EK : jour 2.

20 August 2015

EK Aix la Chapelle
Coupe des nations - manche 1 Les choses sérieuses débutaient aujourd'hui et les premiers individuels à s'élancer l'ont appris à leurs dépens. Le programme était très simple : 92 partants scindés en trois groupes. Premièrement 10 individuels parmi lesquels seule l'Israélienne Danielle Goldstein réussira le parcours sans-faute avec Carisma (Cardento) alors qu'Emma Augier de Moussac quittera ces championnats sans la moindre barre mais avec une chute sur la sortie du triple. Ensuite s'élancèrent les dix équipes les moins bien classées de la première journée à savoir la Slovénie, la Slovaquie, la Hongrie, le Portugal, la Russie, la Pologne, l'Autriche, le Danemark mais aussi la Suisse ou encore la Finlande. Mais l'équipe d'Hervé Godignon poursuivie par la malchance depuis le début de ce championnat devra renoncer avec deux chevaux blessés après qu'un de ses cavaliers se soit démis l'épaule le jour du warm-up. Rien de bien passionnant au premier abord et pourtant, on retiendra le magnifique sans-faute du néo-Autrichien, Max Khuner avec Cœur de Lion (Coriano) devant « son » public. Parmi les équipes en lice, beaucoup auront profité de cette opportunité pour prendre de l'expérience … mais deux équipes auront sorti leur épingle du jeu à l'image d'une surprenante équipe danoise qui débutera avec un joli sans faute néanmoins sanctionné d'un point de dépassement de temps pour Soren Pedersen sur Tailomade Chaloubet (Chacco-Blue). Rikke Haastrup confirme la forme de son équipe en ne commettant aucune faute sur les obstacles mais bien 4 points sur la rivière avec Qualisco du Bobois (Burggraaf) alors que le chef de file de cette équipe, Andreas Schou bouclera le score de l'équipe par un sans-faute mettant ainsi la pression sur les équipes poursuivantes. « Je pense que l'an dernier, j'avais déjà fait un bon championnat du monde avec mon cheval mais cette année, nous avons eu de nouveaux chevaux dans l'équipe qui ont déjà fait de bons résultats toute l'année et nous sommes très motivés pour tenter de nous qualifier pour les Jeux Olympiques. Il y a trois équipes qui gagneront leur ticket, pour le moment, nous sommes la 4 ème équipe. Il faudra donc encore faire bien demain et alors … nous verrons mais cela risque d'être très gros demain. » réagira Andreas Schou. A la rue ou presque hier avec des petites fautes, la Suisse s'aligne avec une équipe prometteuse mais encore très inexpérimentée après la vente des chevaux de tête de Pius Schwizer et la suspension de Nino des Buissonnets. Romain Duguet est le premier à s'élancer avec Quorida de Treho (Kannan). Accrocheur et déterminé, ils signent le premier sans-faute. Martin Fuchs lui réalisera un joli tour mais ne pourra éviter la faute sur le vertical Mercedes placé avec un virage serré pour aborder la dernière ligne avec Clooney (Cornet Obolensky). Janika Sprunger et son incroyable Bonne Chance CW, qui rappelle un autre produit de Baloubet du Rouet remettront l'équipe suisse sur de bons rails tout de suite imitées par Paul Estermann qui n'aura rien lâché sur Castlefield Eclipse (Obos Quality) permettant à l'équipe helvétique de rendre une copie vierge ! Les 10 meilleures nations de la veille sont prévenues. « Hier, je pense que nous n'avons vraiment pas été chanceux. Ma jument met un coup de postérieur dans le vertical. Nous avons tous un peu manqué de chance et nous nous sommes retrouvés assez loin. Nous avons eu une bonne discussion le soir. On s'est tous battus comme des lions aujourd'hui et on a montré qu'on n'était pas mort. C'était important pour moi de faire sans-faute pour lancer l'équipe. Je sais que ma jument est en forme, cela fait six mois qu'elle saute vraiment superbement. Dans cette équipe, c'est sans doute la jument avec le plus d'expérience maintenant et le plus de résultats cette année. Nous avons eu la chance d'avoir Steve Guerdat parmi nous hier et aujourd'hui pour nous soutenir mais qui nous a bien motivé aujourd'hui. Savoir qu'il y a du monde derrière, c'est important pour nous. Les choses se passent bien pour moi pour le moment alors j'essaie de dérouler mes parcours puis voilà. » réagira Romain Duguet.

