Niagara d'Elle s’est éteint.

16 juin 2020

L’étalon Selle Français Niagara d’Elle (Quick Star x Jalisco B x Grand Veneur) s’est éteint. Opéré chez Equitom d’une crise de colique, le bai à la classe de galop remarquable ne s’en est malheureusement pas remis. 

Elite à 4 et 5 ans et finaliste à 6 ans avant d’évoluer en Grand Prix jusqu'au plus haut niveau, avec notamment une victoire du Derby de Dinard où ils prendront également la troisième place du Grand Prix l’année suivante, toujours sous la selle de son naisseur Bertrand Pignolet, il appartenait au haras d’Ick depuis ses 4 ans.

« Aujourd’hui, je suis vraiment triste car Niagara a toujours été un véritable coup de cœur. Je l’ai acheté lorsqu’il avait 4 ans alors qu’il était lâché au paddock chez les Pignolet. Sa classe m’a impressionné. Nous avons toujours donné priorité dans un premier temps à sa carrière sportive et malheureusement, il s’est blessé juste avant d’atteindre le plus haut niveau même s’il aura néanmoins eu une belle carrière. Il est ensuite parti faire la monte à Zangersheide et en Allemagne chez Klatte avant de revenir en France où il aura toujours connu un certain succès... mais j’en garderai toujours une petite frustration car quand je vois la qualité de sa production, je pense vraiment qu’il aura été sous-utilisé. Pour nous, il est au même titre que By Cera, l’étalon qui aura marqué le plus le haras par sa production. Évidemment, la plupart des gens ne connaissent encore aujourd’hui qu’Unick d’Ick qui a performé sur 1m60 avec Mathieu Billot mais il y a beaucoup d’autres très bons jeunes qui arrivent dans sa production. Il laisse aujourd’hui un vide mais ce sont les lois de l’élevage », nous expliquera Richard Dick.  

Stationné au Haras du Rond Pré dans les Vosges cette saison, Niagara d’elle était confié à France Etalons qui, depuis plusieurs saisons, gérait sa carrière de reproducteur. « C’était un cheval adorable en plus d’avoir une qualité de galop rare pour un fils de Quick Star. C’était un cheval très attachant en plus d’être intéressant et nous avons vraiment voulu tout faire pour le sauver mais cela ne s’est malheureusement pas passé comme nous l’espérions. Lui qui n’avait jamais eu d’alerte, sa première colique aura aussi été sa dernière, malheureusement. Nous disposons encore d’un stock de semence congelée que nous conserverons en priorité pour les éleveurs qui lui avaient fait confiance cette saison », réagira Michel Guiot.