Napoli vd Nederassenthof quitte les écuries Guéry

12 April 2022Auteur : Mélina Massias

Patricia et Jérôme Guéry ont dit au revoir à Napoli vd Nederassenthof, qui évoluait à leurs côtés depuis fin 2019. Le puissant bai de neuf ans, promis à un brillant avenir, a rejoint la talentueuse Ingrid Gjelsten. L’amazone norvégienne de vingt et un ans, disciple de Marlon Modolo Zanotelli, ajoute une monture de choix à son piquet. De son côté, Jérôme Guéry va s’atteler à trouver la relève de Napoli, qu’il comptait préparer en vue de Paris 2024.

Napoli vd Nederassenthof n’évoluera plus aux côtés de la famille Guéry. Le hongre de neuf ans, qui avait fait sensation ces derniers mois sous la selle de Jérôme, rejoint la jeune Ingrid Gjelsten, cavalière norvégienne de vingt et un ans, encadrée par le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli. “L’objectif n’était vraiment, vraiment pas de vendre Napoli”, explique Jérôme Guéry. “Nous souhaitions le conserver et aller le plus loin possible avec lui, et même le préparer pour les prochains Jeux olympiques. Nous avons toujours refusé les propositions précédentes, car elles ne correspondaient pas à ce que nous voulions. Là, nous avons eu une offre financière certes intéressante, mais notre choix s'est surtout fait par rapport à Ingrid, qui va garder Napoli pour elle. Le but n’est pas de le revendre. C’était la bonne personne. Ce sont des gens supers, et une très chouette famille. En plus, Ingrid s’entraîne avec Marlon. Cette vente intervient un peu plus tôt que nous l’aurions espéré, mais je pense que ce sera une belle histoire pour le cheval et Ingrid. J’espère qu’ils formeront un beau couple.”

Napoli vd Nederassenthof est né chez Emiel Valvekens. Le hongre BWP a croisé la route de Patricia et Jérôme Guéry grâce à son éleveur, qui l’a présenté au couple en 2019. Tout de suite, les deux Belges ont été séduits. “Nous l’avons essayé à six ans. Il était très vert, mais nous avons tout de suite vu qu’il avait énormément de puissance. Napoli est un grand cheval, et ma femme aime beaucoup ce genre de monture. Nous avons donc décidé de l’acheter pour elle. Elle l’a ensuite monté et formé jusqu’à ses huit ans. Elle a vraiment pris son temps, jusqu’à atteindre des épreuves à 1,40m. Nous avions déjà remarqué que c’était un cheval spécial, un peu hors du commun, avec des moyens incroyables”, poursuit Jérôme Guéry. D’un commun accord, Patricia laisse Jérôme, qui a notamment vu Milton Z quitter ses écuries, prendre les rênes de son protégé en fin d’année dernière. Le succès ne tarde pas à arriver, puisque le Diable Rouge, meilleur représentant du Plat-pays au classement mondial Longines, remporte, lors de son premier concours avec le hongre, une Ranking à 1,45m au CSI 4* de l’Hubside Winter Tour de Valence. “Dans la foulée, je l’ai pris à Genève, où il a fait sans-faute dans une épreuve à 1,55m. Il était alors prévu que Patricia le reprenne et continue à le monter. Nous avons décelé un potentiel incroyable, et elle m’a dit ‘ok, c’est un peu dommage que je le garde pour moi, alors que je fais du 2 et 3*, prends le pour toi et préparons le pour les grandes échéances.’ Je l’ai donc monté à Oliva en début d’année, où il a de nouveau été classé dans les Grands Prix 3* (notamment quatrième le 30 janvier, ndlr), puis il s’est rendu à Doha, où il était vraiment super (le couple reste sur deux classements à 1,55 et 1,50m, lors de ses deux derniers parcours, ndlr). La proposition de la famille Gjelsten est arrivée, et, après réflexion, mon épouse et moi avons pris la décision de le leur vendre”, complète le Belge.

Napoli pose ici fièrement lors de sa victoire à Valence, en fin d'année dernière. © Sportfot

“Napoli est très attachant", Jérôme Guéry

Issu du croisement entre Président et Quincy vh Molenhof Z, une fille de Quasimodo Z, Napoli descend d’une bonne souche maternelle, puisque sa deuxième mère, Rani van de Helle, a notamment produit Godin van het Molenhof, vu jusqu’à 1,55m avec Niels Bruynseels. Alpaca, la troisième mère du BWP a, elle, engendré deux performers internationaux, Arthur van de Helle et Empire van Wuitenshof. “C’est un cheval avec une vraie personnalité”, loue Jérôme Guéry. “Il aime que l’on s’occupe de lui et il est super gentil. Il a quand même du sang ; bien qu’il soit grand, il a beaucoup de sensibilité. Il est très généreux, donc en piste, il veut toujours aller de l’autre côté. Il est toujours partant pour travailler. Honnêtement, il a tout ce dont a besoin un cheval de concours : l’envie, les moyens et la volonté de bien faire. C’est vraiment un cheval très, très complet et attachant.” 

À très haut niveau, et en plus de son fidèle Quel Homme du Hus, Jérôme Guéry peut toujours compter sur Grupo Prom Diego, Uniquo ou encore la prometteuse Margriet de Mariposa, fille de la championne olympique Flora de Mariposa. Toutefois, le sympathique cavalier a perdu un sacré atout. “Je remets Great Britain en forme (le tout bon gris a disputé trois épreuves à Oliva, après presque sept mois d’absence, ndlr), mais je vais être à la recherche d’un nouveau cheval avec du potentiel. Il me reste un peu plus de deux ans pour préparer une monture pour Paris 2024”, précise-t-il. “L’objectif est d’aller à Paris avec Quel Homme, mais j’ai besoin d’un cheval à côté, parce que Quel Homme aura déjà un certain âge (dix-huit ans, ndlr). J’espère que nous pourrons accueillir un nouveau crack dans nos écuries !”

De son côté, Ingrid Gjelsten va poursuivre sa belle ascension avec son nouveau complice. La jeune femme a déjà pris part à trois échéances européennes en Juniors et Jeune Cavalière, en 2018, 2019 puis 2021, à Fontainebleau, Zuidwole et Vilamoura, avec Violetta D puis Jackson vd Bisschop, et disputé plusieurs Grands Prix 3*. Ingrid compte également des classements jusqu’en CSI 5*. Début 2021, l’amazone avait pris les commandes d’Alibi de la Roque, bondissant petit alezan né chez Julien Épaillard, qui lui avait donné de l’expérience jusqu’en Grands Prix 5*. Avec Napoli, et en plus de Jackson et Alibi, la Norvégienne peut envisager l’avenir sereinement.

Photo à la Une : Jérôme Guéry et Napoli vd Nederassenthof à Genève. © Scoopdyga

AuteurMélina Massias