La Belgique est prévenue et c'est à Pieter Devos d'entrer en piste pour débuter cette dernière partie d'épreuve mais les errements de la veille sont toujours présents et même si toutes les difficultés du parcours sont englouties sans problème particulier par Dylano (Cento Lano) : il y a 4 points sur la rivière et une georgette à la clé.

Derrière les Suédois peuvent compter sur le premier sans-faute de Douglas Lindelow avec Casello (Casall).

L'Italie déchante avec deux fautes d'Emanuele Gaudiano su Admara (Padinus) auxquels viendront s'ajouter 8 points de Lorenzo De Luca avec Geisha vh Orshof (Cabrio vd Heffinck) puis le 4 points final de Piergiorgio Bucci sur Catwalk Z (Carthago). Le magnifique sans faute impressionnant d'aisance de For Passion (For Pleasure) sous la selle de Daniel Augusto Da Rios n'y changera rien, l'Italie glisse au douzième rang. Niels Bruynseels doit réagir si la Belgique veut éviter le même sort. Malheureusement, une faute sur la palanque Rolex en fin de parcours de Pommeau du Heup (Helios de la Cour II) vient compromettre les plans. Le jeune Jos Verlooy n'a donc pas le choix, il doit boucler le sans-faute pour pouvoir encore espérer. Le fils d'Axel Verlooy montre qu'il fait bel et bien partie des cavaliers sur lesquels on peut compter sur un championnat jusqu'à ce que Domino (Thunder vd Zuuthoeve) ne perde un fer, comme Pommeau du Heup la veille) et ne glisse … le vertical Rolex est au sol : 4 points, les carottes sont cuites ! Gregory Wathelet aura beau effectuer un parcours sans-faute somptueux, rien n'y fera : la Belgique est 11 ème et éliminée de la course aux JO !

Devant, la Suède a eu très chaud lorsque Malin Bayard sortira avec 8 points sur Tornesch (Lux Z) surtout que son score comptera pour l'équipe puisque Helena Person ne pourra éviter trois fautes avec Bonzai H (Baloubet du Rouet) mais Henrik von Eckermann réussira le sans-faute salvateur sur Cantinero (Cento) qui permet à ses couleurs de rester en course pour … deux dixièmes de points de mieux que les troupes de Dirk Demeersman.

Devant l'Irlande se maintient dans la course aux JO mais décline avec des parcours à 4 points de Denis Lynch sur All Star (Argentinus) et une faute inattendue par contre pour l'un des favoris en individuel, Bertram Allen avec Molly Malone V (Kannan) sur l'entrée du triple. Le seul sans-faute de l'équipe viendra de Cian O ‘Connor avec Good Luck (Canturo) pour la plus grande joie de son ancien cavalier, Fabrice Galdini. « Quand on le voit aujourd'hui, on se dit vraiment que ce cheval fait partie des meilleurs. Il a vraiment quelque chose de particulier. Cela fait évidemment plaisir de le voir aujourd'hui mais aussi qu'il soit tombé dans une telle maison, c'est vraiment bien pour lui. » Auteur d'une magnifique première journée, l'Espagne plie mais ne rompt point ! Manuel Fernandez Sarro ne peut éviter une faute sur le milieu du triple avec Enriques of Lowlands (Diamant de Sémilly), faute que commettra également Eduardo Alvarez Aznar sur Rockfeller de Pléville (L'arc de Triomphe) alors que Pilar Cordon ne peut éviter deux fautes coup sur coup en toute fin d'épreuve avec Gribouille du Lys (Quaprice Bois Margot).

Alors que ses couleurs sont en danger, Sergio Alvarez Moya signe un sans-faute somptueux sur Carlo (Contender) permettant à son équipe de rester elle aussi dans la course à la qualificative des JO.

