Diamant de Semilly a rejoint les cieux

16 February 2022

Il était l’un des plus grands chefs de race de sa génération. L’étalon Diamant de Semilly (SF, Le Tôt de Semilly x Elf III) s’est éteint, mardi 15 février. Au lendemain de sa disparition, ses proches ont annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux, rendant hommage au parcours hors-norme du puissant bai. Miraculé de la vie à plusieurs reprises, Diamant aura marqué de son empreinte le sport et l’élevage, décrochant titres, médailles et laissant derrière lui un grand nombre de performers. 

“Ce matin du 15 février 2022, une étoile s’en est allée briller vers le ciel… Diamant de Semilly s’est éteint lors de sa sortie quotidienne au paddock, où il profitait d’une retraite choyée”, ont écrit Anne Sophie et Eric Levallois, qui étaient toujours propriétaires de Diamant. “Même si à trente et un ans, nous pouvions nous attendre à cette inévitable séparation et même si nous en avons vécu d’autres par le passé, le choc émotionnel n’en reste pas moindre. Certaines pages de l’Histoire sont plus difficiles à tourner que d’autres, car cette force de la nature n’était pas un cheval comme les autres : il était devenu un membre de notre famille et nos vies étaient profondément liées…”

Véritable icône des sports équestres, Diamant s’était forgé une histoire digne d’une série télévisée. Né chez Jules Mesnildrey, dans la Manche, un jour de mai 1991, qui avait déjà fait naître son père, Le Tôt, le bai perd sa mère, Venise des Cresles, quelques jours après sa naissance. Offert à Richard Levallois par son naisseur, Diamant est élevé au biberon et protégé tel un prince, dans la cour du haras de Couvains. La suite de la carrière du Selle Français s’écrit sous la selle d’Éric Levallois, son indissociable compagnon de route. Ensemble, tous deux ont brillé sur les sommets du saut d’obstacles, avec en point d’orgue un sacre de champion du monde avec l’équipe de France, à Jerez, en 2002. S’ajoutent à cette médaille d’or deux titres de champions de France, décrochés en 1999 et 2002, de nombreux sans-faute en Coupes des nations et une médaille d’argent collective aux championnats d’Europe de Donaueschingen, en 2003.

En véritable force de la nature, Diamant avait survécu à de très graves crises de coliques ayant nécessité plusieurs opérations, en 2008. De cet épisode douloureux, Diamant avait gardé une large cicatrice sous son ventre. Malgré tout, son caractère et son mental d’acier lui avaient permis de déjouer tous les pronostics et de profiter d’une longue et paisible retraite, dans les pâtures du haras de Beaufour, sous l'œil attentif et bienveillant de son cavalier de toujours. Toujours en forme, Diamant passait ses journées au paddock, profitant de l’herbe normande, avant de regagner son confortable box, placé sous surveillance vidéo, pour la nuit.

Diamant de Semilly, ici en 2019, aura surmonté de nombreuses épreuves au cours de sa vie. © Sportfot

Une trace indélébile à l’élevage 

“Que de souvenirs en plus de trente ans… Un tourbillon de flash-back déferle tel un tsunami d’émotions… tes premiers biberons, ton charisme qui te différenciait des autres, tes victoires, de grands moments de stress vécus à tes côtés, les larmes de bonheur avec l’or aux Jeux équestres mondiaux de Jerez, les moments suspendus à ton souffle au cours de tes trois opérations de coliques il y a quatorze ans, ton sacre de meilleur étalon mondial en 2015 à l’aube du décès de Germain (Levallois, ndlr), où tu lui as fait son ultime et plus beau cadeau… Deux étoiles vont briller un peu plus que d’autres dans le ciel de notre cœur ce soir”, a complété le haras de Semilly. “[...] Ce n’est pas la page de l’histoire d’un cheval qui se tourne, c’est une Histoire extraordinaire qui s’est écrite avec toi et continuera de s’écrire grâce à toi. Tu as changé le destin de notre vie. Au travers de ta production, tu as également marqué les vies de beaucoup de personnes, éleveurs, cavaliers, propriétaires… qui ont eu la chance de pouvoir apprécier les nombreuses qualités de tes produits. [...] Tu as marqué de ton empreinte le monde du cheval de sport et pour tout ça : Merci Diamant, merci infiniment pour tout. Tu resteras à tout jamais dans notre cœur et dans l’histoire.” 

En plus de ses performances sportives, Diamant avait construit son statut de légende en livrant une excellente production de chevaux de saut d’obstacles. Sacré meilleur étalon du monde en 2015 et 2016 au classement de la fédération mondiale de l’élevage de chevaux de sport (WBFSH), le fils de Le Tôt de Semilly a transmis son précieux sang à des milliers de chevaux. En France, le Selle Français a engendré plus de quatre-mille produits, parmi lesquels dix-neuf ont été crédités d’un indice de performance supérieur à 170. Citons, entre autres, Antidote de Mars (Jarnac), très performant outre-Atlantique, Venizia d’Aiguilly (Quick Star), partenaire du Français Olivier Perreau, Vital Chance*de la Roque (Rivage du Poncel), protégé de la Marie Bourdin et Antoine Dechancé et ultra-performant sous la selle de l’Irlandais Conor Swail, Tecla d’Auge (Papillon Rouge), renommée Asathir, Toledo de Kreisker (Papillon Rouge), champion olympique par équipe en concours complet aux Jeux de Tokyo, ou encore le bouillonnant Quickly de Kreisker (Laudanum, PS), complice d’Abdelkebir Ouaddar. Hors des frontières de l’Hexagone, Diamant a eu une influence tout aussi importante, donnant d’excellents chevaux de concours et plusieurs étalons. Les formidables Diamanthina et Emerald van’t Ruytershof (Carthago) sont ainsi des descendants de Diamant et, en plus, d’excellents reproducteurs, tout comme Don VHP Z (Voltaire), Ilex VP (Darco), gagnant en Grands Prix 5* avec Nicolas Delmotte, Utamaro d’Ecaussines (Quidam de Revel), Mumbai van de Moerhoeve (Nabab de Rêve) ou encore le puissant Dominator 2000 Z (Cassini I). Depuis plusieurs années, Diamant avait pris sa retraite de ses fonctions d’étalon et sa semence n’était plus disponible qu’en congelé.

Preuve de la trace indélébile qu’il a laissée dans le cœur des gens, les hommages à Diamant n’ont cessé de pleuvoir depuis l’annonce de sa disparition. “J'ai perdu mon cheval, mais surtout mon meilleur ami…”, a sobrement commenté Éric Levallois. Désormais, la légende se poursuivra à travers ses nombreux descendants et les souvenirs laissés derrière lui et gravés dans les mémoires des passionnés. 

Photo à la Une : © Scoopdyga