L'Allemagne s'impose à Aachen.

16 July 2016

CHIO***** Aachen 2016
Coupe des Nations

La pluie s'est éloignée d'Aix-la-Chapelle pour la soirée. La coupe des nations peut débuter même si pour ce rendez-vous incontournable de l'année qui ne compte plus pour aucune série à part le prestige de nouveau visage font leur apparition. Fouler la piste d'Aix-la-Chapelle fait partie du rêve absolu de chaque cavalier digne de ce nom et l'approche des Jeux Olympiques de Rio aura parfois laissé quelques places vacantes par les piliers de certaines équipes donnant accès au rêve absolu de certain.

La coupe des nations débute fort avec la moitié des cavaliers de ce premier tour effectuant un sans-faute.

 

La suisse semble d'emblée décrocher avec deux fautes pour Romain Duguet sur Quorida de Treho (Kannan) et Paul Estermann sur Castlefield Eclipse (Obos Quality), c'est dur d'autant que Martin Fuchs aussi se fait piéger sur la sortie de la première combinaison avec Clooney 51 (Cornet Obolensky) et il faut attendre le passage de Steve Guerdat pour voir le premier sans-faute helvétique même si le champion olympique ne réussit pas à rentrer dans le temps imparti et ne peut éviter un point de temps avec Corbinian (Cornet Obolensky).

La Suisse pointe avec 13 points à la dernière place du classement provisoire … à égalité avec les Hollandais, le réservoir de Rob Ehrens n'est donc pas sans fin. Si Harrie Smolders avait ouvert la voie avec un sans-faute sur Don VHP Z (Diamant de Sémilly), les choses se sont compliquées par la suite avec 10 points pour Léopold van Asten qui après une faute sur l'oxer 4 aura dû faire avec un joli demi-tour de VDL Groep Zidane (Heartbreaker) devant l'ultime obstacle du parcours !

On espère alors que Gerco Shroder va rectifier le tir mais il ne peut éviter deux fautes avec Glock's Cognac Champblanc (Clearway) alors que Maikel van der Vleuten ne peut lui aussi éviter une faute avec VDL Groep Verdi TN (Quidam de Revel), le bateau tangue.

Le Canada est en ballotage grâce aux deux beaux sans-faute de ses piliers Tiffany Foster sur Triple X (Narmelus R) et bien sûr Eric Lamaze avec un très plaisant Chacco Kid (Chacco Blue) alors que la jeune Kara Chad n'aura pu éviter 13 points et la fille de Captain Canada, Amy Millar deux fautes avec Heros (Canadian River).

Devant, c'est serré car les Etats Unis qui auront pris le parti de laisser leur pièce maitresse à l'écurie pour mise sur sa fraicheur en seconde manche en cas de besoin après les trois premiers sans faute de l'équipe sont à égalité avec les allemands en pointant le zéro. La France, la Belgique et la Grande-Bretagne sont en embuscade avec 4 points.

Lors de la seconde manche, la Suisse réagit car si les choses ne débutent pas mieux pour Romain Duguet qui ne peut de nouveau éviter deux fautes, Paul Estermann et Martin Fuchs sortent le sans-faute alors que Steve Guerdat réédite un parcours pénalisé d'un point ! La Suisse ne peut que remonter d'autant que la Hollande est dans un jour sans où seul Maikel van der Vleuten sortira le sans-faute en seconde manche.

La première manche presqu'héroïque des troupes canadiennes s'est compliqué en seconde manche avec aucun couple sans-faute même si les deux fautes de Tiffany Foster représente le score le plus lourd de l'équipe qui dégringole à la 7 ème place preuve que seul les sans-faute comptent !

Pour la Grande Bretagne, les choses avaient mieux débuté avec un sans-faute de Guy Williams avec Titus (Lancelot), Michael Whitaker ne réussit néanmoins pas à renouveler son sans-faute de la première manche avec une faute sur la sortie du triple avec Viking (Jacomar). La surprise anglaise Nigel Coupe avait réussi une belle première manche pénalisé que de 4 points avec Golvers Hill (Ricardo Z) mais sort cette fois avec neuf points au compteur.

Rarement disponible pour son équipe, Scott Brash a néanmoins montré qu'on pouvait compter sur lui lorsqu'il était là avec un double sans faute somptueux de Hello Guv'nor (ex Flinstone de Tiji ; par Diamant de Sémilly).

Côté belge, c'est plus compliqué. Dirk Demeersman a décidé d'envoyer une équipe de gros tout en nuance … et Aix-la-Chapelle ne pardonne rien. Les deux piliers de l'équipe ont montré qu'ils avaient aujourd'hui l'expérience nécessaire pour un tel évènement. Olivier Philippaerts d'abord qui après un magnifique sans faute en première manche sortira avec une énorme déception pour une faute sur la sortie de la première combinaison avec l'étalon Cabrio vd Heffinck (Cassini I).

