Pénélope Leprévost remporte la bataille à Paris !

06 décembre 2014Auteur : Julien Counet

Cette année, le Gucci Paris Masters change sa formule pour la soirée du samedi. Le sport prend le devant avec la guerre des sexes programme en « prime-time » avant le côté festif de l'épreuve AMADE où l'on se donne de plus en plus de moyen pour amuser la galerie. Luc Musette, le chef de piste attitré des Masters, est bel et bien à l'oeuvre à Paris.

Mais d'abord, place au sport. Vingt cavaliers se sont qualifiés hier : les dix premiers hommes et les dix premières femmes s'élanceront d'abord pour un premier tour avant que les onze sans-faute ne reviennent pour un winning-round.

Gregory Wathelet est le premier à s'élancer avec l'une de ses nouvelles recrues, Zippit (Berlin) mais déjà chanceux lors du tour initial, le Belge ne peut cette fois pas éviter deux fautes.

Katharina Offel lance les enchères en signant le premier sans faute avec Quebracho Semilly ( Le Tot de Sémilly) en 44''11.  Très en verve depuis le début du week-end, Constant van Paesschen aura tout tenté mais ce n'est cette fois pas passé. Taalex ( Tangelo van de Zuuthoeve) sort de piste avec deux fautes. Une faute, c'est également la sanction pour Jos Verlooy avec Farfelu de la Pomme (Vigo d'Arsouilles). Du coup, la Belgique qui était la nation la plus représentée de cette seconde manche n'a déjà plus de chance de victoire. Martin Fuchs aura bien essayé avec Clooney (Cornet Obolensky) mais c'est plus lent que l'Ukrainienne 45''51. Le Mexicain Alberto Michan Halbinger manquera sa seconde manche en sortant de piste avec deux fautes de Camilo La Silla (Portofino) malgré un bon chrono de 43''66. Kevin Staut tient toujours à bien faire devant son public et sans prendre de risques inconsidérés, il signe un beau tour avec Qurack de Falaise HDC (Jarnac) mais il préfère assurer sur le dernier obstacle … qu'il renverse. Lucy Davis et son joli gris, Cassis 54 (Candidatus) signent un joli sans-faute sans jouer le chronomètre et prennent la troisième place provisoire.  Ne pas jouer le chronomètre, ce n'est pas trop dans les habitudes de Maikel van der Vleuten qui attaque avec VDL Groep Sapphire (Mr Blue) … mais essuie un refus inattendu sur l'entrée de la combinaison avant de boucler le reste du parcours sans autre encombre.

La victoire sera donc féminine car il ne reste plus que deux femmes à s'élancer alors que Katharina Offel est toujours bel et bien en tête !

Pénélope Leprévost s'élance avec Flora de Mariposa (For Pleasure) qui fait un retour tonitruant en améliorant le chronomètre de près de trois secondes : 41''40, nouveau temps de référence.

La victoire n'est pas pour autant dans la poche car derrière, c'est Lauren Hough qui arrive avec sa très rapide Royalty des Isles(Zandor). L'américaine fait trembler les tribunes mais doit se contenter de la seconde place pour un dixième de seconde. « Je suis heureuse car en plus d'être la première femme à l'imposer dans cette épreuve, c'est aussi une petite revanche après avoir pris la seconde place avec Mylord Carthago il y a quelques années derrière Rolf Goran Bengtsson. » réagira la gagnante du jour Flora impressionnée de recevoir son trophée des mains de Thierry Lhermitte Cette année, les VIP auront eu le loisir de découvrir le monde des écuries en passant sur une passerelle pour rejoindre le concours. Caroline Sablereau, directrice de la laiterie de Montaigu, était avec son cavalier Julien Epaillard sur le plateau d'Equidia animé par Marine Costabadie et Pascal Boutreau sous les yeux des invités du jeux concours lancé à l'occassion de ce Gucci Paris Masters ainsi que les employés de la laiterie.

AuteurJulien Counet