Z (Galoubet A) est impressionnant, répondant au millimètre aux demandes de son cavalier, c'est magnifique : 41''27, nouveau leader ! Pénélope Leprévost ne lâche rien. Il y a deux semaines, elle a remporté la première étape de coupe du monde à Oslo et a fait l'impasse sur la seconde. A Lyon, elle a remporté vendredi le Grand Prix Longines toujours avec Flora de Mariposa avec qui elle s'attaque aujourd'hui à un tracé très rapide mais la fille de For Pleasure est dans un état de grâce. L'alezane impressionne encore et toujours et boucle un barrage somptueux en 40''64. La salle de Lyon en tremble encore, nouveau leader ! Rien n'est gagné pour autant car Rolf Goran Bengtsson et son très expérimenté Casall (Caretino) ne sont pas là pour plaisanter. Le Suédois vérifie bien si l'étalon du Verband est aux ordres. Si son fils a débuté les hostilités du barrage, le père du haut de ses 16 ans veut encore montrer qu'il est bien là et cela part très vite mais la barre tombe dès le troisième obstacle. Pénélope Leprévost remporte son deuxième grand prix coupe du monde en deux étapes. « J'ai vraiment eu l'impression d'être connectée avec Flora de Mariposa. Flora est en grande forme, nous sommes en osmose et émotionnellement, c'est très fort. C'est notre troisième victoire en trois sorties sur 15 jours. Je pense que le travail que l'on a fait avec les Mégret depuis de nombreuses années en achetant de très bons jeunes chevaux se concrétise. Nous avons été patients et cela paie aujourd'hui. Nous avons connu de bons mais aussi de moins bons moments et aujourd'hui, je pense que je peux oser dire que nous formons vraiment une bonne équipe. » Battu à la régulière, Christian Ahlmann n'aura pu que féliciter la Française. « Vendredi, j'ai connu un mauvais jour. Taloubet n'est pas un habitué de ce genre de contre-performance lors du barrage mais je dois bien avouer que je n'étais pas au meilleur de ma forme. Nous avons néanmoins fait une bonne épreuve de préparation hier et aujourd'hui, j'ai vraiment donné le meilleur pour gagner… mais Pénélope a fait un meilleur travail et je la félicite. » Troisième, Romain Duguet empoche de précieux points en vue d'une première finale de coupe du monde une semaine après sa victoire à Oslo ! « C'est la première année où je peux véritablement participer au circuit de coupe du monde. Mon entraineur, Thomas Fuchs, m'avait dit qu'il allait être très difficile de se qualifier sur quelques manches … mais finalement, on y est presque alors je ne vais rien lâcher. »