Le rayon de soleil belge aura été orchestré par Judy-Ann Melchior qui montre que sa jument As Cold as Ice Z (Artos Z) est bel et bien dans une forme olympique même si elle devra se contenter de la place de réserviste n'ayant pas obtenu dans les temps les minimas exigés par la fédération.

« Je suis très très heureuse d'être double sans-faute à Aix d'autant que j'ai déjà vécu Aix de manière très différemment mais quelque part, oui, c'est dommage avec les critères. J'ai fait mon boulot en amenant mon cheval en forme au bon moment car c'est maintenant que ça compte et ça ne servait à rien qu'elle soit en forme il y a trois mois. C'est sûr qu'il y avait des critères mais j'ai un cheval plus âgé et je ne peux pas courir 4 mois au plus haut niveau en forme. Je dois construire comme j'ai pu le faire pour Barcelone l'année passée. Je ne peux pas courir tous les concours avec elle comme aujourd'hui… mais faire double sans-faute à Aix-la-Chapelle, cela donne un sentiment fantastique et je suis vraiment contente. Pour la sélection des JO, je trouve cela dommage mais je suis aussi très contente pour mes deux collègues : ils ont fait les critères et une très bonne saison. Je n'étais pas loin des critères moi-même avec deux fois 4 points dans un Grand Prix 5 étoiles et une fois 4 points dans un barrage d'un Grand Prix cinq étoiles mais je suis heureuse de la manière dont j'ai construit la jument et très fière de As Cold as Ice qui a aujourd'hui 14 ans et qui refait chaque année son truc et m'apporte beaucoup de plaisir. C'est certain que cette course olympique a mis de la pression mais pour ceux que cela concernait vraiment, cela a été calme. On savait que c'était difficile cette année avec seulement deux places, on avait de nouveaux chevaux, de nouveaux couples … on savait donc qu'on ne pouvait pas faire une aussi belle saison que l'année passée. C'est sûr qu'aujourd'hui, on voit l'importance d'avoir des chevaux d'expérience dans une équipe et As Cold as Ice a bien fait son travail.

Mes objectifs pour la suite ne sont pas encore véritablement définie car pour le moment, la Belgique n'est pas encore qualifiée pour Barcelone et moi, en tant que réserviste, je ne peux pas aller à Hicksead. Nous verrons donc ce que les prochaines semaines vont nous réserver, les plans ne sont pas encore faits … mais mon objectif, c'est avant tout d'être là dimanche car le concours n'est pas fini. »

Pour les gris plus foncés, on aura vu de bonnes choses et même parfois de très bonnes choses … mais l'expérience ne peut venir qu'en accumulant les kilomètres et il est clair que la Belgique va pouvoir compter dès l'an prochain sur deux fils de Casall d'un très gros calibres avec Caracas et Alicante.

Véritable surprise depuis le début de saison, Jos Verlooy aura connu sa première déception avec Carcas … et ne s'attendait pas à cette petite pirouette devant le mur en première manche menant à 11 points de pénalités, le stress de cette mésaventure aidant, c'est avec 13 points que le couple sortira de piste en seconde manche. Dommage.

Dommage, c'est également le cas pour Jérôme Guery qui aura gravi les échelons quatre à quatre avec son étalon des écuries Milstein depuis le début de la saison avec un premier tour magnifique au l'ancien champion de Belgique s'est employé pour masquer l'inexpérience de sa monture jusqu'à la faute sur l'oxer Rolex placé en avant dernière position. Malheureusement lors de la seconde manche, le couple ne peut éviter deux fautes sur les deux derniers éléments du triple : 9 points. Rien de mal fait, pourtant le Brabançon porte le masque d'une grande déception. «  Je suis déçu. C'est certain qu'ici, les conditions sont un peu spéciales ici avec les lumières et l'environnement. Certes, il avait sauté avec les lumières au Global … mais le Global, ce n'est pas Aix-la-Chapelle. Quand on va au concours, c'est qu'on pense qu'on peut bien faire. Le cheval a sans doute besoin de prendre encore un peu d'expérience puis nous avons fait une grosse faute au paddock qu'on ne pensait pas avoir, du coup, Alicante a été fort freiné car c'est un cheval ultra respectueux et évidemment sur cette combinaison très regardante, on s'est retrouvé dos à la sortie, il s'est freiné très fort … mais le reste, il a bien sauté et le premier tour aussi. Ce sont les circonstances de concours qui ont fait que la deuxième manche ne s'est pas bien déroulée.

