CSIW Bordeaux

04 February 2006

CSIW Bordeaux
Grand prix Coupe du monde

par Gustave Rihal

Bordeaux, parc des expositions, seule étape de coupe du monde français cette saison, qui, pour la première fois depuis longtemps, est en déficit économic et dont son président n'est pas en mesure d'assurer actuellement la tenue de l'édition 2007. Mais au vu de la réussite sportive réunissant 7 des 10 meilleurs mondiaux dans ce magnifique hall flambant neuf qui réunit un public nombreux entièrement acquis à la cause du cavalier locale Stéphane Lafouge emblème d'une région qui tend à développer sa place dans l'équitation française.

 

Les organisateurs n'avaient pas hésité à mettre les petits plats dans les grands en faisant appel à l'allemand, Frank Rottenberger, qui sera le maître artificier des prochains JEM d'Aix La chapelle. Le parcours concocté annonce de nombreux changements de rythme mais trois pièges sortent du lot, tout d'abord en numéro quatre un vertical à palanque noire le long du public, ensuite la ligne triple( dont le vertical d'entrée fut très fautif) suivit quatre foulées plus loin d'un vertical au couleur CWD et pour finir le vertical Equidia en sortie de virage serré à gauche.

C'est l'anglais Mickael Withaker qui eut l'honneur d'ouvrir la piste avec Portofino, ce couple, second de la finale de Las Vegas en 2005, ne semble pas aussi à l'aise que 12 mois auparavant : quatre points sur le vertical d'entrée de triple. Gerco Schroder et sa jument Eurocommerce Milano sont, eux sur une pente ascendante. Second du classement coupe du monde avant cette étape, il confirme et signe le premier sans faute. Robert Smith faisait partie des favoris avec son hongre Kalusha après avoir gagné les deux Grand Prix de l'étape coupe du monde Londonienne en décembre, mais une malheureuse faute sur le vertical à palanque noire dissipa leurs espoirs, dommage…

Michel Hecart revenant de blessure réalisa avec le petit Itot du Château réalisèrent un parcours très fluide, très bien mené mais une petite faute sur le deuxième élément du triple les éloignera du barrage.

On lui aurait dit un an auparavant, il ne l'aurait pas cru, mais c'est bien en sur Tiquila que Dirk Demeersman se lança dans le bagarre : 12 points, le résultat n'est pas probant, mais l'évolution de cette jument est tellement surprenante que nous n'oserions pas la condamner !

La femme de ce mois de janvier est en piste ! Elle a tout gagné, elle est grimpée à la deuxième place mondiale, Jessica Kuerten est en piste. Cette fois, elle a lancé son dévolu sur Quibell. La chance ne la lâchera pas en terre Française. Un sans faute de toute beauté, la jument saute fantastique. Superbe !

Autre Irlandais, autres fortunes Cian O'Connor est sur le retour. En selle sur Irish Independent Eco Beach, il bouclait un très joli parcours mais un virage très serré, sans raison apparente, pour aller sur le vertical Equidia réduit ses espoirs à néant. Meredith Michaels Berbaum semblait avoir quelques difficultés à mettre ses deux stars Checkmate et Shutterfly dans le rythme. Elle opta finalement pour le second et bien lui en a pris puisque Shutterfly se joua de toutes les difficultés, rien ne semblant pouvoir l'inquiéter. Helena Lundback était là pour prendre de l'expérience mais après avoir déjà montré de très bonnes choses lors de l'étape Malinoise, Madick, qu'elle monte depuis un an, n'est pas impressionnée par le parcours. Le tallent de la suédoise fait le reste : troisième femme au barrage.

Le jeune espoir Belge Patrick MC Entee est la valeur montante belge. Sherry Mury Marrais Z commence à engranger de l'expérience, pas de gros efforts, une petite frayeur sur la sortie de double, mais le sans faute lui semble promis malheureusement, comme souvent, un point de dépassement de temps les laisse à la porte du barrage, quelle déception !

Jean Marc Nicolas avait absolument besoin de glaner des points. Associé à son gris JPC Modesto Equifoam, après deux sauts acrobatiques sur les numéros deux et trois, la sanction tombe, la palanque numéro quatre chute et le couple est forcé d'accélérer pour rentrer dans les points.

