Gwendolen Fer et les Bleus gardent la Coupe à la maison

15 August 2021Auteur : Eléonore Magnien

On commencerait presque à s’habituer à ce que la Marseillaise résonne au Haras du Pin. Pour la cinquième année consécutive, la France s’est imposée dans la Coupe des nations organisée ce week-end dans le cadre du Grand Complet. En individuel, Gwendolen Fer a dominé les débats. 

Le grand sourire de Gwendolen Fer, qui trônait sur la plus haute marche du podium après sa victoire dans le CCIO 4*S du Grand Complet, a certainement réjoui les 2500 spectateurs rassemblés aujourd’hui sous un beau soleil au Haras du Pin. Associée à Traumprinz (Elkadi II), la Tricolore a devancé le Néo-zélandais Tim Price qui montait l’ancien champion du monde des 7 ans Happy Boy (Indoctro) et l’Allemande Josephine Schnaufer-Völkel avec Pasadenna 217 (Primeur’s As). 

Après Thibaut Vallette et Qing du Briot, c'était au tour de Gwendolen Fer et Traumprinz de remporter le CCIO 4*S du Pin 

Au-delà de la joie, le sentiment qui prônait chez Gwendolen cet après-midi était sans aucun doute le soulagement. Le soulagement d’être enfin débarrassée de la malédiction qui la poursuivait depuis le début de la saison: elle avait été éliminée lors de sa première sortie avec Traumprinz, puis obligée de déclarer forfait à Pompadour à cause d’un cas de rhinopneumonie dans ses écuries, et écartée de la course olympique après sa chute dans le CCI 4*S de Saumur avec Romantic Love (L’Arc de Triomphe). “Des problèmes techniques mais aussi quelques coups du sort”, résumait Gwendolen. “Et puis la roue a fini par tourner (elle avait déjà remporté le CCI 4*S de Jardy il y a un mois, ndlr). Comme je le dis tout le temps, il faut rester déterminée et ne rien lâcher. Ce sont en tout cas les valeurs que j’essaye de transmettre”, confiait-elle après ses deux belles performances. Parce qu’en plus de remporter l’épreuve avec Traumprinz, elle est également quatrième avec Romantic. Elle repart ainsi avec 2800 euros -la dotation ayant été rehaussée après les réclamations des cavaliers l’an dernier- auxquels s’ajoutent un bonus pour sa victoire dans la Coupe des nations. Gwendolen et Romantic Love avaient en effet été choisis par Thierry Touzaint pour faire partie de l’équipe de France aux côtés de Sébastien Cavaillon, Ugo Provasi et Stanislas de Zuchowicz. 

La France garde la main mise sur le Pin


Dès le dressage, la France avait pris le large sur les cinq autres nations engagées. Est-ce que cette victoire a été pour autant facile à glaner ? Pas vraiment. Le test de saut d’obstacles avait provoqué pas mal de fautes hier mais les Bleus menaient encore avec un peu d’avance. Toutefois, après l’élimination de Sébastien Cavaillon et Sarah d’Argouges (Quite Easy) qui ont chuté sur l’avant-dernier obstacle du cross (les deux se portent bien), les trois autres cavaliers de l’équipe de France n’avaient plus le droit à l’erreur aujourd’hui. Le tracé de Pierre Le Goupil n’était pas franchement difficile mais il n’était pas évident de rentrer dans le temps, seuls sept couples y sont parvenus. Parmi eux, Gwendolen et Romantic Love mais aussi Ugo Provasi et Shadd’Oc (Espoir d’Oc). Il y a eu 1,6 point de temps pour Stanislas de Zuchowicz et Covadys de Triaval, un autre fils de L’Arc de Triomphe, mais pas de quoi inquiéter les Bleus plus que de raison. Ils ont remporté cette Coupe des nations avec plus de 10 points d’avance sur les Pays-Bas et la Suède. De bon augure pour les échéances à venir.

Les Bleus entourés des Pays-bas et de la Suède sur le podium de la Coupe des nations

Dernière répétition avant les Europes ? 

Pour Gwendolen et ses compatriotes, il s’agissait en effet de l’une des dernières répétitions avant les championnats d’Europe de concours complet qui se dérouleront à Avenches du 23 au 26 septembre. “C’est tout à fait envisageable  et si c’est le cas, ce sera avec Romantic puisque Traumprinz n’est pas qualifié”, expliquait Gwendolen. Mais avant l’annonce des sélections, il y a encore l’étape du Grand National qui se courra de nouveau au Pin du 1er au 3 septembre.

Déjà médaillés de bronze par équipe aux JO de Tokyo, les Bleus disposent encore de quelques atouts à faire valoir en vue des championnats d’Europe, les Mondiaux de 2022 ou les Jeux de Paris 2024. Covadys de Triaval mais aussi Dame deCoeur Tardonne (Lando), cinquième avec Camille Lejeune du 4*S, Diabolo Menthe (Scareface de Mars) et Dgin du Pestel*Mili (Nartago), respectivement dans le CCI 3*S avec Nicolas Touzaint et Donatien Schauly, sont autant de beaux diamants qu’il reste à polir.

Résultats individuels

Résultats par équipes

Crédit photos : Les Garennes. 

AuteurEléonore Magnien