Les éleveurs vedettes de Gesves !

17 août 2008Auteur : Julien Counet

Lors de cette semaine de l'élevage de Gesves, plusieurs éleveurs se sont mis en valeur … ou plutôt plusieurs chevaux ont mis en avant le travail de leur éleveur. Nous avons rencontré quelques uns d'entre eux pour vous. Trois pour être plus précis avec chacun leur histoire, chacun leur vécu ... mais tous une même passion dans leurs yeux.

 L'élevage de la Hart se sera distingué à Gesves avec 3 propres frères : Dans les 4 ans, l'entier Unpulsion de la Hart faisait démonstration dans les qualificatives pour se hisser en finale comme l'étalon agréé par le sBs, Dark de la Hart alors que dans le critérium des 7 ans, Bliss de la Hart promenait le fils de son éleveur sur les tours en sauvant tout ce qu'il pouvait au plus grand bonheur de Christian Maus. 

Depuis combien de temps élevez vous ?

Cela doit fait 10 ans.

Comment avez-vous acquis Umbra van Reigersdonck, la mère de tous ces chevaux ?

C'est un pur hasard. Je cherchais une jument de 2 ou 3 ans que ma fille pourrait monter en concours et j'ai vu une annonce dans le Sillon Belge d'un élevage qui vend des chevaux avec de bons papiers. J'ai appelé et je suis allé jusqu'à Lummen dans un petit élevage. Il s'agissait en fait d'un jeune couple qui avait de toutes bonnes origines mais le monsieur avait un problème de dos et arrêtait tout son élevage. C'était au mois de février et les chevaux étaient dans la boue mais ma fille a flashé sur une petite jument grise … que moi, je n'aimais pas du tout au niveau de son modèle. Mais sous l'influence de ma fille, je l'ai finalement achetée mais lorsque j'ai été pour la chercher le lendemain, elle ne voulait pas monter dans le van. Il pleuvait à n'en plus finir et après deux heures de patience, j'étais sur le point de refermer la rampe et de partir lorsqu'elle est finalement rentrée.

Au printemps, je l'ai mise en pâture … puis un jour, un voisin me sonne en me disant « Christian, tu as un de tes chevaux qui s'est cassé la jambe ». Mais lorsque je suis arrivé dans la prairie, aucune ne semblait avoir de problème même la petite grise désignée par mon voisin. Mais quelques jours plus tard, je me suis rendu compte que la jument boitait. Je l'ai donc emmenée à l'université de Liège où l'on m'a dit : « Normalement, ce n'est pas bien grave. Cela doit être les ligaments qui tirent trop fort d'un côté mais normalement avec la croissance, tout rentrera dans l'ordre » et effectivement, cela s'est bien remis. Puis à 3 ans, je me suis dit que j'allais quand même lui faire avoir un poulain. J'ai alors utilisé Kashmir van't Schuttershof et Bliss est né mais comme son modèle me plaisait beaucoup, même s'il était trop tôt pour juger de sa qualité, je l'ai de nouveau faite saillir de Kashmir et au final, on ne l'a jamais débourrée, elle est restée à l'élevage. 

Et pourquoi avoir choisi Kashmir ?

Je connaissais bien Marc Discret qui avait flashé sur Kashmir lorsqu'il avait 3 ans et sachant que c'était un grand homme de cheval, je me suis dit que si il avait repéré ce jeune étalon là, c'est que ça ne devait pas être mauvais et c'est comme ça que je l'ai utilisé et je suis resté assez fidèle. J'ai juste eu une pouliche d'Acaletto car Kashmir était tellement demandé que les doses n'étaient plus très bonnes et je me suis rabattu sur Acaletto puis une année, j'ai également utilisé Graaf car j'avais gagné cette saillie lors d'un concours à Libramont.

Combien de juments avez-vous à l'élevage ?

Actuellement, j'en ai trois juments à l'élevage et j'ai également conservé deux pouliches, deux propres sœurs de Bliss pour mettre à l'élevage.

 

Vous avez commencé votre élevage sous l'égide du BWP avant d'inscrire vos produits au sBs. Pourquoi ce changement ?

En fait, lorsque j'ai débuté mon élevage, je travaillais beaucoup avec Michel Spaas. J'ai inséminé des juments avec Landetto, Flamenco de Sémilly… . Et c'est pour ça qu'au départ, j'ai inscrits mes produits au BWP. Puis en discutant avec des éleveurs de mon coin, j'ai décidé d'inscrire mes poulains au sBs mais au final, cela ne change strictement rien. J'ai également inscrits plusieurs produits au Z lorsque j'ai utilisé Balougran Z. Le seul point positif, c'est qu'au sBs, nous sommes aujourd'hui connu, ce qui est évidemment positif.

Dark de la Hart (ci-dessous)

Lorsque vous voyez les résultats de vos chevaux cette semaine, vous le vivez comme un aboutissement ?

