CSIW Bordeaux

03 February 2006

CSIW Bordeaux
Grand prix Land Rover

par Gustave Rihal

Le Grand Prix dominical est une tradition à Bordeaux, les chevaux présentés aux public ne sont pas souvent ceux qui ont sauté la veille dans l'épreuve coupe du monde, pas souvent mais en ce qui concerne les Français ils n'ont pas le choix, avec une seul et unique monture de Grand Prix, c'est difficile de faire autrement. Trois Grand Prix en trois jours (Qualificative coupe du monde le vendredi, Grand Prix coupe du monde le samedi et Grand Prix Land Rover le Dimanche) c'est beaucoup pour les chevaux, d'autant plus que le parcours de ce dimanche n'est pas des plus simple, d'entrée de jeu les cavaliers auront à faire avec la courte ligne un deux et trois, le triple numéro cinq ne fut lui aussi pas une partie de plaisir, le double numéro douze le long du public causa de nombreux malheurs et le dernier obstacle : le vertical équidia (encore eux !!!) a pour numéro quatorze, ce qui semble un peu beaucoup pour une fin de week end, mais il faudra faire avec pour être le meilleur !

Le Français David Jobertie participe pour la première fois au concours de Bordeaux, et a pour but de prendre de l'expérience avec son jeune Triomphe de Muze mais le couple n'est pas à l'aise et ne semble pas retrouver sa condition du mois de novembre, l'oxer du milieu de triple leur fut fatale ainsi que le vertical équidia, le couple rejoindra la Belgique sans classement et avec le soucis de se perfectionner pour découvrir les CSIO d'extérieur cet été. Dirk Demeersman en sortant de piste doit en avoir plein les bras tellement sa jument Tiquila semble difficile à contenir, tout s'enchaîne sans erreurs jusqu'à l'oxer à palanque bleue en vague numéro dix et à partir de là la jument semble ne plus faire attention à la hauteur prise puisque l'entrée du triple et l'oxer le suivant furent déchus de leurs barres.

 

Nous en sommes au huitième partant et déjà trois abandons Jean Marc Nicolas/Modesto , Robert Smith/Kalusha et Philippe Léoni/Cyrenaïka pourtant tout trois habitués à ce niveau d'épreuve. La charmante Tina Lund avait elle opté pour la jument grise Carola, mais une deux fautes sur le vertical land rover et dans le double les laisse à huits points. Ludo Philipaerts commit lui les même erreurs avec Chatman mais une barre de plus fit monter son score à 12 points.

Meilleur score pour le moment huit points, mais la trempe du jeune Belge Patrick MC Entee redonne espoir au public. En selle sur sa deuxième monture Ever Mury Marais Z il se joue du parcours mais une fois de plus (comme la veille) un point de temps dépassé le prive du barrage, ce n'est pas mérité mais avec deux chevaux de cet acabit et un si grand talent : vivement la saison extérieure !

Marco Kutscher n'osa pas mettre Lupicor, qui avait pourtant crânement joué sa chance dans la grosse épreuve du premier jour, dans ce Grand Prix. C'est donc Montender qui attaqua le parcours du chef de piste français Jean François Morand, mais une faute de postérieur sur le numéro deux précipite leur départ puisque le barrage s'envole.

Stephane Lafouge veut finir son concours de Bordeaux en s'offrant un sans faute, mais Gabelou des Ores saute moins bien que la veille et après trois barres, le couple abandonne sous les applaudissements d'un public fidèle au cavalier régional. Meredith Michaels Berbaum monte depuis quelques mois l'ex cheval de son mari Le Mans 8, le bel alezan monte le garrot très haut et est sur le point de nous offrir le premier sans faute quand une barre les prive de barrage sur le numéro 13.

Itot Du Château et Michel Hecart était très en forme la veille et c'est encore le cas même si de quatre ils passent à huit points mais ce petit cheval de 1m57 continue de prouver ses bonnes aptitudes. Frank Sloothaak, c'est déjà trois victoires en Grand Prix à Bordeaux, et avec son neuf ans, Aquino, il ne veut pas en rester là. Le cheval n'a pas participé aux épreuves la veille. Frais comme un gardon, le hongre promis à un bel avenir survole le parcours et signe le premier sans faute ! Philippe Rozier aurait bien aimé remporter son deuxième Grand Prix en deux semaines après celui de Nantes pour fêter dignement son anniversaire, mais Héritière D'Adriers fit tout de même chuter les barres de la ligne neuf - dix.

