Daniel Deusser et Killer Queen VDM s'imposent à Aix-la-Chapelle !

20 septembre 2021Auteur : Julien Counet

Même avec la moitié de son public, Aix la Chapelle reste un évènement exceptionnel et à part. Frank Kemperman et son équipe auront su une nouvelle fois montrer toute leur détermination et leur capacité d’organisation dans une période où il est bien difficile d’anticiper les normes en vigueur à un instant T. Malgré cela, cette édition 2021 a bien eu lieu, dans des conditions particulières mais loin d’être au rabais.

Il y avait bien quelques surprises dans la liste des quarante partants pour le mythique Grand Prix d’Aix la Chapelle doté, comme la coupe des nations, d’un million d’euros ! Mais tous avaient mérité leur place car participer au Grand Prix d’Aix la Chapelle est déjà un évènement en soi pour de nombreux cavaliers, aussi professionnels soient-ils.

Parmi eux, certains ont créé l’exploit à l’image de l’allemand Philipp Schulze Topphoff qui signe un magnifique sans faute avec Concordess NRW (Congress) mais qui se fera surprendre dans le double de bidet lors de la seconde manche qui aura pourtant fait très peu de dégâts.

Une joie immense aura rempli Patricio Pasquel lorsque Babel franchira la ligne d’arrivée de la première manche sans-faute et même si la seconde manche sera moins performante, cela fait plaisir de voir enfin des cavaliers expressifs pour qui un exploit ne devient pas la norme. Pour certains, malgré le sans-faute, les expressions sur le visage étaient bien difficile à trouver… Mais il faut dire que souvent, ceux-là avaient un objectif bien différent : inscrire ou réinscrire leur nom sur le tableau d’Aix-la-Chapelle et rien d’autre ! Pour cela, le chemin était encore long !

La seconde manche aura été bien cruelle pour Christian Ahlmann avec Clintrexo (Clintissimo Z) qui aura paru émoussé lors de ce parcours.

Enorme désillusion pour le jeune allemand Geritt Nieberg. Le fils de Lars Nieberg se fera piéger sur le premier obstacle de la première manche avant de dérouler un tour sans encombre avec Ben 431 (Sylvain) !

Steve Guerdat avait quant à lui tenté un pari un peu fou. Victorieux le week-end dernier du Grand Prix du CSIO5* de Calgary, il s’élançait ce dimanche avec le même Venard de Cerisy à Aix la Chapelle. Après une magnifique première manche, le Suisse était à deux doigts de rejoindre le barrage… Mais la barre du vertical Turkish Airlines placé en avant dernière position tombe, Aachen résiste toujours à l’ancien numéro un mondial.

Ils seront néanmoins sept à en découdre au barrage. Un nombre assez important après ces deux manches délicates pour un spectacle hors norme !

Seul Allemand toujours en lice, Daniel Deusser est le premier à s’élancer. Le cavalier décide de mettre un maximum de pression sur ses poursuivants même si on sait à quel point ce rôle d’ouvreur n’est jamais un avantage. Le numéro un mondial réussi un tour sans pénalité en 41’’85.

Derrière lui, c’est très simple : il n’y a que de gros clients. Jérôme Guery aura pu encore une fois compter sur un Quel Homme de Hus (Quidam de revel) en grande forme mais malheureusement leur rêve s’effondre rapidement avec une barre qui tombe en début de ce long barrage.

Vainqueur en 2017 avec Corée, Grégory Wathelet passe à l’attaque avec Nevados S (Calvados Z). C’est sans faute mais malheureusement, c’est un peu plus lent que le chronomètre de Daniel Deusser !

Si Laura Kraut a remporté à deux reprises la coupe des nations, l’amazone américaine n’a pas encore remporté le Grand Prix, contrairement à son compagnon Nick Sketon qui fait partie des légendes du concours allemand avec pas moins de quatre victoires à son actif. L’américaine s’élance avec Baloutinue (Balou du Rouet) mais ne peut éviter la faute alors que leur temps était plus rapide que celui du numéro un mondial !

Le tout frais champion olympique, Ben Maher, fait office de grand favori. Seul cavalier à avoir fait la navette entre Aix-la-Chapelle et Rome ce week-end, le Britannique semble avoir toutes les cartes en main… mais pourtant à mi-parcours : la barre tombe ! Ce sera le meilleur temps du barrage avec plus d’une seconde d’avance sur Daniel Deusser mais il y a quatre points !