Ils en resteront là tout comme le couple double médaillé olympique et double champion d'Europe en titre : Marco Kutscher et Montender. Dommage car le fils de Contender était dans un bon jour ce qui n'est pas pourtant pas le cas à chacune de ses sorties.

Le Belge Ludo Philipaerts semble vraiment à court de monture ces derniers temps ! Cette fois, il essaia Caletto Z (Catango Z X Darco ) pas de bonne surprise au rendez vous : il finira son parcours pénalisé de 28 points.

Gregoire Oberson affine son entente avec Gazelle de Beauval. Le cavalier remonte seulement depuis quinze jours après son accident de voiture mi-décembre, cela ne l'empêcha pourtant pas de montrer son immense talent et d'accéder au barrage. Tina Lund monte encore pour le Danemark, et toujours sa jument Andante. La jolie Danoise, vainqueur l'an passé de deux étapes coupe du monde, ne put éviter une faute sur l'oxer numéro onze qui n'avait pas encore fait beaucoup de fautes.

David Jobertie et Triomphe de Muze, pour leur deuxième grand Prix coupe du monde ,ne furent pas à la fête puisque pénalisé de trois barres au sol. Stéphane Lafouge a préparé son cheval Gabelou des Ores spécialement pour cette épreuve depuis la fin de la saison outdoor, et bien lui en a pris le cheval le cheval saute à merveille et même une malheureuse faute sur le vertical CWD situé quatre foulées après le triple n'entama pas la joie du local de l'étape. Le cavalier quitta la piste la bombe à la main pointée vers le ciel. Quel bonheur de voir un homme exprimé un tel plaisir !!!

Pour que Philippe Léoni sorte de piste avec le sourire il fallait le sans faute, mais l'entrée du double lui fut fatale, la jument est pourtant en très grande forme cette saison… La France commence à désespérer de voir un de ses éléments au barrage. Ce parcours est difficile, on en veut pour preuve les seize points de Ludger Berbaum et L'Espoir Z, qui avait sauté deux mètres de l'épreuve des six barres la veille.

Florian Angot et First de Launay sont assurément le meilleur couple Français du moment. Après leur victoire dans le CSI**** de Paris, ils ont désormais Bordeaux en ligne de mire. Le normand monte à la perfection et se qualifie pour le barrage. Ils furent imités par Albin III qui, du haut de ses dix huit ans « est tout comme un poulain » le disait Juan Carlos Garcia.

Geir Gulliksen étoffe la liste du jump off. Les couples qui viennent des pays froid semblent à leur aise en terre Française puisque Vladimir Beletskiy et Rezonanz confirment leur bonne forme du moment en signant également le sans faute. Pour une première sélection russe dans le Grand prix coupe du Monde de Bordeaux, c'est un bon début.

Toni Hassmann, l'ancien cavalier de Cyrenaika, ne semble pas encore avoir trouvé les subtilité de Classic H, l'ancienne jument de la suédoise Helena Persson qui fit un petit détour par les USA avant de rejoindre les écuries du cavalier germanique. Il fauta par deux reprises dont une en sortie de double.

C'est à ce moment là qu'entre en piste le numéro un mondial Marcus Ehning qui sortait son x-ième cheval de Grand prix Cinderella. Le couple n'est formé que depuis deux mois mais l'Allemand gagne tellement que c'est une surprise de les voir fauter sur l'obstacle numéro neuf, face au public où se fera également piéger Thomas Fruhmann, déjà vainqueur des manches de Genève et Leipzig. Quatre points encore pour ceux qui avaient gagné ce même Grand Prix l'année dernière : Hubert Bourdy et Eve des Etisses mais beau retour de la jument.

Markus Fuchs et Granie avaient gagné la veille la qualification coupe du monde, mais une faute sur le vertical CWD les empêcha de penser à un doublé.

 

Frank Rottenberger a donc rempli son objectif, neufs couples iront au barrage et, chose à souligner, ils appartiennent chacun à une nation différente. Un barrage également à l'image de l'équitation actuel : mixte ! 3 femmes, 6 hommes pour une seule victoire !

