Jerenmias van het Hulstenhof rejoint Scott Brash.

15 February 2018

C’est la belle histoire de ce début d’année. Il y a quelques semaines, le BWP de 9 ans Jerenmias van het Hulstenhof (Cooper vd Heffinck x Irco Mena) quittait les écuries de la jeune Liégeoise Charlotte Philippe pour rejoindre la Grande Bretagne. Le hongre vient en effet d’être acquis par Lady Pauline Harris et Lady Pauline Kirkham, mieux connues sous l’affixe Hello du crack écossais Scott Brash.

« J’ai vu Jerenmias pour la première fois à Kronenberg et je l’ai suivi durant quelques concours. Je pense qu’il a un gros potentiel évidemment sinon je n’aurais pas fait le forcing pour qu’il vienne dans mes écuries. Je trouve que Charlotte a fait du très bon travail avec lui. Elle l’a très bien construit progressivement sans aller trop vite. Pour le moment, il est à la maison dans mes écuries. Je ne l’ai pas emmené à Oliva, je vais prendre le temps. Il prend seulement neuf ans, je n’ai pas de plan avec lui à court terme, nous allons voir dans le futur. » expliquera Scott Brash.

Pour la jeune Liégeoise, le sentiment est partagé. « Ce n’était pas un choix facile. Je n’avais vraiment pas l’intention de vendre Jérémy. Au départ, lorsque Scott Brash est venu me trouver, je me suis dit « mais pourquoi lui ? ». Parmi tous les chevaux qui étaient au concours, pourquoi a-t-il repéré le mien ? Evidemment que ces derniers temps, nous avions souvent des gens en sortie de piste qui nous demandaient si le cheval était à vendre … mais si c’était pour voir mon cheval évoluer au même niveau que ce que nous faisions, je préférais le conserver. L’équitation, c’est mon hobby, je suis comptable dans la vie … mais évidemment, avoir Scott Brash qui s’intéresse à votre cheval, c’est différent. Au départ, je lui ai dit que je ne le vendais pas … mais il a gardé contact avec nous et nous demandait régulièrement si nous n’avions pas changé d’avis. Le 31 décembre, il m’a présenté ses vœux pour la nouvelle année … en me demandant si je ne le vendrais pas. Mes parents et mon compagnon m’ont forcé à réfléchir à la situation. Je me suis dit que je ne devais pas être égoïste et que si Jérémy avait l’opportunité d’évoluer au plus haut niveau, je devais aussi lui laisser cette opportunité car ce ne serait pas possible avec moi. J’ai donc accepté que Scott Bras vienne l’essayer en me disant que comme c’était un cheval très particulier, si l’essai ne se passait pas bien … je le garderais pour moi et qu’on n’en parlerait plus … mais l’essai s’est formidablement bien passé ! Ensuite est venue la visite vétérinaire, je me suis dit que si il y avait la moindre chose, je le garderai pour moi jusqu’à la fin … mais tout était en ordre et finalement, le camion est arrivé pour le charger. Ca a été un moment très difficile, c’est toujours difficile en fait … mais j’espère que j’aurai l’occasion d’aller les voir évoluer au plus haut niveau dans le futur. C’est vraiment ce que je souhaite au plus profond de moi. Jérémy sera resté trois ans chez moi. Je l’ai acheté à la fin de ses 5 ans chez Gaetan Dengis alors qu’il venait de chez Kris Ceulemans. Il sortait de chez son éleveur et on arrivait tant bien que mal à lui faire sauter un obstacle le long du pare botte. La qualité était là, cela ne faisait aucun doute … mais c’était un cheval extrêmement sensible, difficile et délicat. Le chemin a été très long. Il m’a fallu deux mois pour réussir à le travailler correctement sur le plat car il pouvait aussi bien se mettre dans un coin. Lorsque je le sortais du boxe, je pouvais directement savoir si il était dans un bon jour ou non. Finalement, je l’ai débuté pendant six mois sur des concours 110 sur le circuit du GEPL avant de passer aux épreuves 120-125. Nous avons d’ailleurs remporté le championnat GEPL. Le problème n’a jamais été les obstacles … mais le contrôle. Cela lui arrivait encore de se mettre dans un coin pendant un barrage alors qu’il ne faisait quasiment jamais une faute et lorsqu’elle arrivait, c’était souvent une faute de ma part. Maintenant, il me reste quelques autres chevaux … mais aucun pour prendre sa relève. Je vais recommencer avec quelques jeunes chevaux mais, en tant qu’amateur, je ne suis pas sûre que je recroiserai un cheval de ce niveau-là dans ma vie mais j’espère qu’il me fera encore vivre de bons moments et que nous aurons l’occasion d’aller le voir en concours. »