Vainqueur en 2015 avec Sanctos van’t Gravenhof, Scott Brash peut rêver d’un second sacre avec Hello Jefferson (ex Jerenmias van het Hulstenhof ; Cooper vd Heffinck) qui revient pas loin de ses premiers exploits puisque sa première cavalière, Charlotte Philippe est installée à 50km à peine du stade… mais pour eux, c’est la sortie du double qui tombe !

Il ne reste plus qu’un seul cavalier à s’élancer : le jeune américain Brian Moggre. Double sans-faute dans la coupe des nations, comme Daniel Deusser, le jeune homme a impressionné ce week-end. Extraordinaire tout au long de la semaine, Balou du Reventon (Cornet Obolensky) confirme encore et toujours avec un troisième tour sans pénalité. 42’’16, c’est plus lent que l’allemand… Mais à 20 ans (retrouvez Brian dans notre dernier épisode de la série video Rising Star), le jeune homme ne peut que se montrer satisfait de cette fantastique seconde place, repoussant Grégory Wathelet sur la troisième marche du podium. « Lorsque j’ai reçu Balou du Reventon, je me suis mis beaucoup de pression car c’est la première fois que je montais un cheval avec un tel palmarès. Sa propriétaire, Ann Thompson, a toujours été formidable avec moi. La seule chose qui importe pour elle, c’est le bien être de son cheval. Balou est vraiment le meilleur cheval que j’ai monté même si je suis encore très jeune. Etre deuxième ici, c’est incroyable. Quand on est petit, on regarde des vidéos des parcours des Jeux Olympiques et du Grand Prix d’Aix la Chapelle… », glissera Brian Moggre.

Relégué à la troisième place, Grégory Wathelet se montrait comme toujours très réaliste : « J’aurais évidemment préféré avoir une seconde fois mon nom sur ce mur d’autant que je sais la sensation que cela représente. Malheureusement, aujourd’hui, deux cavaliers ont été plus rapide que moi. Je ne peux être que très heureux de cette troisième place car mon cheval a vraiment très bien sauté et je suis très heureux de sa performance. »

Passé plusieurs fois près de la victoire, c’est en numéro un mondial que Daniel Deusser vient conquérir Aachen : « Enfin ! » lâche-t-il d’emblée. « Aujourd’hui, c’est un rêve qui devient réalité. C’est vraiment un grand but de gagner ici. Ce n’est pas un avantage de partir en début de barrage mais finalement, j’ai réussi à mettre la pression sur les poursuivants et je dois bien vous avouer que lorsque j’ai vu Ben Maher et Laura Kraut faire une faute, j’étais content. Je pense que nous sommes une grande famille, nous nous retrouvons chaque semaine sur les concours, on se donne des conseils... Mais aujourd’hui, c’était mon jour ! On fait ce sport pour vivre de telles émotions. Gagner Aix la Chapelle, c’est un rêve d’enfant qui se réalise ! Killer Queen est une jument exceptionnelle. C’est difficile de la classer par rapport aux autres chevaux que j’ai monté car dans ma carrière, j’ai eu la chance de monter des chevaux incroyables comme Cornet d’Amour ou Tobago Z. Malgré son palmarès, Killer Queen est encore jeune et je compte beaucoup sur elle pour l’avenir.
Aujourd’hui, il n’y avait que 50% du public mais pour nous, c’est une véritable joie de monter de nouveau devant des spectateurs et ce concours reste vraiment quelque chose de très spécial. Je ne peux que remercier les organisateurs d’avoir réussi à mettre sur pieds ce concours malgré tous les obstacles que cela représentait. »

Pourtant le scénario de cet après-midi aurait pu être très différent car le plan du Grand Prix n’était pas celui qui était encore prévu à 8h ce matin. Le chef d’orchestre allemand, Frank Rothenberger, régulièrement critiqué mais qui aura réalisé cette semaine un sans-faute avec des parcours qui auront fait des fautes un peu partout et livré de très beaux verdict, s’est expliqué à l’issue du Grand Prix : « Ce matin, en regardant mon barrage, je n’étais pas content alors j’ai recréé un barrage qui me plaisait mieux mais du coup, j’ai dû changer tous mes parcours pour que les obstacles des sponsors puissent correspondre aux attentes et finalement, je suis satisfait d’avoir réalisé ces changements même si nous avions très peu de temps pour le faire », glissera le chef de piste.

« Je suis également très content de ces changements », conclura, hilare, Double D toujours aussi réactif.

AuteurJulien Counet