Premier à s'élancer, jamais là pour faire de la figuration, Gerco Schroder attaque chacun des obstacles à pleine vitesse, mais coupa trop son virage entre l'oxer Land Rover et le vertical FEI. La courageuse Eurocommerce Milano ne put le sauter.

Jessica Kurten a, depuis Dubaï, déclenché son compteur de victoire et Quibell est au meilleur de sa forme. Tous les virages sont serrés et la dernière longue galopade le long des gradins est effectuée sans reprise, résultat le sans faute dans un temps de 38.85 qu'il sera dur d'aller chercher.

Shutterfly est connu pour aller vite, Meredith Michaels Berbaum aussi, le couple avance à toute allure, le temps de l'Irlandaise est battu c'est une certitude, mais une faute de postérieur sur le dernier obstacle condamna les espoirs de l'Allemande malgré le fait qu'elle est remis une foulée.

Helena Lundback est appréciée par le public grâce à son naturel, et sa simplicité, finaliste de la tournante de Jerez en 2002 ; elle ne se dégonflera pas et elle utilisa au maximum les possibilités de sa jument qui répondit parfaitement, le temps de Jessica Kurten est battu, avec le sans faute en prime, et nous voilà avec trois femmes aux avants postes…

Le Suisse Gregoire Oberson peut compter sur la fraicheur de Gazelle Beauval. Sans complexes, elle tourne, elle avance et saute sans perdre de temps. Le Suisse ne veut pas laisser la victoire à la jeune Suédoise et améliore de quatre centièmes le temps de référence. Florian Angot sait que son cheval fait partie des plus rapides du circuit, il décide de tenter le tout pour le tout sachant que les points coupe du monde ne l'intéresse pas. Il a de l'avance mais coupe son virage pour aller sur le vertical FEI mais le cheval n'arrive pas à couvrir son saut et faute. Dommage car l'étalon national était de loin le plus rapide aujourd'hui. Le Français regrette ce sort malheureux « cet obstacle je le passe 10 fois comme ça 8 fois cela passe sans problème » mais l'équitation est ainsi faite. Ce n'est pourtant pas finit : le redoutable et sympathique Juan Carlos Garcia. Sa monture, Albin III, était dans les écuries de Christian Hermon avant de rejoindre l'Italie il y a huit ans. « L'adaptation a été difficile mais depuis trois quatre ans il est vraiment génial », Confirmation au barrage avec des virages qui s'enchaînent parfaitement et même si le cheval trébucha, il améliora encore le chrono : 36.20, nouveau temps de référence. Quel Barrage à rebondissements !

Le Norvégien Geir Gulliksen, lui, ne prit aucun risque mais cela ne l'empêcha pas de commettre deux erreurs. Dernier à s'élancer le Russe Vladimir Beletskiy ne prit pas tout les risques, il semble vouloir assurer un sans faute dans un temps correct mais malheureusement une barre le fait descendre à la septième place de ce Grand Prix.

A trois étapes du terme de la coupe du monde, le calcul des points est de mise. Si Gerco Schroder était déjà assuré d'aller à Kuala Lumpur, il continue d'engranger des points et prend la tête de la ligue Européenne ouest. Juan Carlos Garcia grâce à sa victoire prend la troisième place à égalité avec Marcus Ehning qui devrait aller en Océanie avec le magnifique Sandro Boy puisqu'il a décidé de préserver Gitania en vue des JEM. Le Suisse Grégoire Oberson remonte à la seizième place du Classement mais ne compte actuellement pas aller à la finale. En effet, le cavalier Helvète a déjà participé à deux reprises à une finale coupe du monde mais jamais à des championnats du monde. Aachen sera donc son objectif principal de la saison. Le Belge Patrick MC Entee sauve lui l'honneur (13 ème ) des belges grâce à une régularité exemplaire puisqu'il a pris des points à chaque étape auxquelles il a participé. Côté Français, si Philippe Léoni semble en bonne voie pour atteindre son objectif, et cela d'autant plus qu'il aura une wild card à Vigo. Il n'en est pas de même pour Jean Marc Nicolas qui avec sa 25 ème place et ses 21 points risque d'avoir les pires difficultés à se qualifier. Hubert Bourdy a, quant à lui, abandonné tout espoir.

 

Tous les résultats : cliquez ici