Donkhoeve, une utopie devenue réalité

16 février 2011Auteur : Julien Counet

Homme d'affaire, Gustaaf Quintelier gère une société de dragage de canaux mais sa passion pour les chevaux lui prend une grande partie de ses moments de liberté. Même si son épouse préfère s'occuper de son élevage bovin, notre homme partage désormais sa passion avec sa fille Katrien et son gendre. 

Sur les terrains de concours, Wizard vd Donkhoeve truste les victoires avec Wilm Vermeir pendant que sa sœoeur utérine, Utopia vd Donkhoeve, sillonne les Grands Prix avec Pieter Devos alors que son premier fils, Allegro, évolue sous la selle de Koen Vereecke. Lors de la dernière vente aux enchères de la famille Ceulemans, c'était au tour d'Ensor vd Donkhoeve, un neveu d'Utopia, de se mettre en valeur en devenant le top price de la vente et de s'envoler pour le Canada. Autant de bonnes raisons de s'intéresser à cet éleveur anversois !

Allegro vd Donkhoeve (Mr Blue & Utopia vd Donkhoeve).

 Comment avez-vous acquis la souche d'Utopia vd Donkhoeve (Robin II Z & Ramona)?

« Nous avons acheté sa mère Ramona lorsqu'elle était pouliche chez un marchand. Nous avions également dû prendre une autre pouliche pour pouvoir acquérir Ramona. A cette époque la souche n'était pas connue du tout mais je trouvais qu'elle avait quelque chose de particulier.  J'ai toujours été dans les chevaux, mes parents élevaient eux-mêmes. Je montais en concours de dressage au LRV mais à cette époque, je n'avais que quelques chevaux et lorsque ma fille s'y est également intéressée, j'ai acheté ces deux pouliches, d'autant que j'ai toujours été passionné d'élevage. »

Les chevaux ont toujours été une passion mais auriez-vous rêvé d'en vivre ?

« Non. Tout au plus réussir à ce qu'un jour, l'élevage s'auto-finance ! Nous verrons si un jour, cela se réalise. »

Vivaldi du Seigneur & Aphrodite vd Donkhoeve (Candaletto & Ramona).

Forsythia vd Donkhoeve (Vancouver d'Auvray & Utopia), ci-contre au pré & ci-dessous à deux ans à Malines. 

En achetant Utopia, était-ce dans le but de la faire exploiter ou de la monter vous-même ?

« Vers vingt ans, je montais moi-même mais après, mon travail m'a pris de plus en plus de temps. Vers trente ou trente-cinq ans, je m'étais acheté un cheval pour évoluer en dressage mais le temps m'a très vite manqué. J'ai donc choisi de confier Utopia à Grant Wilson car d'une part, tout semble très simple lorsqu'il monte à cheval et en plus, il gère très bien les concours qu'il faut faire pour former un jeune cheval, ce qui est très important pour un cheval prometteur. Étant néanmoins belge,  j'ai voulu pour la suite de sa carrière trouver un cavalier qui représentait également nos couleurs. » 

Basje & Utopia vd Donkhoeve.

Comment choisissez-vous vos étalons ?

 « J'examine d'abord ma jument, ses points forts et ses points faibles et j'essaie de trouver un étalon qui va améliorer ses points faibles mais au final, je suis mon feeling. Par exemple, j'ai toujours été fou de Chin Chin. Je ne l'ai jamais vu sauter mais j'adore son expression. Je trouve qu'il a quelque chose de spécial et en plus, il a performé au plus haut niveau. Souvent, lorsque je vois l'expression d'un étalon en photo, soit il m'interpelle et je me dis qu'il peut m'intéresser ou il ne me marque pas et je passe mon chemin. En fait, je me décide toujours très tard. Je fais souvent inséminer mes juments chez Joris de Brabander et souvent, Joris me demande « Que vas-tu mettre ? » et c'est seulement à ce moment-là que je décide. Son épouse, Katia, rigole souvent en me disant que lorsque j'amène une jument, je dois bien savoir que je la conduis pour la faire inséminer… elle a raison, mais c'est comme ça.