Je pense que c'est vraiment un cheval spécial. Aujourd'hui, ça ne s'est pas déroulé comme je l'aurais espéré mais c'est un super cheval dont on reparlera une fois qu'il aura acquis encore un peu de métier. Maintenant que l'annonce de la sélection est faite, personnellement, je me sens mieux même si le résultat n'a une nouvelle fois pas été bon aujourd'hui malheureusement. »

Côté Français, les choses débutent mal. Auteur d'une faute en première manche avec Estoy Aqui de Muze (Malito de Rêve), Kevin Staut sort cette fois de piste avec deux fautes. Les choses commencent mal.

Mais derrière, Philippe Rozier va inverser la tendance. L'homme est transcendé. En première manche, les choses commencent au plus mal avec une faute dès le première obstacle mais la suite est fantastique, Rahotep de Toscane (Quidam de Revel) se joue de toutes les difficultés du parcours avant de boucler une seconde manche fantastique avec un sans-faute à la clé.

Treize ans après sa dernière coupe des nations, seize ans après avoir monté Aix-la-Chapelle pour la dernière fois, Philippe Rozier est étincelant ! « J'avais demandé quelques coupes des nations en fin d'année dernière et j'espérais vraiment pouvoir aller à Barcelone vu que l'équipe des championnats d'Europe n'allait pas s'y rendre et je voulais vraiment faire une coupe avant la fin de saison car j'avais vraiment dans l'objectif d'être dans la course pour les Jeux Olympiques. Le cheval avait été sélectionné parmi la grande liste donc j'estimais que je pouvais avoir une petite place, cela ne s'est malheureusement pas fait, très franchement, j'étais un peu déçu ensuite le cheval s'est fait un tout petit début de tendinite à Lyon. Nous avons pris la décision de le stopper tout l'hiver, ce qui a été un mal pour un bien sinon il aurait sauté durant la saison indoor alors qu'ici, je l'ai redémarré tranquillement au Touquet et aujourd'hui, il est en pleine forme. Il est parti comme une fusée et tout s'est enchainé. Philippe m'a demandé d'accompagner l'équipe à Rome… etc. Je suis toujours resté positif car je crois en mon cheval. Les gens peuvent penser ce qu'ils veulent, je m'en fiche, je sais sur quoi je suis assis, j'ai trente ans d'expérience et quand je pense que je veux aller aux Jeux Olympiques … je les ai fait quatre fois alors je ne veux certainement pas aller au suicide, ni même de la figuration, ni le show au milieu de la piste. J'ai fabriqué mon cheval depuis l'âge de 5 ans, je le connais par cœur et si j'avais le moindre doute, je n'aurais même pas accepté une place de 5 ème aux jeux. Depuis La Baule, je demande à Philippe Guerdat pour faire une coupe des nations car j'en avais besoin d'un point de vue personnel, ce n'est en aucun cas pour montrer les qualités de mon cheval, mais juste pour moi car cela fait treize ans que je n'ai pas fait une coupe et si à la dernière minute, le sélectionneur a besoin de moi finalement dans l'équipe, il faut que je puisse répondre présent sportivement parlant et me battre pour l'équipe de France. C'est certain que se retrouver à Aix-la-Chapelle pour refaire une coupe, ce n'est pas un cadeau mais je ne doute pas car avec Rahotep, j'ai vraiment le sentiment que rien ne peut m'arriver. Lorsque je marche la piste, je ne trouve rien de gros. On est en total osmose. La faute à la première manche est totalement à mettre sur mon compte, je suis un peu long sur le un mais je me suis étonné moi-même de voir à quel point j'étais concentré sur mon objectif et cette faute ne m'a pas déstabilisé surtout que le cheval a tout de suite bien sauté les obstacles suivants. J'ai analysé en un dixième de seconde la faute et c'était parti. La deuxième manche, le cheval était fantastique, nous avons fait cinq sauts au paddock. Maintenant, il faut être clair, durant ses treize années sans coupe des nations, je n'ai pas l'impression d'avoir connu une traversée du désert. Je suis toujours resté en cinq étoiles et j'ai toujours pu me maintenir dans le haut niveau. Si cela n'avait pas été le cas, je pense que j'aurais décroché. Grâce à Christian Baillet et Robert Rieder qui m'ont toujours soutenu, on a toujours fabriqué des chevaux. Nous n'avons jamais acheté des chevaux tout fait. Tous les chevaux que nous avons aujourd'hui, ce sont des chevaux achetés à 3,4,5 ou six ans. C'est la politique de mon propriétaire, de son élevage… ce qui fait une satisfaction encore plus grande. Je pense que ces dernières années, j'ai eu des bons chevaux mais pas un cheval pour prétendre aller à un grand championnat comme Rahotep aujourd'hui. Je me suis toujours maintenant dans le ranking mondial entre la 80 et la 150 ème , je n'en suis jamais sorti. J'ai eu la chance d'avoir un cheval comme Idéal de Roy qui m'a permis de remporter beaucoup de points raking pour arriver à cela. Je n'ai néanmoins jamais eu le sentiment de connaître une traversée du désert. C'est certain que Knokke puis ici à Aix, c'est de joie pure. Retrouver ce que j'ai vécu avec Barbarian avant les Jeux ou des moments comme j'ai vécu avec Jiva ou Oscar Minotière qui sont des chevaux que j'ai eu et qui était les cracks de ma carrière comme Rocco avec qui j'ai été vice-champion du monde. Retrouver le sentiment d'avoir quelque chose entre les jambes pour me permettre d'être là et d'avoir un cheval de rêve pour les gros tours, c'est ça qui est génial. En faisant sans faute ici, j'ai l'impression d'avoir 20 ans. J'ai l'impression d'être le plus jeune de l'équipe même si malheureusement, c'est moi le plus vieux.

