Damien Plume: le choix d'une nouvelle vie !

08 April 2016

Damien Plume : le choix d'une nouvelle vie ! Damien Plume, Grégory Wathelet et Ugo Berritella.

Les résultats avec Rio sont évidemment la cerise sur le gâteau mais il y a également beaucoup de travail effectué à la maison sur les chevaux du piquet de Grégory Wathelet lorsque ce dernier est concours comme Eldorado vh Vijverhof ou d'autres.

D.P. : « Oui, bien sûr que j'ai passé du temps sur les chevaux de Grégory, cela faisait partie de mon travail. Maintenant, je n'étais pas le seul puisque nous étions plusieurs cavaliers. Un cheval comme Eldorado vh Vijverhof avait besoin de passer un cap. C'est un cheval qui avait fait de très bonnes choses avec Dayro Arroyave mais dans un système de travail très différent. Grégory monte le cheval tous les jours alors que Dayro le montait essentiellement au concours. Je pense que le cheval a eu un moment de faiblesse car c'était un travail plus rigoureux mais si le cheval revient aujourd'hui, c'est grâce à la plus grande force de Grégory : Lorsqu'il a un mauvais moment, cela ne se voit jamais et il part toujours du principe que demain est un autre jour et ça, c'est une force de la nature, c'est pour cela que c'est un grand cavalier. »

 

Qu'est-ce que ce que vous avez retiré de votre passage chez Grégory Wathelet après être passé par chez Philippe Le Jeune, Zangersheide, Stephex …  ?

D.P. : « Il a surtout réussi à me redonner confiance en moi. Grégory a pu me donner un statut d'indépendant travaillant chez lui, j'étais en quelque sorte livré à moi-même cela m'a permis d'ouvrir les yeux et d'être rigoureux. Travailler avec Philippe Le Jeune ou Grégory, cela donne une motivation et cela montre la voie à suivre. Il faut mordre sur sa chique et travailler! Grégory m'a également donné la possibilité de prendre beaucoup de cours de dressage avec Frédéric Pirmolin qui va essayer de continuer à me suivre même s'il est fort demandé. Pour l'obstacle, je continuerai à demander l'aide de Grégory ou de Philippe.»

Damien Plume en selle sur Tefnout d'Ouilly (Poor Boy x Quick Star)

Quand on voit le parcours d'un monsieur comme Frédéric Pirmolin qui n'est pas un homme connu dans le monde du haut niveau, qui a commencé à travailler avec Grégory Wathelet et François Mathy depuis plusieurs années déjà et qui devient de plus en plus prisé aujourd'hui … ça peut vous encourager à suivre la même voie ?

D.P. : « Oui, je pense que des gens comme François Mathy ou Grégory lui ont ouvert des portes et il a pu saisir ces opportunités et prendre sa place en étant très sérieux dans ses leçons, son timing et ce qui va autour. Chaque semaine, on sait ce que l'on va travailler … mais il n'y a rien à faire, on est coupable de moins de fainéantise lorsqu'on sait qu'il y a quelqu'un au milieu de la piste. On est plus rigoureux et le temps passe plus vite. Les résultats sont bons quand il nous donne cours car on s'applique et cela fait beaucoup. »

Dirka des Brumes (Cicero Z x Voltaire) a réintégré le piquet de Damien Plume qui l'avait confié durant un an à Loris Berrittella

Pourquoi avoir pris la décision d'un nouveau départ en vous installant à la ferme Lucas ?

D.P. : « Lorsque j'ai fait le partenariat avec Stéphane Jeanfils de l'élevage des Brumes, j'ai eu la possibilité de prendre des parts dans plusieurs jeunes chevaux à construire. J'aime le sport mais je suis un passionné du commerce. J'aimerais à terme vendre des chevaux de manière régulière. Je ne rêve pas de construire quelque chose comme Stephex mais je pense que le travail que Jérôme Guery a accompli, c'est magnifique et j'aimerais suivre ses traces. Je pense qu'à un moment donné lorsqu'on a la chance d'avoir des gens derrière soi qui sont prêts à vous aider comme l'élevage de Vains, éleveur et propriétaire de Rio mais également Hubert Hamerlinck qui m'a confié trois chevaux, il faut aussi pouvoir saisir sa chance. Je continue néanmoins le partenariat que j'avais avec Grégory, c'est quelqu'un qui peut encore m'apporter beaucoup dans ma carrière. Je ne veux néanmoins plus prendre la route et courir dans tous les sens. C'est la raison pour laquelle j'avais demandé à Philippe Lucas de m'installer chez lui car j'ai besoin de me retrouver dans un endroit qui est comme une famille pour moi. Je ne suis pas originaire de Liège et je ne vois pas énormément ma famille. Je voulais vraiment me retrouver dans une structure familiale où l'on formait une véritable équipe pour être soutenu et grandir avec eux. Je les aide également beaucoup avec leurs chevaux pour les faire évoluer. Je ne vais pas retomber dans mes travers. J'en ai payé les pots cassés et c'est vraiment dur de se rattraper après ça. »

L'étalon BWP Jamal vd Heffinck (Kalaska de Sémilly x Cassini II) avec Damien Plume et sa groom Wendy.

Pourquoi avoir choisi de s'installer en région liégeoise ?

D.P. : « Je n'ai jamais été heureux dans la région de mes parents. Je suis toujours venu depuis très jeune dans la région de Liège même avant d'avoir mon permis de conduire. J'y ai toujours trouvé les gens accueillant. J'ai besoin d'avoir des gens chaleureux autour de moi. Je n'aime pas du tout le côté Waterloo, Bruxelles. Le côté snob, ce n'est pas du tout ma tasse de thé. J'aime vraiment la région et je ne retournerai jamais ailleurs. »

Que peut-on vous souhaiter ?

D.P. : « J'espère refaire la même saison que l'an dernier et pourquoi pas rêver d'être de nouveau classé lors du championnat de Belgique. Je vais faire de mon mieux en travaillant les chevaux que l'on m'a confiés pour les faire évoluer du mieux que je pourrai. Gagner, c'est bien mais déjà les amener à un bon niveau et qu'ils soient commercialisables, c'est déjà une bonne partie du travail de fait. »

Troisième volet FIN.