La course aux médailles, elle, est bien engagée et l'Ukraine est dans une situation quelque peu d'attente avec Cassio Rivetti qui signe un championnat impressionnant avec le vieux Vivant vd Heffinck (Fuego du Prelet) avec un nouveau sans-faute à la clé et René Tebbel qui se reprend avec un sans faute sur les obstacles mais un point pour temps dépassé sur Cooper (Colman). Derrière les choses se gâtent un peu avec une faute sur la sortie du triple de Ferenc Szentirmai sur Chaccland (Chacco Blue) alors que Katharina Offel ne pourra cette fois éviter deux fautes avec Zipper (Apple Juice). L'Ukraine pointe à 13,030 points La Grande Bretagne a reculé mais reste bien la première nation en ordre pour remporter son ticket aux JO. La jeune Jessica Mendoza aura malheureusement craqué sous la pression avec trois faute de Spirit T (Tornado) et Ben Maher aura vu Diva II (Kannan) traverser le dernier oxer après être partie une foulée trop tôt dans la combinaison alors que le sans-faute leur tendait les bras … mais derrière Joe Clee sur Utamaro d'Ecaussinnes (Diamant de Sémilly) puis Michael Whitaker impérial sur Cassionato (Cassini I) signent les sans-faute salvateurs. Devant, trois équipes sont au coude à coude ! L'Allemagne est descendue de son piédestal avec d'entrée de jeu une faute de Meredith Michaels et son très spectaculaire Fibbonacci (For Feeling) tout comme Christian Ahlmann avec Taloubet Z (Galoubet A). Heureusement, derrière, Ludger Beerbaum sur Chiara (Contender) et Daniel Deusser sur Cornet d'Amour (Cornet Obolensky) auront assuré les sans-faute dans un stade qui entendait voler les mouches. Les Français eux n'auront rien lâché, Pénélope Leprévost sur Flora de Mariposa (For Pleasure) puis Simon Delestre sur Ryan des Hayettes (Hugo Gesmeray) signent les sans-faute avant que Jérôme Hurel n'écope d'une faute sur le numéro un avant d'ajouter un point de dépassement de temps après s'être battu lors d'une fin de parcours haletante pour récupérer son étrier. Cela n'aura fait que décupler la motivation de Kevin Staut, fâché après ses deux fautes de la veille, et qui cette fois n'aura rien lâché amenant Rêveur de Hurtebise (Kashmir van't Schuttershof) vers le sans-faute : la France mène donc la danse. Mais rien n'est joué car tels des sioux, les hommes de Rob Ehrens n'ont pas fait de bruit : ils ont juste aligné les sans-faute durant deux jours. Les Goden Boys ne vont pas se contenter de l'argent en pointant à deux points à peine des Français ! La seconde manche s'annonce palpitante. Comme analysait Phillipe Guerdat : « Je pense que c'est une bonne journée mais rien n'est fait pour autant car il y a toujours 4 équipes qui peuvent prétendre à une médaille. Je suis content de la performance de mes chevaux mais comme les Allemands ont reculé aujourd'hui, on peut s'attendre à un parcours très gros demain car ils doivent absolument tenter de remonter mais nos chevaux ont bien sauté et cela donne une bonne assurance pour l'équipe. Ici avec nos deux cavaliers sans-faute directement, cela permettait à Kevin de savoir que malgré la faute de Jérôme, on aurait de toute façon été pas loin des autres équipes. Psychologiquement, c'est même peut-être plus difficile de partir derrière les autres. Nous verrons demain. Ryan des Hayettes a fait vraiment un parcours fantastique. Je pense que c'est vraiment mon cheval de cœur. Pour moi, il fait partie de ces chevaux qui en plus de faire partie des cracks sortent vraiment de l'ordinaire. Hier, Kevin a fait une faute ridicule sur le un, on avait un peu peur du terrain, il y avait plusieurs facteurs qui ne jouaient pas en sa faveur. En voulant rattraper son erreur, il a fait une malencontreuse faute supplémentaire et en grand compétiteur qu'il est, il était évidemment déçu. C'est une des raisons qui m'a poussé à le mettre en derni&! egrave;re position car je sais que ça le motive et il a réussi une performance qui nous permet de rester zen pour demain. Tout le monde n'était pas d'accord mais pour moi, c'est un cavalier qui sort de l'ordinaire et ces cavaliers-là, c'est quand ils sont à terre qu'ils sont encore plus forts en se relevant. »