Jean Brohier n’est plus.

29 July 2020

L’élevage de Tamerville avait été repris depuis plusieurs années par son fils ainé, Denis Brohier (ici en photo avec l’étalon Tibet Tame), mais aujourd’hui, l’élevage normand est orphelin de son fondateur. Jean Brohier est décédé à 94 ans. Personnage très discret, il aura néanmoins marqué l’histoire du Selle Français en faisant partie des premiers étalonniers privés en distribuant notamment la semence de Fair Play III qu’il aura fait naître. Ce cheval n’est autre que le père du cheval de sa ville, l’étalon Narcos II qui s’illustrera en France aussi bien que sur la scène internationale avec un jeune cavalier de l’époque, un certain Eric Navet. 

Jean Brohier avait fondé son élevage en achetant deux filles de pur-sang actifs au haras du Pin qui lui avaient beaucoup plu : Ma Pomme, fille de Furioso xx (et propre sœur de la crack Pomone, championne du Monde de Buenos Aires avec  Pierre Jonquères d’Oriola) ainsi que Il Pleut Bergère, fille de Foudroyant II xx. Son idée était de croiser les deux souches ensemble, un croisement réussi puisque c’est ainsi que naîtra Narcos II. 

Mais l’éleveur aura aussi produit l’étalon Quat’sous qui sera lui-même performant au niveau international sous la selle de Guy Martin et de très nombreux champions, alors que les souches sont toujours bien présentes au haras et sont à la base de cracks comme Old Chap Tame, mais ses souches se sont aussi répandues en Normandie et ailleurs, étant à l’origine de très nombreux cracks tels le champion olympique de Steve Guerdat, Nino des Buissonnets.

La disparition de Jean Brohier suit de six mois celle de son frère George Brohier, autre monument du Selle Français dont les chevaux de l’affixe « de Pierreville » auront trusté de nombreuses victoires sur les terrains de concours.