Nicola Philippaerts, grand vainqueur à Lummen !

11 May 2013

CSIO**** Lummen
Grand Prix 2013 Cette fois, le public avait trouvé le chemin du CSIO**** de Lummen et la chaleur aussi. Les 50 cavaliers participant au Grand Prix vont pouvoir s'exprimer dans des conditions idéales. Les 15 meilleurs couples se retrouveront pour la seconde manche. Malheureusement pour eux, Karline de Brabander sur Bamako de Muze (Darco) et Donaat Brondeel sur Breemersen Adorado (Acorado) ne commettront aucune faute d'obstacle mais se feront piéger sur la rivière, alors que Joe Clee avec Diablesse de Muze (Baloubet du Rouet) fautera, comme Jos Verlooy avec Domino (Thunder vd Zuuthoeve), sur l'élément central du triple vertical-oxer-vertical placé juste à côté de l'étang. Ils seront juste un peu trop lents pour espérer participer à la seconde manche. Une seconde manche sur un nouveau tracé dans laquelle Aymeric de Ponnat sera le premier à s'élancer, après avoir également été victime de la rivière. Armitages Boy (Armitage) est en forme et ne touchera toujours pas la moindre barre du week-end : 64''38. La pression est mise sur les poursuivants. Pénalisé de 4 points en première manche, Olivier Guillon part sur le même principe et malgré un peu de chance dans le double, le second cavalier tricolore rentre à l'écurie avec le sans faute en 63''64. Juan Carlos Garcia ne pourra quant à lui éviter deux fautes, coup sur coup, en fin de tour avec Blue Boy van Berkenbroeck (Poorboy), alors qu'il avait commis une faute sur la sortie du triple en première manche.

Fautif sur le milieu du triple au premier tour, Marc Dilasser ne se posera pas de question et partira comme ses compatriotes sur les chapeaux de roues faisant de cette seconde manche un véritable barrage. Obiwan de Pilière (Diamant de Sémilly) est impressionnant d'aisance et explose le chronomètre 60''99.

« Je m'en veux, je suis rentré beaucoup trop fort dans mon triple et ce n'est pas du tout comme cela que j'aurais dû faire. Mon cheval a vraiment sauté top.

