Molly Hughes Bravo de bout en bout chez les poneys !

09 novembre 2018

Ils étaient 10 sur les 22 candidats de cette mini-coupe du monde poney à s’être qualifié pour le barrage.

Parmi eux, un seul couple français l’inévitable crack Quabar des Monceaux (Nabor x Rosire) désormais sous la selle de Romane Orhant. Le couple tentera de jouer la victoire mais une très grande prise de risque entrainera un stop du magnifique bai. Dommage.

Agathe Cros n’était pas loin du barrage non plus avec Valoa de Chastelaures (Quack x Thunder du Blin) mais un point pour temps dépasser les en écartera.

Première à s’élancer, la portugaise Molly Hughes Bravo ,qui n’est autre que la fille du cavalier international Miguel Bravo et de la crack cavalière irlandaise Marion Hugues, aura mis une pression maximale sur ses poursuivants avec un sans-faute en 33’’45 sur Carrickaduff Pet (Royale Touch) à tel point que finalement aucun des 4 irlandais et des 4 britanniques présents ne réussiront à faire mieux qu’elle.

Shaunie Greig terminant à la seconde place à plus de deux secondes sur Casino Royale devant l’Irlandais Seamus Hughes-Kennedy sur l’ancien crack de Lisa Nooren, Rock Dee Jay (Arko III).

Molly Hughes Bravo pouvait être ravie d’autant qu’il s’agissait pour elle de sa seconde victoire consécutive sur ce circuit : « Mes parents m’ont mis à cheval très tôt et je leur en suis très reconnaissante. J’étais bébé la première fois que je me suis assise sur un poney et j’ai aujourd’hui 16 ans, c’est donc ma dernière saison dans cette catégorie. J’espère évidemment continuer dans le futur mais trouver un cheval de la qualité de mon poney va être difficile. Je suis basée en Irlande chez ma maman. Le concours ici est incroyable, c’est une chance énorme de pouvoir monter ici. Ce circuit est formidable pour nous car c’est tellement difficile de venir avec des chevaux dans ces concours pour concourir alors ce pony tour nous permet d’engranger une expérience précieuse sur la piste principale et avec énormément de public particulièrement ici à Lyon. C’est incroyable de voir autant de monde regarder les poneys et nous encourager. Je monte Carrickaduff Pet depuis qu’elle a 7 ans. Ces trois dernières années, nous avons évolué sur le circuit. Elle est si bonne, si rapide… Je suis un peu surprise d’avoir gagné en partant en premier car il y avait tellement de bons cavaliers mais ma mère m’a dit de tout donner … alors je l’ai fait ! Je pense qu’aujourd’hui, j’ai appris que quand on essaie vraiment, on peut y arriver. »



Marion Hugues et sa fille, deux brillantes amazones !