Julien Epaillard, enfin !

13 February 2015

3ème Longines Hong-Kong Master
Speed Challenge Epreuve désormais traditionnelle de la première journée, le Speed Challenge est autant appréciée des spectateurs que du public… mais cette fois, il y avait quatre invités surprises : quatre cracks jockeys, véritable icône nationale à Hong-Kong, se sont prêtés aux jeux. Coachés par Scott Brash, Ludger Beerbaum, Kevin Staut et la locale Raena  Leung, les quatre hommes se seront affrontés sur un parcours abaissé à 90 cm après avoir eu une belle répétition grandeur nature la veille. C'est finalement Vincent Ho, l'élève de Kevin Staut, qui s'impose devant Joao Moreira et Mattheuw Chadwick alors que la monture tirée au sort par Neil  Callan aura été quelque peu récalcitrante forçant l'élimination de son cavalier. Mais les choses commence rapidement avec Jessica Mendoza et Ramiro de Belle Vue (Mozart des Hayettes) qui ne pourront éviter une faute sur le vertical 6 placé perpendiculairement à l'entrée du paddock et qui fera beaucoup de dégâts. Philipp Weishaupt se montrera également très rapide avec Souvenir (Stakkato) mais avec une faute sur la sortie du double Longines. Mais c'est Olivier Philippaerts qui lancera définitivement les hostilités en réalisant un magnifique tour avec Zandigo (Jumbo-Jet), sans faute, en étant très rapide : 61''09. « C'est un cheval que nous avons acheté il y a un an mais il s'est malheureusement blessé et a recommencé gentiment avec une junior dans nos écuries. Je suis très content de sa performance aujourd'hui, il a montré que c'était vraiment un très bon cheval qui va sauter de belles épreuves en étant très compétitif. Je pense que j'aurais pu enlever une foulée dans un virage ou l'autre mais c'est plus facile à dire après … . » réagira le cavalier belge. Quelques numéros plus tard seulement, Julien Epaillard se met en action avec Pigmalion du Rozel (Le Tot de Sémilly) et il ne traine pas en chemin. Le normand gagne du temps partout où il peut et son Selle Français répond à toutes les sollicitations à la plus grande joie du public : 59''81. Marco Kutscher tente de l'imiter avec le très démonstratif étalon KWPN Van Gogh (Numero Uno) mais une faute sur le vertical 8 viendra gâcher la fête malgré un très bon temps de 60''07 auxquels il faudra en ajouter deux supplémentaires de pénalité. Hans Dieter Dreher ne commettra pas de faute et se glissera à la troisième place avec Callisto (Casall) en 61''91. Une troisième place que lui ravira rapidement Maikel van der Vleuten avec VDL Groep Eureka vh Roosakker (Chin Chin) en 61''29. C'est encore une fois la troisième place qui se joue mais cela aurait aussi bien pu être la victoire. Martin Fuchs réalise le meilleur chronomètre en 59''24 en terminant son parcours sur les chapeaux de roue avec Picsou du Chene (Le Tot de Sémilly) mais malheureusement, une faute les relèguera à la troisième place … même si ce n'est pas pour très longtemps ! « C'est une belle journée même si cela aurait aussi bien pu se finir avec deux victoires mais je suis vraiment content avec mon cheval, il a tout donné, c'était bien. J'ai pris un risque pour faire une foulée de moins dans le virage … mais à refaire, je ferai la même chose. » En effet, Jane Richard Philips passe par là avec une Zekina Z (Zandor) des grands jours et réussi un tour somptueux pour prendre la seconde place du classement en 60''69. La place de Julien Epaillard vacille d'autant plus que Gerco Shroder met également la pression avec Prince de Vaux (Flipper d'Elle)et s'empare de la seconde place pour 57 centièmes de plus. Vainqueur l'an dernier, Kevin Staut attaque avec Quismy des Vaux (Dollar de la Pierre), qui n'est autre que la sœur utérine de Prince des Vaux … mais cette fois deux fautes en fin de parcours mettront fin aux espoirs du couple. Il n'en reste dès lors plus qu'un mais il s'agit du numéro un mondial, Scott Brash ! Sur Hello Annie (Contendro I), le britannique attaque et cela passe très près mais c'est 27 centièmes plus lent et la seconde place ! « Aujourd'hui, Julien a simplement été trop rapide pour moi ce soir ! Je n'ai rien à redire là-dessus. Ma jument a tout donné alors je ne peux être qu'heureux. Je suis également content de revenir ici à Hong-Kong où j'avais déjà participé à la première édition et je trouve que le plus a déjà fortement évolué. Il comprend mieux les règles, il est derrière nous et ce n'est que positif pour notre sport. » réagira Scott Brash. « Hong-Kong est un concours très important pour mes sponsors, la Laiterie de Montaigu, qui ont de très nombreux clients en Chine et c'est l'occasion de les rencontrer en partageant notre passion commune avec la clientèle chinoise. Cela motive évidemment et j'ai essayé d'arriver ici avec mes chevaux en forme. J'avais prévu un programme un peu light en début d'année où ces deux chevaux n'ont participé qu'au CSI**** d'Amsterdam en vue de préparer ici et ils avaient déjà très bien sauté avec notamment une 7 ème place dans le Grand Prix pour Cristallo et Pigmalion avait gagné l'épreuve du samedi. Pour moi et pour mon sponsor, c'est important alors on essaie d'arriver avec les chevaux aux mieux. Ce concours fait partie des objectifs de l'année pour nous. Cela fait évidemment plaisir quand il y a une victoire mais ce n'est jamais acquis d'avance. Pigmalion était en fait monté par ma femme avant mais en fait, j'en ai eu besoin … et je lui ai en quelque sorte emprunté. Je n'avais plus trop de chevaux il y a deux ans et aujourd'hui, il commence à avoir du métier et il est vraiment super. C'est un cheval typiquement Selle Français de par ses origines mais également dans son tempérament. Il peut aussi bien faire le Speed Challenge que le Derby de la Baule et quand j'ai eu besoin de lui au dernier moment pour le Grand Prix d'Hickstead, il y était encore sans faute ! Il peut vraiment tout faire. C'est un cheval avec un cœur grand comme lui qui se bat toujours dès qu'il entre en piste. »