Pour le second tour, Philippe Guerdat nous a dit de ne pas faire les fous mais de serrer un peu nos courbes et attendre que les autres fassent des fautes… Sur les 5 parcours qu'Obiwan a sautés ici, il n'a fait que cette faute et c'est vraiment une faute technique de ma part. Je ne l'ai vraiment jamais vu sauter comme cela. » François Mathy est le dernier des 4 points à s'élancer, mais ce n'est pas son week-end, et il ne peut éviter deux fautes avec Polinska des Isles (Diamant de Sémilly). Pénalisée de deux points de temps dépassé comme la semaine dernière à Anvers, la Sud-Africaine Neriske Prinsloo reste calme et signe un nouveau sans faute avec Bill Clinton (Clinton). « Mon cheval a sauté fantastique cette semaine, comme la semaine dernière. J'ai manqué d'un peu de chance au premier tour car il est devenu un peu fort et j'ai pris deux points de pénalité pour temps dépassé. Je suis très contente. Je suis une cavalière tout à fait amateur et je ne m'attendais pas du tout à ces résultats, mais je fais entièrement confiance à mon cheval. C'est un animal tout simplement fantastique, sans lui je ne pourrais pas sauter des tours comme ceci. Je l'ai acheté en Belgique lorsqu'il avait 5 ans et je l'ai ensuite amené en Afrique du Sud. J'ai évolué avec lui des épreuves jeunes chevaux jusqu'en Grand Prix et c'est vraiment agréable de pouvoir faire un tel travail et de se rendre compte qu'on a pu le rendre aussi bon. Ensuite, je me suis aperçue qu'il était trop bon pour le niveau des épreuves en Afrique du Sud et j'ai décidé de venir m'installer en Belgique où je connaissais quelques personnes et où c'est également plus facile d'obtenir un visa. Mon but était de me qualifier pour les JO de 2012. J'ai juste manqué mon but alors aujourd'hui nous travaillons pour nous qualifier pour les JEM de Normandie l'an prochain. » Même combat pour Bernardo Alves et son délicat Cloud Nine II (Lando x Calido) et objectif réussi, le Brésilien prend la tête avec un point de temps dépassé en première manche. « C'est un cheval que je ne monte que depuis 2 mois. Ben Maher l'avait confié à Enda Caroll mais ils ont déjà beaucoup de chevaux et comme je suis installé au Manège de la Hussière comme lui, il me l'a confié. Je suis content. Je connais le cheval et je sais qu'il n'est pas encore prêt à aller vite. Il n'a pas encore beaucoup d'expérience. Aujourd'hui, j'ai vraiment monté dans le but de faire du temps dépassé. Pour moi, c'est vraiment un beau résultat et cela me fait vraiment du bien moralement car je suis resté 6 mois sans aller en concours, simplement parce que je n'avais pas de chevaux pour y aller. Maintenant, tout est de nouveau en route et après ce beau résultat, Bridgit (Kannan) fera sa rentrée la semaine prochaine à Lommel puis Paul Schockemoehle m'a confié deux chevaux de 7 ans qui sont vraiment très bien. J'espère vraiment être relancé. » Après une belle première manche, Marie Hécart se fait piéger sur l'oxer sur bidet placé en n°4 avec Myself de Brève (Quidam de Revel). « Lors de la première manche, j'ai dû attendre quelques obstacles avant qu'elle se mette vraiment en route, et deuxième tour, je trouvais qu'elle sautait encore mieux, j'étais bien enclenchée mais je suis arrivée sur cet oxer un petit peu de travers, il était carré, j'aurais dû laisser un peu de place et j'étais trop près… j'ai dû perdre un peu de connections avec ma jument sur cet obstacle-là. Je suis actuellement en Europe pour 4 mois avec l'espoir d'intégrer l'équipe de France. C'est pour cette raison que je suis ici en espérant faire évidemment de beaux concours. C'est une jument qui peut tout sauter, elle a de gros moyens et est très respectueuse.» Jérôme Guery aura signé une première manche magnifique, Upper Star (Metall) confirmant tous les espoirs placés en lui mais lors de la seconde manche, ils ne peuvent éviter une faute sur le premier élément du double placé en avant dernière position. « C'est une petite erreur de ma faute, j'étais un peu trop loin. J'ai voulu un peu protéger car je sentais le cheval un peu fatigué sur la fin de parcours avec un peu le stress d'absolument vouloir faire sans faute. Comme j'avais monté cette seconde manche assez lentement, je me suis retrouvé fort loin donc je suis un peu déçu. Néanmoins, ce week-end a été assez positif puisque j'étais sans faute dans toutes les grosses épreuves même si je n'ai pas concrétisé au barrage, c'est de bonne augure pour la suite. » Le cavalier des écuries Godignon, Henri Kovacs, commettra également la même faute et sortira de piste avec 8 points alors que Quedge Deenne (Elan de la Cour) avait réalisé un très beau premier tour confirmant tout le potentiel qu'elle avait laissé entrevoir sous la selle d'Hervé Godignon la saison dernière. John Whitaker a toutes les cartes en main pour signer le premier sans faute. Argento (Arko III) est en forme et l'organisateur, Peter Postelman, fera même le déplacement jusqu'au paddock pour encourager la star anglaise qu'il rêve de voir gagner dans son jardin. Malheureusement, alors que tout le monde pensait voir le premier sans-faute, la barre du dernier oxer placé dans l'ombre du bosquet entourant la rivière tombe : 4 points. Nicola Philippaerts lui ne loupe pas le coche et signe un magnifique parcours sans faute en compagnie de Cortez (Quick Star). Il n'y a plus que trois candidats à s'élancer pour espérer un barrage. Guy Williams est en forme ce week-end mais Titus commettra les deux mêmes fautes que la monture de François Mathy, sortant de piste avec 8 points. Daniel Deusser a opté pour Evita van de Veldbalie (Wandor vd Mispelaer). La 9 ans des écuries Stephex confirme les espoirs placé en elle et le barrage semble assuré… jusqu'à ce que le dernier obstacle s'effondre : 4 points ! Dernier à s'élancer, le Suisse Carlo Pfyffer est à deux doigts de réaliser un incroyable week-end avec son étonnante Notre Moinerie (Cumano). Double sans faute dans la Coupe des Nations, ils sont de nouveau présent et prêt à offrir au public un très beau barrage… mais une nouvelle fois le dernier obstacle chute, Nicola Philippaerts remporte donc le Grand Prix du CSIO**** de Lummen devant les siens ! « Lorsque nous avons acheté Cortez, nous l'avons lancé directement dans le championnat de Belgique. Il sautait bien, mais il n'était pas encore en super condition pour sauter ce genre d'épreuves. Il fallait encore un peu plus et j'ai bien travaillé les premiers mois de cette année en restant à la maison pour le construire véritablement. Nous lui avons construit une véritable musculature et il est vraiment en forme actuellement. Il est frais, il peut sauter deux tours sans forcer et il a tellement de sang qu'il n'est même pas fatigué. Le deuxième tour était plus haut que le premier et c'est vrai que c'était difficile. Le mien a vraiment sauté super et j'ai de la chance de gagner. J'étais néanmoins resté concentré jusqu'au dernier au cas où il y aurait un barrage car je ne voulais pas avoir de regrets ensuite. Carlos sera toujours un cheval spécial pour moi car ça a été le premier cheval qui m'a amené à ce niveau. Ma victoire à Falsterbo restera un magnifique moment mais Cortez est pour le moment formidable, on verra s'il peut également être comme cela en cinq étoiles. Moi, je pense qu'il peut le faire. Je n'ai aucun regret vis-à-vis de l'équipe de Lummen car je comprends bien que le cheval n'a pas beaucoup tourné et que le sélectionneur n'a pas eu l'occasion de nous voir beaucoup jusque-là. En plus, il n'y a pas si longtemps que j'ai ce cheval. Mon père est vraiment super pour trouver de bons chevaux, il a fait ça toute sa carrière et il est formidable pour cela. Falsterbo était un très bon moment mais gagner ici en Belgique devant son public, c'est aussi vraiment formidable. »