Elevage Saint Benoît

21 August 2008

Daniel Hotte, un petit éleveur qui fait parler de lui  !

Après une quatrième place dans les 3 ans en 2005, puis une seconde place dans les 2 ans en 2006, l'élevage St Benoît aura remporté l'épreuve de saut en liberté du CSI**** de Liège des 2 ans 2007. Quelques mois plus tard, le même Vertigo Saint Benoît recevait son agrément au BWP. Un honneur que plus aucun sbs n'avait réussi à obtenir depuis 5 ans, une véritable consécration pour un petit éleveur, comme Daniel Hotte de l'élevage Saint Benoît. La famille Hotte et leur jument de base, Jorace du Houssoit ( Capital & une soeur utérine de l'étalon Fidy du Fleury)
Ci-dessous : Vertigo Saint Benoit (Ogano Sitte & Jorace du Houssoit), étalon approuvé à la monte par le BWP et le Luxembourg.

Comment est née votre passion pour les chevaux ?

Tout petit ! Enfant, j'habitais en France près d'un fermier qui avait des chevaux de traits et j'étais toujours dans les chevaux. Après, j'ai monté un peu avec un ami qui faisait du jumping pendant un été avant d'arrêter complètement l'équitation. Le virus n'est revenu que lorsque ma fille a voulu faire de l'équitation, nous habitions à l'époque à Baudour et elle a commencé à monter au manège de l'espace. A ce moment là, nous avons acheté Madonna (Kilt IV x Goldspring de Lauzelle) puis quelques années plus tard, nous avons fait l'acquisition de Jorace du Houssoit (Capital x Picasso de Lauzelle) pour faire de l'élevage de chevaux de qualité puisque notre fille voulait travailler dans les chevaux.

D'où vient le nom de l'élevage ?

 

Un jour, nous étions à l'abbaye de Maredsous. Nous étions en train de déguster un bout de fromage et un verre de bière et c'était la St Benoît. Nous avions une naissance à venir et cherchions un affixe. En rentrant, je me suis dit pourquoi pas mettre St Benoît derrière.

Comment avez-vous sélectionné vos juments ?

 

Madona, je l'ai vue dans une prairie. Au départ, je pensais que c'était un étalon tellement c'était une baraque avec une encolure énorme … etc Nous avons eu un véritable coup de cœur et nous l'avons achetée non pas sur ses papiers mais en la regardant bouger.

Pour Jorace, nous nous sommes rendus chez Daniel Boudrenghien. Il n'y avait que deux chevaux à vendre : Jorace et Ksar Sitte qui n'était pas encore admis puisqu'il n'avait que deux ans. Ma femme a eu un véritable coup de cœur pour Ksar Sitte, mais nous cherchions une jument et Jorace a fait une véritable démonstration en liberté en sautant en haut des chandeliers. Nous l'avons achetée tout de suite mais elle est restée quelques temps chez Daniel Boudrenghien pour être saillie de Figaro de la cense (Alcamera de Moyon) avant de donner trois produits de Ksar Sitte. Au départ de Ksar, nous étions un peu triste car physiquement, c'était un cheval magnifique mais lorsqu'il est parti Daniel nous a dit « Vous allez voir, vous serez content d'Ogano ». Et je dois dire que nous n'avons pas été déçu. Avec Ksar, on fait plus facilement des jolis chevaux qu'avec Ogano. D'ailleurs même avec Jorace qui est jolie, on n'a pas des produits avec un physique de Miss Monde… Par contre, au niveau qualité, Ogano est supérieur, cela ne fait aucun doute. Pour nous, cela a vraiment été le croisement magique et pour Patrick Spits, Vertigo Saint-Benoît est une véritable star qui en plus est facile à monter. Vivaldi Saint Benoît (Verdi & Jorace du Houssoit)

Comment choisissez-vous vos croisements ?

 

Avant tout d'après mes juments. Je regarde leurs qualités et surtout les défauts qu'elles ont puis j'essaie de trouver un étalon qui a les qualités qu'elles ont … mais sans leurs défauts. Le reste, c'est un peu une question de feeling. Il faut avant tout que le courrant passe, comme ce fut le cas avec Zacharov (Clinton x Lord Z) que nous avons choisi après l'avoir vu sauter alors qu'il n'avait que 3 ans.

Bokito Saint Benoît (Ogano Sitte & Jorace du Houssoit)

Comment choisissez-vous les stud-books auxquels vous inscrivez vos poulains ?

Ce n'est pas difficile. Nous avons toujours inscrits tous nos poulains au sBs jusqu'à l'année dernière. Cela fait maintenant trois ans que nous allons à Liège avec nos Ogano, trois ans que nous remportons le Best of sbs avec nos Ogano … nous avons présenté un entier il y a deux ans, on nous l'a mis dehors au modèle … puis l'année dernière, à Liège, un juge du sBs nous a tout simplement dit qu'on n'avait pas besoin d'Ogano au sBs. Je me suis dit que si on n'avait pas besoin de produits d'Ogano … on n'a pas besoin des miens … et au final, c'est un très bon conseil qu'il m'a donné et nous avons décidé de le présenter au BWP ainsi qu'au Luxembourg. Au final, il a été repris dans les deux studbooks en faisant partie des meilleurs à chaque fois. Il faut aussi ajouter qu'après la deuxième phase du BWP, Vertigo n'était pas encore débourré et n'avait jamais eu une selle sur le dos. Il n'a eu qu'un mois et demi pour être débourré et mis à l'obstacle.