Je suis très content surtout que mon gamin monte Bliss dans les 7 ans et c'est la première fois qu'il se retrouve face à des hauteurs pareilles. Je suis certain que monter par un professionnel, il aurait fait des parcours sans faute … mais c'est évidemment un plaisir de le voir monter par son fils. Aujourd'hui, Kevin se fait plaisir, il fait encore des erreurs c'est sûr mais c'est normal. On m'a déjà offert beaucoup d'argent pour ce cheval là mais c'est le cheval de Kevin et il le gardera. D'ailleurs, un jour il m'a dit que si je le vendais, il arrêtait de monter … donc le problème est réglé.

Quels sont vos objectifs ?

 Sortir de bons chevaux ! Cela reste évidemment un hobby, mais je me fais vraiment plaisir comme cela et l'on s'y prend de plus en plus lorsque l'on sort de bons produits. C'est quasiment inespéré pour nous, nous avons vraiment eu beaucoup de chance de tomber sur cette jument là lorsque l'on voit sa production.

Déjà très en vue lors du cycle classique, les deux produits de Françoise Dulac se sont une nouvelles fois illustrées sous la selle de Xavier Hanneton dans le championnat des 4 ans. Petite, mais respectueuse à souhait, Uganette et Une Kato du Houssoit se sont tous les deux qualifiées pour la finale alors que la dernière citée repartira avec la mention ELITE.

Comment avez-vous vécu les résultats de vos deux juments ?

C'est fantastique ! L'an passé, elles ont chacune eu un poulain. Une Kato a eu une pouliche d'Accardi du Houssoit alors qu'Uganette a eu un mâle de Sherman Sitte.

Vous restez fidèle au même étalonnier ?

Oui. C'est vrai que c'est un ami et en plus, c'est à côté de chez moi tout en ayant de bons étalons. Je pense d'ailleurs que je vais utiliser Ugano l'an prochain.

Quel est l'objectif aujourd'hui avec ces deux juments ?

J'aimerais en vendre une et mettre l'autre à la saillie. Je n'avais plus mis leur mère à la saillie mais je pense que je vais recommencer l'an prochain. C'est une jument qui avait fait les 4 et 5 ans puis avec laquelle j'ai tourné en régional. Je me suis vraiment beaucoup amusé avec elle et elle m'a beaucoup appris alors j'avais tellement peur qui ne lui arrive quelque chose que j'ai fait deux transferts d'embryons. Ensuite, Je me suis dit que même si il devait lui arriver quelque chose, j'aurai toujours quelque chose d'elle avec les pouliches et elle m'a alors donné un mâle. J'ai alors retourné un peu en concours avec elle, mais aujourd'hui, elle est définitivement arrêtée alors je pense qu'elle va retourner à la saillie. J'avais un peu peur d'être débordé de poulains mais aujourd'hui lorsqu'on voit la qualité de sa production, l'es autres me poussent pour la remettre à la saillie.

Faire tourner vos juments l'année de leurs 4 ans avant de les remettre à l'élevage, qu'est ce que cela vous amène comme enseignement ?

 Disons que c'est surtout à défaut de cavalier puisque Xavier ne montera pas les 5 ans l'an prochain sinon, je l'aurais également fais évoluer en 5 ans. Et comme j'ai vraiment envie de conserver Une Kato, je vais la mettre à l'élevage.

Autre vedette de cette semaine de l'équitation Gesvoise, Bayard de la Villa Theresia. Engagé dans les 7 ans sous la selle de Grégory Wathelet, le fils de Kashmir van't Schuttershof n'aura pas fait dans la dentelle en s'adjugeant les 3 manches de ce critérium des 7 ans … et le classement général par la même occasion sous les yeux de son éleveurs, Ignace van Melkebeke.

Avez-vous toujours la mère de Bayard ?

Non, je l'ai vendue. J'avais eu deux poulains d'elle : une pouliche et un mâle. Aujourd'hui, la jument tourne toujours en compétition LRV. C'était une bonne jument, elle a gagné beaucoup d'épreuves, avec de très bons réflexes. Elle était très rapide aussi bien devant que derrière. La fille qui l'a acheté en est très contente mais elle ne l'a plus faite saillir. Aujourd'hui, je n'ai malheureusement plus rien de cette souche car j'ai également vendu la sœur de Bayard, je n'ai donc plus rien de cette souche. C'est évidemment dommage mais quand on a beaucoup de chevaux, il faut savoir faire des choix.

Par exemple, j'ai vendu Bayard à deux ans … et lorsque je l'ai vendu, je savais déjà que c'était un cheval extraordinaire. Cela se voyait déjà.

 

Pourquoi avez-vous choisi Kashmir ?

J'ai admiré Kashmir dès le début. A l'époque, j'avais une jument dans les 4 ans la même année que Kashmir et j'ai vu que le cheval sautait impeccable et qu'il pouvait donner la force que je recherchais pour ma jument.

AuteurJulien Counet