C'est vraiment un sentiment très personnel et je pense que je ne peux pas remercier Christian Baillet d'une plus belle manière qu'en emmenant un cheval aux Jeux Olympiques même si je suis 5 ème . Je pense que ces résultats, c'est la plus belle manière de dire merci à un propriétaire qui me suit depuis plus de 20 ans et me soutien toujours. Je peux lui dire merci encore et toujours mais à un moment, ça ne suffit pas. Aujourd'hui, je pense qu'il est heureux comme ma famille et tous les gens qui me suivent dont tous les marocains qui sont heureux pour moi. C'est un pays qui me soutient sur d'autres plans et qui me fait confiance. Cela me fait aussi plaisir d'avoir le week-end dernier un nouveau cavalier qui fait 3 ème d'un Grand Prix***… tout cela avance, cela donne de l'adrénaline pour tout le monde et d'ailleurs ce soir, le prince m'a envoyé un message pour me féliciter, ce qui montre qu'il suit tous mes parcours et c'est toujours agréable. » analysera le cavalier de Bois le Roi.

Le reste de l'équipe aussi est galvanisée. On a beau connaitre le talent de Pénélope Leprévost, la prestation de la petite et délicate Ratina D'la Rousserie (Quaprice) reste un point d'interrogation avant l'épreuve … pourtant à l'issue de celle-ci, il ne reste plus que des points d'exclamations. La prestation aura été éblouissante avec un double sans-faute à la clé.

Ce ne sera pas le seul de l'équipe car Roger-Yves Bost aura fait parler sa science et Qoud'cœur de la Loge (Idéal de la Loge) à lui aussi sorti le double 0 !

Du Coup, les américains sont sous pression car devant les allemands n'auront laissé planer aucun doute. Après le passage de Meredith Michaels Beerbaum sur une Fibonacci (For Feeling) éblouissante, l'affaire semblait pliée.

Sans-faute en première manche, les 12 points de Rothchild (Artos Z) aura pesé lourd dans la balance. Derrière, Lucy Davis déroule un nouveau festival avec Barron (ex Underground des Hauts Droits ; par For Pleasure) avant que Laura Kraut ne s'emploie pour extirper également le double sans faute de sa jeune Zeremonie (Cero).

Du coup, la pression est maximale pour Beezie Madden qui avait décidé de laisser Cortes C (Randel Z) à l'écurie en première manche pour pouvoir jouer sur sa fraicheur … mais le grand noir traversera la rivière à la nage, une faute tout à fait inhabituel pour lui mais il s'agissait aussi du seul cheval à ne pas avoir sauté cette rivière de jour ! Peu importe, le public allemand sans aucune once de sportivité exclame sa joie en plein parcours de l'américaine qui retrouvera sa concentration et terminer sans autre embuche à la seconde place ex-aequo avec les français.

Si Christian Ahlmann, premier allemand à s'élancer, s'était laissé aller à une petite faute sur la sortie de la seconde combinaison avec Epleasure van't Heike (For Pleasure) en première manche … c'était sans doute pour laisser un soupçon d'espoir aux autres nations car devant leur public, les allemands aligneront ensuite 7 sans-fautes d'affilées ! Même les tracteurs entrés en piste un peu précipitamment alors que Ludger Beerbaum entrait en piste pour se qualifier pour le Grand Prix alors que son équipe avait déjà triomphé et avec Casello, ils ne lâcheront rien offrant un double sans faute en véritable bouquet final.

« Je suis le vilain petit canard du jour » s'exclamera Christian Ahlmann « Le second tour était beaucoup plus aux ordres et mon cheval a vraiment bien sauté. » exprimera le cavalier heureux comme tous ses équipiers. Le sport, c'est ça aussi et c'est beau: le dernier du jour félicite le vainqueur ... mais il s'agit surtout des deux grands favoris pour les Jeux Olympiques.