 Clipper vd Begijnakker x C'est la Vie x Candaletto x Lord Calando.

Fuschia vd Donkhoeve (Malito de Rêve & Utopia) suitée d'un poulain de Vagabond de la Pomme

Pour Utopia, j'avais choisi Robin II Z en regardant une photo en me disant qu'un fils de Ramiro devait être polyvalent pour l'obstacle et le dressage. A la naissance, j'ai tout de suite été très content car Ramona m'a donné comme premier poulain une pouliche  qui en plus était grande et solide. D'un autre côté, c'est vrai que j'utilise également beaucoup de jeunes étalons. Il y a plusieurs raisons à cela : d'une part, c'est un choix financier, d'autre part, cela me permet d'utiliser des chevaux que je vois en concours et dans lesquels je crois et enfin, c'est un choix de facilité car c'est plus facile d'utiliser du sperme frais que du sperme congelé surtout lorsqu'il s'agit de transfert d'embryons.» 

Vivaldi du Seigneur x Quidam de Revel x Landgraf (sa mère est la propre soeur de l'étalon KWPN Verdi).

Vous avez justement été dans les premiers à utiliser le transfert ?

« Oui, lorsque Joris a commencé, nous avons de suite adhéré à son idée. Nous avions eu des vaches «blanc bleu belge » avec lesquelles nous pratiquions déjà le transfert d'embryon, nous connaissions dès lors déjà la technique et lorsque Joris a décidé de se lancer là dedans, il nous a contacté pour avoir des renseignements. »

Aphrodite vd Donkhoeve (Candaletto & Ramona ), propre soeur de Wizard vd Donkhoeve, suitée d'un poulain de Elvis ter Putte.

Justement la cohabitation entre les vaches et les chevaux a-t-elle été facile ? 

« En fait, ma femme a la passion des vaches, comme j'ai celle des chevaux. A un moment, mon épouse voulait diminuer le nombre de chevaux et moi, le nombre de vaches… Aujourd'hui, nous avons plus de chevaux que de vaches ! » 

Fatima vd Donkhoeve (Calato & Aphrodite vd Donkhoeve (Canaletto), propre soeur de Wizzard). 

 Fuschia vd Donkhoeve (Malito de Rêve & Utopia) suitée d'un poulain de Vagabond de la Pomme.

Lorsque Utopia est née, avez-vous toujours pensé faire de sa carrière sportive une priorité ?

« Oui, depuis le début je crois en elle. »

Il y a deux ans, vous avez hésité à interrompre sa carrière pour la remettre à l'élevage. Finalement, vous avez changé d'avis et elle s'est retrouvée réserviste aux championnats d'Europe et dans le groupe pour les JEM de Lexington avant une petite blessure sur place. Est-ce que vous regrettez d'avoir changé d'avis ?

« Non, pas du tout. Elle était rentrée à la maison et c'était d'ailleurs embêtant car elle était tondue et ce n'était pas facile de la sortir l'hiver avec ses couvertures. Ma femme m'appelait plusieurs fois par jour pour savoir si elle devait la découvrir ou pas. Je trouve qu'elle a réussi cette « seconde carrière » car elle a obtenu de très bons résultats avec Pieter Devos et nous avons vécu de très bons moments grâce à elle. De toute façon, à la fin de sa carrière, elle reviendra à la maison pour se consacrer à l'élevage. Nous avons déjà eu plusieurs transferts d'embryon mais actuellement, tout se passe bien avec Pieter Devos alors j'ai décidé de la laisser se consacrer uniquement sans essayer de faire des transferts. »

Basje & Utopia.

C'est un déchirement pour un éleveur de devoir choisir entre le sport et l'élevage ?

« Oui, tout a fait. Voir son cheval évoluer en concours, c'est un plaisir mais cela coûte cher. Lorsque l'on veut faire en plus des transferts d'embryon, cela coûte aussi de l'argent. »

Cela coûte très cher, mais en décidant de garder toutes vos pouliches, ce n'est pas contradictoire ? 