Après cette histoire, nous venons donc de décider d'inscrire nos poulains au Luxembourg et au BWP.

Boy-Lord Saint Benoît (Lord Z & Reale Saint Benoît)

En tant que petit éleveur, qu'est ce que vous attendez d'un stud-book ?

 

Déjà qu'il soit un peu plus ouvert à ses propres éleveurs, ce qui n'est pas vraiment le cas du sBs où lorsqu'on regarde l'admission, on constate qu'il y a 80 % de chevaux issus d'autres stud-books et quelques sBs issus de gros élevages comme Daniel Boudrenghien qui vient, il faut le reconnaître, toujours avec des chevaux de qualités ou encore Sainte Hermelle. Au final, ce sont toujours les mêmes étalonniers, les mêmes gros sponsors et gros éleveurs qui sont pris.

Au BWP, il y avait plus de 100 chevaux dont plus de 80% étaient des BWP et je pense qu'au final, c'est le plus dur studbook pour l'admission actuellement en Belgique.

Nous avons néanmoins encore pris notre cotisation au sBs cette année mais nous n'y avons plus inscrits de poulains. Nous avons également été très surpris que, même sans parler flamand, nous avons été parfaitement accueilli au BWP, comme au Luxembourg d'ailleurs.

Comment comptez-vous valoriser votre petit élevage ?

 

Nous espérons que notre élevage va pouvoir se valoriser de lui-même par les produits que nous avons vendus et qui vont aujourd'hui tourner dans le sport. Pour le moment, M. Ceulemans nous a acheté d'abord Uriano puis son propre frère Vertigo et se montre très intéressé par nos chevaux alors que M. Pessoa a déjà également montré de l'intérêt et c'est certain que si un jour nous avons un cheval monté par Rodrigo Pessoa, ce serait fantastique. D'ailleurs, nous allons voir qui va monter Sanoha puisque nous avons décidé de la mettre dans le sport. Il y a des chances que nous demandions à Patrick Spits de la monter puisque nous nous entendons bien avec M. Ceulemans et qu'ils sont vraiment adorables … . Maintenant, il est clair que si quelqu'un vient en nous proposant de louer la carrière sportive de la jument, ce sera différent.

Belary Saint Benoît (Clinton x Sanoha Saint Benoît)

Pour vous quel rôle ont les épreuves en liberté comme celles de Ghlin et Liège où vous vous êtes distingués ?

 

Cela nous permet tout d'abord de voir quelque peu les qualités d'un cheval, mais il ne faut néanmoins pas en abuser car à deux ans, je pense que cela abîme quand même quelque peu les chevaux surtout à deux ans. A trois ans, le cheval est plus formé au niveau de son ossature mais je pense que ce n'est pas mauvais de faire au moins un concours ou deux. Pour nous, notre premier objectif de l'année, c'est le concours de Ghlin puisque nous sommes membre de l'AHECS. Il s'agit souvent de la première sortie des chevaux à l'extérieur puis nous nous rendons à Liège, ce sont les deux seules sorties que nous faisons avec nos chevaux. Cela nous permet également de faire connaître nos chevaux. C'est d'ailleurs à Liège que Patrick Spits a vu sauter Uriano et nous l'a acheté avant de venir visiter notre élevage la semaine suivante. Des expériences comme celle là ne serait pas possible sans ces épreuves d'élevage.

Zazie Saint Benoît (Zacharov x Reale Saint Benoît)

Vous parlez de la mise dans le sport de Sanoha, est ce que pour vous c'est important que les juments sortent dans le sport ?

Non, je ne le pense pas. Je pense qu'une jument sait montrer qu'elle sait sauter, qu'elle a un bon déplacement, qu'elle sait galoper, qu'elle engage bien, qu'elle a un bon caractère sans cela.

ci-dessous Reale Saint Benoît (Ksar Sitte & Jorace du Houssoit) De plus, je ne suis pas certain que c'est parce qu'une jument va gagner en Grand Prix qu'elle sera bonne à la reproduction. Je ne pense pas qu'en mettant deux bons chevaux ensemble, on aura forcément un bon cheval … mais on a plus de chance avec un cheval qui a de bonnes aptitudes. Par contre, je suis persuadé qu'en mettant un mauvais avec un mauvais ou même un moins mauvais … on a plus de chance de faire un mauvais cheval. Après, je pense qu'une jument dans le sport amène une plus value à la renomée de l'élevage … mais surtout une plus value au niveau des ventes. Après, il est certain que l'on peut vite se laisser tenter de vendre ces juments plutôt que de les conserver pour perpétuer l'élevage. Sanoha Saint Benoît (Ogano Sitte & Jorace du Houssoit) et ci dessous, sa fille Ilostra Saint Benoît (Lord Z)

Quel est le futur de l'élevage Saint Benoît ?

Le futur de notre élevage, c'est ma fille et mon beau-fils ainsi que mes deux petits-fils qui le dessineront. Ils sont intéressés par les chevaux et l'élevage … donc après nous, il y aura d'autres chevaux.

site web : elevagesaintbenoit.be