Grande Semaine de Fontainebleau

02 September 2007

Grande Semaine de Fontainebleau
championnat des 7 ans

Par Gustave Rihal

Critiqué en 2006 pours des parcours jugés trop difficiles par les cavaliers, Eugène Mathy avait cédé le rôle de chef de piste à Jean Paul Lepetit. Résultats des barres étaient moins hautes mais le parcours plus « fragile » et les scores encore plus lourds.

 

Mais de tels résultats n'ont ils pas une autre explication ? La génération des « M » ne comptait déjà pas un seul Elite l'an dernier alors que cette année, Mistinguette aura survolé le championnat avec prêt de 3 barres d'avance. L'année des M serait elle un tout petit cru ? « Je pense surtout que les parcours proposés dans l'ensemble de ces championnats d'âge ne permettent pas de faire ressortir les chevaux puissants même si je pense que cette finale des 7 ans était une véritable préparation pour le futur. » expliquera Franck Schillewaert.

La première manche de cette finale a permis à certains couples de relever la tête après des qualificatives manquées à l'image de Nicolas Delmotte associé à Marlou des Etisses, parti 39 ème il se qualifie pour la seconde manche grâce à un joli quatre points. Gilbert Doerr et l'impressionnant Coletto (Coronado) écope du même score, si ce cheval semble posséder une force illimité, il semble y avoir encore du travail pour façonner ce cheval prometteur. On pourra par contre noter plusieurs déceptions par rapport à la finale des 6 ans car les révélations 2006 étaient bel et bien sur le terrain de Fontainebleau mais n'ont tout simplement pas confirmé. A commencer par Manille des Forets gagnante du critérium des six ans sous la selle de Cedric Angot, elle ne semble pas avoir retrouvé le même feeling avec Marie Demonte et sort de piste avec un lourd score de 26 points. Troisième au provisoire, Bertrand Pignolet associé à Magic d'Elle (Adelfos) loupera complètement son parcours et sortira avec un score fleuve de vingt points. Son énervement sur un photographe qui n'avait gêné aucun des 39 autres couples ne changera rien : pas de seconde manche. Certains couples n'ont même pas réussi à se qualifier pour la finale et cela est plus étonnant, comme le très attendu Made In Semilly et Florian Angot qui avaient fait belle impression l'an passé ou encore Moustic des Salines et Alexandre Sueur.

Vingt couples s'affronteront donc sur un parcours moins long mais encore plus fautif. Si l'on peut expliquer en partie les gros scores par la fatigue accumulée, il est plus difficile d'en faire autant sur le nombre impressionnant de refus (sept au total et trois éliminations) sur le même obstacle, un double vertical sur bidet suivit d'un bel oxer carré. Certes cet obstacle venait en fin de parcours et était placé dans la décente, mais à sept ans voir tant de refus en finale est préoccupant.

Simon Delestre montait la sept ans la plus fortunée de 2007 en la personne de Mélodie Ardente (Apache D'Adriers*HN), s'il croit en cette jument il peut nourrir quelques regrets après cette finale à laquelle il termine douzième.

Cédric Angot montait lui Alco, ex monture de Nicolas Paillot, et a réalisé une très mauvaise finale qui le relègue à la 16 ème place avec son très puissant fils de Codex.

Franck Schillewaert a lui qualifié deux chevaux pour cette seconde manche, tout d'abord Marquis de la Lande, un fils de Quito de Baussy qui semble être l'un des chevaux à suivre de près dans le futur. En effet, si la première manche est bouclée par des malheureux douze points provoqués par un très gros saut sur le numéro un qui a mis le cheval sous pression, il n'en est pas de même de la seconde, bouclée sans faute et de très belle manière. Manon de la Lande, deuxième monture de Franck Schillewaert était elle partie sur les chapeaux de roue avec notamment un superbe tour dans la chasse avant d'avoir un peu plus de mal à boucler sa finale, mais cette jument ne sautait que des parcours à un mètre dix l'année dernière sous la selle de son propriétaire, la progression est donc fulgurante.

Olivier Dessuter était lui associé à la fille de l'Irlandais Cruising, Aranka, parti de loin ( 19 ème avant la chasse) la jument au beau geste de devant a réalisé une très belle finale, conclue par un double quatre points et une méritoire septième place.

 

Pierre Jarry montait lui Moriana (Lieu de Rampan), une grande alezane pas forcément très élégante mais le principal est qu'elle saute de belle manière, même si elle nous avait fait meilleure impression en 2006, ils prennent la sixième place.

Mylord Carthago et Pénélope Leprevost ne partaient que de la quinzième place avant cette finale, étonnant pour un cheval qui n'a cessé d'impressionner tout au long du circuit SHF futur élite. Les parcours proposé par Jean Paul Lepetit ne favorisaient pas les chevaux ayant beaucoup de force mais le fils de Carthago aura été très régulier … à 4 points ! Cependant en réussissant une belle finale (8.25 points au cumulé des deux manches) Mylord Carthago aura fait une très belle remontée pour le plus grand bonheur des nombreux éleveurs qui lui font confiance et termine quatrième du championnat.

En bronze, pour un podium entièrement féminin, on retrouve Muse de Milvrault qui perdra malheureusement une petit place après avoir fauter à deux reprises lors de la dernière manche alors qu'elle était la seule s'être maintenue dans le sillage de Mistinguette. René Lopez réussira également à classer Lancia d'enfer à la 8 ème place. Une très belle journée donc pour le cavalier Colombien.

On retrouve Mel D'Argences et Alexis Gautier à la seconde place. Une place qui peut sembler étonnante pour une jument qui n'a pas beaucoup couru dans le circuit SHF Futur élite, mais son cavalier s'explique : « elle faisait de tellement trop gros sauts en début de saison que j'ai dû prendre mon temps. Elle a sauter le plus gros parcours de sa vie jusqu'à maintenant dans cette finale. La jument n'a pas encore confiance dans ses moyens et il vaut mieux prendre son temps.» mais cela n'a pas empêché la fille de Quick Star de signer de très beaux parcours notamment en fin de championnat.

Seul, tout seul devant, Patrice Delaveau remporte, sans surprise, le titre de champion de France. La fille de Quidam de Revel aura dominé de la tête et des épaules ce championnat sans que personne ne puisse menacer cette sympathique jument très dynamique au geste des antérieurs remarquable.