Kasanova de la Pomme remporte les Sires 2021 !

25 septembre 2021Auteur : Julien Counet

Le covid Safe Ticket relance le secteur de l’évènementiel et Lanaken est bel et bien de retour en 2021. La voilure n’est pas totalement déployée avec le report de deux semaines de l’expertise qui se tiendra à Peelbergen et des installations un peu revues à la baisse mais un engouement intact et le plaisir de tous se retrouver !

Malgré une dotation de 25 000 euros qui demanderait une sérieuse revalorisation pour attirer des étalons d’un calibre supérieur, il faut bien avouer que les Sires of The World de Lanaken attirent toujours de très nombreux cavaliers tentant de mettre en valeur de jeunes étalons ou d’autres qui ne pourront pas compter sur le circuit 5* pour les mettre en valeur.

Les tribunes de Lanaken affichaient déjà quasiment complet pour ce premier grand rendez-vous de la semaine déplacé exceptionnellement au vendredi après-midi. Pas moins de cinquante partants et finalement quatorze barragistes pour treize classés, l’équipe d’Eugène Mathy a encore une fois réussi à doser les efforts malgré la disparité évidente de niveau entre les couples engagés.

Première à s’élancer au barrage, Gudrun Patteet se fait une petite frayeur avant même le premier obstacle, lorsque sa monture se dit qu’elle retournerait bien au paddock mais l’amazone belge remet les choses en ordre très rapidement et part directement sur le premier obstacle sans perdre de temps. Sea Coast Valdelamadre Clooney a repris ses esprits et boucle et très beau barrage sans pénalité en 37’’52.

Le jeune Gilles Thomas a inversé ses deux montures qualifiées pour le barrage et s’élance avec Unca S (Udarco), il boucle un barrage très rapide en 34’’58.

Derrière, les barres tombent et il faut finalement attendre Christophe Grangier pour voir un nouveau double sans-faute. Le Français continue sur sa lancée : après un magnifique premier tour, il remet le couvert avec son étonnant Catch Boom Bang (Cornet’s Prinz). « En ce moment, j’ai surtout des jeunes chevaux, je n’ai récupéré ce cheval il y a seulement 3-4 mois alors à la reconnaissance, je me suis dit que c’était un sacré parcours. C’est seulement mon cinquième concours avec lui, j’ai seulement fait une ou deux ranking mais je le sentais vraiment bien et j’ai décidé de venir jusqu’ici juste avec lui. Je suis venu assez confiant, il avait bien sauté hier dans la warm-up. Après, pour le barrage, je savais que je n’allais pas gagner alors j’ai joué placé en gardant quand même du train. Sa première génération a deux ans et il y a quelques très bons poulains. » glissera Christophe Grangier.

Derrière lui, le jeune allemand Hannes Ahlmann prend les commandes en abaissant le temps de référence à 36’’33 avec le plaisant Nerrado (Nekton).

Mais c’est finalement Koen Vereecke qui mettra le feu au poudre au terme d’un magnifique barrage avec Kasanova de la Pomme (Bamako de Muze). Le fils de l’incroyable Everly Chin de la Pomme (Malito de Rêve), qui a elle-même évolué au plus haut niveau, abaisse le chronomètre à 34’’14.

Christian Ahlmann avait décidé de seller uniquement Dominator 2000 Z pour cette épreuve et il est évidemment bien présent au barrage. Comme on pouvait l’imaginer, l’Allemand attaque directement et on voit bien que c’est très rapide... mais lorsque le chronomètre s’arrête, il affiche 34’’15 soit un centième de plus. Il y a une petite marque de déception dans le regard du cavalier maison ! « Lorsqu’on évolue à domicile, on a toujours une petite motivation supplémentaire pour gagner mais malheureusement, aujourd’hui, ce n’est pas le cas. J’aurais pu enlever une foulée dans la dernière ligne mais je ne l’ai pas fait ! Dominator a eu un bon break et reprend la compétition. Ce qui est important pour moi, c’est de retrouver ce cheval vraiment spécial que j’ai connu et c’est le cas aujourd’hui. Au départ, je ne l’avais pas engagé ici puis la semaine dernière, je l’ai vraiment senti monter en puissance à Aix la Chapelle. On m’a proposé de l’emmener à Barcelone mais c’était trop vite pour lui et j’ai préféré le monter ici. Je suis très heureux de sa prestation et aujourd’hui, nous aurons vu de vrais scores de Formule 1. »

Et oui car il reste encore un couple à passer mais qui peut imaginer le jeune Gilles Thomas venir titiller ces deux ténors ?! Pourtant le neveu de Marc van Dijck ne se laisse pas démonter. Il attaque avec son jeune étalon de neuf ans, Feromas van Beek Z (Fantomas de Muze). Il ne traine pas en chemin et boucle son parcours en 34’’16 centièmes ! Le podium se tient en deux centièmes, un scénario incroyable ! « Je n’avais pas vu le parcours de Koen mais bien celui de Christian qui passait juste devant moi. Je trouvais que le tracé était parfait alors je me suis dit que je ne devais pas chercher à faire mieux mais juste faire mon propre parcours et c’est ce que j’ai fait. Je suis vraiment content de mon cheval. J’avais décidé de l’engager car souvent quand je vais au concours, on me dit « C’est quoi comme origine ? Et il est étalon ? Et il saillit ? » alors je me suis dit je vais l’emmener aux Sires comme ça, tout le monde saura que c’est un étalon et qu’il est disponible pour l’élevage ! » s’amusera Gilles Thomas.

Koen Vereecke a eu chaud … mais c’est bien lui qui remporte l’édition 2021 des Sires of the World pour un centième devant Christian Ahlmann et deux sur Gilles Thomas ! « J’ai eu beaucoup de chance lors du premier tour lorsque Kasanova a décroché une ruade juste avant la rivière, j’ai été obligé d’attendre mais les choses se sont bien finies. Lors du barrage, j’ai perdu un peu de temps entre le un et le deux car Kasanova a de nouveau joué puis dans la dernière ligne, j’ai pensé qu’il était possible d’enlever une foulée. Je pensais que la grande action de Dominator allait me jouer des tours mais finalement, il n’en fut rien » s’excusera presque Koen Vereecke « Je monte Kasanova depuis un an. Au début de l'année, je l’ai emmené sur une tournée où il a très bien sauté mais il s’est blessé dans le camion sur le retour. Ce n’était pas très grave mais nous avons pris le temps et il finalement redémarré il y a seulement deux mois et demi ! Nous avons fait plusieurs nationaux avant de venir ici et cela s’est vraiment joué à rien. »

Les résultats complets

AuteurJulien Counet