Lillie Keenan sur un nuage à Las Vegas et la dernière Coupe des nations de l’année pour la France

21 November 2022Auteur : Mélina Massias

Quelle année pour Lillie Keenan ! Présente sur le devant de la scène depuis un certain temps déjà, la jeune Américaine a pris une nouvelle dimension ces derniers mois, en disputant, d’abord, son premier grand championnat Séniors, puis en remportant son premier Grand Prix 5*, il y a quelques semaines, au Mexique. À Las Vegas, l’amazone de vingt-six printemps a cette fois décroché sa première étape de la Coupe du monde, grâce au tout bon étalon Agana van het Gerendal, devant le très en forme Daniel Coyle et Elisa Broz. Du côté de Vilamoura, les derniers rayons de soleil ont permis à un paquet d’équipes de disputer l’ultime Coupe des nations 3* de la saison. Et à ce petit jeu, comme souvent en 2022, les Bleus ont été les meilleurs.

D’un côté, le circuit indoor bas son plein. De l’autre, les derniers rayons de soleil ont offert une ultime Coupe des nations. À Las Vegas, ville de l’excès par excellence, la Coupe du monde Longines labellisée CSI 4*-W a tenu son rang, proposant une nouvelle étape, dont les points comptaient pour la ligue d’Amérique du Nord. Face à ses adversaires, Lillie Keenan n’a pas flanché, samedi 19 novembre. Depuis quelques mois, l’Américaine est sur un petit nuage, et ne semble pas prête à en descendre ! Après avoir brillé à Paris, Valkenswaard et Monterrey aux rênes de l’excellent Queensland E, né sous le nom de Quinto de la Hamente, la talentueuse jeune femme a cette fois imposé Agana van het Gerendal, pour décrocher sa toute première étape de la Coupe du monde.

Dernière à s’élancer au barrage, sur un tracé imaginé par le Brésilien Anderson Lima, l'États-unienne et son fidèle étalon ont gardé la tête froide et abaissé le chronomètre de référence, alors détenu par Daniel Coyle. “J’ai appris, lorsque je passe à la fin , à simplement faire ma reconnaissance, penser à mon plan et m’y tenir. Je sais que Daniel (Coyle, ndlr) est très rapide. Je n’ai pas eu besoin de voir son parcours pour savoir que je devais faire tout mon possible pour espérer le battre”, a commenté l’heureuse lauréate, qui va désormais poursuivre sur le circuit hivernal. “Je me suis dit que, si je terminais dans le top 3 ici, j’irais à Fort Worth. Evidemment, cela a été le cas. De ce fait, je vais changer mes plans pour m’y rendre. Il faut établir le meilleur programme pour chaque cheval et leur donner l’occasion de briller.”

Daniel Coyle et la prometteuse Ivory TCS. © FEI / Andrew Ryback Photography

Outre Queensland E et Agana van het Gerendal, son complice du soir, Lillie Keenan a aussi permi à Argan de Béliard de faire ses preuves cette année, dans les Coupes des nations de Rome et Aix-la-Chapelle, ou encore aux Mondiaux de Herning. Bref, la saison de l’Américaine a été une franche réussite, quelles que soient ses montures. Difficile de ne pas en dire autant pour Daniel Coyle ! Peu importe le cheval qu’il monte, l’Irlandais est souvent présent aux remises des prix. Après son succès avec Legacy la semaine passée, et celui acquis un peu plus tôt cette année à Rotterdam, le voilà deuxième à Vegas, en compagnie d’une jument de neuf ans : Ivory TCS. Issue d’une lignée maternelle d’apparence modeste, la KWPN n’avait disputé qu’une Coupe du monde avant d’enregistrer cet excellent résultat. À peine moins rapide que Lillie Keenan, Daniel Coyle l’a été juste assez pour supplanter Elisa Broz, en selle sur Kardenta van't Meerhof, une fille de Cardento. La grise, à la performante fratrie, s’était déjà classée quatrième du côté de Sacramento, alors qu’elle n’a fait ses débuts internationaux avec sa nouvelle amazone qu’en juin dernier. Natalie Dean et Jennifer Waxman, représentant toutes deux les Etats-Unis, ont également réalisé un double zéro, en compagnie de Chance Ste Hermelle et Lavallino ter Klomp.

Elisa Broz et son excellente complice. © FEI / Andrew Ryback Photography

Classé grâce à un parcours à quatre points rapide, signé aux rênes de la rock star Vital Chance, Conor Swail a repris les commandes du circuit, devant Daniel Bluman et Daniel Coyle. Tous trois sont parfaitement engagés en vue de la finale du circuit, qui se déroulera cette année à Omaha, dans le Nebraska.

Les résultats complets ici.
Le classement complet de la ligue d’Amérique du Nord ici.

La France devant… les Etats-Unis et l’Irlande à Vilamoura !

Alors que les Etats-Unis et l’Irlande se sont tirés la bourre en individuel du côté de Las Vegas, la France a pris sa revanche… à Vilamoura. Le vaste complexe portugais était, en effet, l’hôte de l’ultime Coupe des nations de l’année, dimanche 20 novembre, à l’occasion de son CSIO 3*. Pour l’occasion, quatorze équipes étaient invitées. L’occasion pour les chefs d’équipe d’observer des couples jeunes ou encore inexpérimentés sur ce format d’épreuve. Et le quatuor d’Edouard Coupérie a parfaitement répondu présent. Grâce aux doubles sans-faute bien sentis de Juliette Faligot et Margaux Rocuet, respectivement associées à Arqana de Riverland et Djibouti de Kerizac, dont les qualités ne font aucun doute, l’escouade tricolore a terminé en tête. Un peu plus en difficulté que ses camarades, Jules Orsoloni, qui se frottait pour la première fois à une épreuve collective en Séniors, a tout de même rempli son contrat en améliorant son score entre les deux manches sur Charlotte 198. Maëlle Martin, elle, s’est montrée régulière, concédant une faute sur chaque manche avec la prometteuse Bise des Bardellières. Après sa deuxième place dans le Grand Prix 4* de Saint-Lô, la paire confirme.

Margaux Rocuet et le brillant Djibouti de Kerizac. © Vilamoura Equestrian Centre

Avec un total de huit unités au total des deux actes, les Bleus ont ainsi devancé l’Amérique, dont la meilleure performance est à mettre au crédit de Mavis Spencer, seule double zéro de son équipe aux rênes de Carissimo 25. Troisième, l’Irlande de Michael Blake a joué de malchance et n’a enregistré qu’un clear round, signé Trevor Breen et la toute bonne Germaine W en première manche, toutefois suffisant pour se hisser sur le podium.

Vendredi, le temps fort individuel associé est tombé dans l’escarcelle du Belge Jeroen Appelen, qui a décroché sa quatrième victoire en Grand Prix 3*, et la première lors d’un CSIO. Le trio de tête a été complété par l’Allemande Luisa Himmelreich, en selle sur Clenur, vu au plus haut niveau en compagnie de Marco Kutscher et Cian O’Connor, ainsi que l’Américaine Mckayla Langmeier, qui misait sur Mimosa Vd Rollebeek, auteur du barrage le plus rapide mais sanctionné par une faute.

La géniale Arqana de Riverland, sous la selle de Juliette Faligot. © Vilamoura Equestrian Centre

Les résultats complets de la Coupe des nations ici.
Les résultats complets du Grand Prix 3* ici.

Photo à la Une : Lillie Keenan et Agana van het Gerendal. © FEI / Andrew Ryback Photography

AuteurMélina Massias