« Peut-être, mais les chevaux restent un hobby et lorsque les chevaux sont jeunes, cela ne coûte pas très cher de les conserver dans la prairie. De plus, je ne suis pas très commerçant. Lorsque des chevaux ne me plaisent pas, je préfère les faire partir par une connaissance en lots. L'histoire de Wizzard avait été quelque peu différente. Nous avions été à l'expertise du BWP avec lui car nous l'aimions beaucoup. J'avais dit à mes filles que je ne le vendrais que s'il restait étalon d'autant que nous l'avions fait congeler. Nous l'avons d'ailleurs utilisé sur plusieurs juments même si nous n'avons pas conservé ces souches là. Cela fait néanmoins plaisir lorsque nous voyions l'un ou l'autre produit en concours LRV dans la région. Je l'ai finalement vendu à mon frère mais lorsque son fils a eu un accident, il l'a confié à Wilm Vermeir et finalement Luc Tilleman l'a acheté. »

C'est un rêve aussi d'avoir un étalon à la maison ?

« Pas à la maison ! Dans l'idée, oui, avoir un étalon, c'est une fierté et c'est sans doute notre prochain objectif. »

Allegro

 Aujourd'hui on voit Allegro, le premier fils d'Utopia débute désormais en Grand Prix. Un plaisir de plus ?

 « Oui, c'est un grand plaisir d'autant que c'est avec Koen Vereecke, qui a également monté Utopia, et nous avons beaucoup de respect pour lui. C'est quelqu'un de charmant et nous espérons que cela marchera bien pour lui. Nous lui avions en fait d'abord vendu la moitié d'Allegro avant de vendre la seconde moitié l'an dernier à son sponsor, Franz Lens. Le couple fonctionne bien alors nous espérons qu'ils pourront aller loin ensemble. » 

Comment choisissez-vous les juments que vous conservez pour l'élevage ?

« Nous les faisons sauter en liberté pour voir leurs qualités. Ensuite, nous faisons attention à leur mental et nous regardons si c'est une souche que nous voulons conserver ou non. Si c'est le cas, on les laisse évoluer un peu plus longtemps qu'un cheval d'une autre souche. » 

Quelle est l'influence de votre famille sur votre élevage ?

« En principe, nous discutons de beaucoup de choses ensemble et j'écoute leurs arguments. C'est très important à mes yeux même si finalement, c'est moi qui prends la décision. »

Katrien & Forsythia vd Donkhoeve (Vancouver d'Auvray & Utopia).

Ramona vd Gaver (Chin Chin x Zadok), la base de l'élevage. 

Lexington avait tout pour être l'aboutissement d'un rêve et finalement, le destin en aura décidé autrement. Comment avez-vous vécu l'évènement après cela? 

« Nous avons appris la mauvaise nouvelle pour Utopia lorsque nous étions à l'aéroport de Londres. Nous venions de manquer notre vol, tout commençait vraiment mal. A ce moment-là, je n'avais plus qu'une envie, c'était de rentrer chez moi. Les premiers jours à Lexington aussi ont été difficile pour nous, comme pour Pieter, ses parents et toute son équipe … mais grâce aux résultats des Belges, c'est devenu une expérience fantastique et nous étions d'être contents d'être là et d'avoir pu voir les parcours de Vigo sur place. »

Cardento & Utopia vd Donkhoeve.

Quels sont vos objectifs pour cette saison? 

« Mon but en 2011 est de diminuer le nombre de poulains l'année prochaine mais d'en augmenter la qualité. Je veux sélectionner mes juments de manière plus sévère. Combiner cela va être mon challenge de l'année. J'espère également avoir un étalon approuvé. Nous présentons un Vigo avec une sœur utérine d'Utopia par No Limit au studbook BWP.  C'est un entier de cinq ans et je crois beaucoup en lui.  Au studbook sBs, nous présentons un frère d'Utopia par Cardento. Il est encore jeune, il doit encore grandir et devenir plus fort mais il a beaucoup de potentiel…  »

AuteurJulien Counet