Joy van't Zorgvliet rejoint Janne-Friederike Meyer.

22 juillet 2016

C’est une page qui se tourne pour Terry Hoeckman, la fin d’une grande aventure qui avait débuté avec For Joy van’t Zorgvliet et Equita van’t Zorgvliet avant de se poursuivre avec son produit, Joy van’t Zorgvliet dernier des trois produits de la gagnante du Grand Prix***** de Knokke. Le couple aura évolué ensemble depuis son plus jeune âge jusqu’à ses 7 ans. A Knokke, le jeune étalon agréé à l’AES aura été confié à Rodrigo Pessoa en vue d’une participation aux Youngster Tour d’Aix la Chapelle mais les trois sans-faute signés sur la côte belge n’auront pas échappé à Janne-Friederike Meyer qui le suivait déjà depuis quelques temps par l’intermédiaire de Tom De Bel d’Equestrix Agency.

« Je tiens vraiment à remercier Jean-Paul Musette avec qui je m’entraine et Rodrigo Pessoa qui m’aide depuis qu’il monte mon ancienne monture Ferro Chin vh Lindenhof, sans eux tout ceci n’aurait pas été possible. Lorsque je montais Equita van’t Zorgvliet, j’avais vraiment envie d’avoir un de ses produits, l’éleveur Andre Braeckevelt pour qui je montais m’a donc proposé de venir voir et nous avons choisi Joy qui en plus était un fils de For Joy que je montais également à l’époque. Ma famille a décidé d’en acquérir la moitié, l’éleveur en conservant l’autre partie avant de revendre un peu plus tard sa moitié à la famille Lesur avec qui nous avons continué l’aventure jusqu’à maintenant. Je pense que Joy a le calibre pour suivre la trace de ses parents et cela aura été une magnifique histoire d’avoir pu monter de tels chevaux avec les parents d’abord et le fils. Lorsque nous l’avons acquis il avait six mois et ce sont vraiment ses origines qui ont fait que nous avons pris la décision de prendre le risque. Finalement, Joy est vraiment le croisement parfait comme j’aurais pu espérer car il a le caractère de son père en étant jouette, d’un calme olympien à la maison puis un véritable guerrier au concours avec un respect total avec un coup de saut qui est par contre plus comme sa mère avec de très gros moyens, une bonne frappe en étant plus rond dans ses sauts alors que For Joy est plus For Pleasure. Il nous reste néanmoins un stock de paillettes de Joy que nous continuerons à commercialiser.» réagira Terry Hoeckman

Photo One Shot

Joy avec Rodrigo Pessoa à Knokke

Premier parcours avec Janne-Friederike Meyer