 

Entre temps les abandons pleuvent : Jesscia Kurten/Laurus - Rolf Goran Bengtsson/Sereneta La Silla ou encore John Whitaker/Saint Honores Liquido vinrent s'ajouter à la liste non exhaustive,malheureusement. Vladimir Beletskiy aurait très bien put les imiter mais un Russe n'abandonne pas même après trois fautes. Lars Nieberg verra son ancien cheval For Pleasure faire ses adieux lors du CSIO d'Aix La Chapelle en Mai, mais l'Allemand est un véritable découvreur de talents, avec Loreana il se rachète parfaitement de sa mauvaise prestation de la veille en signant le deuxième sans faute.

Entre alors en piste la valeur montante de l'élevage français : Jarnac ! L'étalon du Haras des M est dans une forme époustouflante, mais est encore jeune. Il saute haut, trop haut et n'arrive pas à couvrir la spa, erreur que Renald Angot avait pourtant anticipée. L'étalon ajoutera encore une faute sur le vertical équidia. « C'est en forgeant qu'on devient forgeron » mais à ce rythme là, le fer forger de Jarnac risque d'être difficile à battre.

Ludger Berbaum était l'un des moins bons élèves de samedi, fait rare que l'Allemand décide de mettre aux oubliettes. L'Espoir Z est dans un bon jour puisque ils rejoignent leurs deux compatriotes au barrage. Eve Des Etisses était sans faute vendredi, quatre points samedi et la suite continu les voilà quittant la piste avec huit points affichés.

Marcus Ehning entre avec Gitania qui sort pour la première foie du week end pour défendre son titre acquit l'an passé sur ce même Grand Prix. La jument est en état de grâce depuis le concours de Stuttgart et confirme sa suprématie lors de ce Grand Prix avec un sans faute de toute beauté.

Thomas Fruhman ne put éviter une bête faute sur le numéro deux avant d'enchaîner un parcours remarquable sur The Sixth Sense qui s'affiche comme une valeur sûre de ces prochaines années.

 

Quatre barragistes, quatre Allemands : Florian Angot et First de Launay sont sans doute les plus affûté pour venir les contrarier, le Français monte impeccablement, les reprises sont faites tout en douceur et le cheval saute comme si de rien n'était, leur place au barrage en devient presque anecdotique tellement la démonstration est belle.

Plus ennuyeux pour Toni Hassman, sa jument Lolita H avec laquelle il espérait intégrer l'équipe d'Allemagne semble en totale méforme : trois fautes et un retour en Allemagne peu glorieux pour cet excellent cavalier. Helena Lundback nous avouait la veille ne pas avoir de chevaux très au point sur ce type de parcours, mais, avec son deuxième cheval Errblume, elle signe là encore un parcours de très bonne qualité sanctionné de huit points avec cette jument de 9ans à peine et encore sans expérience.

Markus Fuchs cherche toujours à gagner, s'il fait une faute il court l'épreuve le plus rapidement possible pour se classer en tête des classements, cet acharnement du compétiteur lui vaut les acclamations d'un public séduit.

Si lors du Grand Prix coupe du monde, il y eut neuf nations de représentées pour autant de participants au barrage, en ce dimanche il en est tout autre et cela est bien plus conforme à la réalité tant les Allemands domine les monde équestre depuis des années, cinq barragistes, quatre Allemand, rien de surprenant à cela et le public est impatient de voir ces cinq cavaliers en débattre.

Premier en piste Frank Sloothaak associé à Aquino, le cheval a une grande amplitude, son cavalier prend tous les risques, le sans faute est à la conclusion dans un très bon temps de 37.02sec ! Loreana est très rapide et cela se sait, Lars Nieberg est l'un des meilleur pilote de barrage mais son compatriote est allé trop vite, 38.48 sec, c'est trop.

Ludger Berbaum est sans doute celui des cinq qui peut nourrir le moins d'espoir avant ce barrage. Son cheval n'est pas assez rapide et quatre points en prime les relèguent à la troisième place.

 

La dame blanche Gitania « tourne très serré » dixit son cavalier, et le virage pour allé sur le CWD que réalisa le couple relève de la perfection, le public n'en revient pas la jument est décidément un cran au dessus du lot.

En entrant, Florian Angot sait déjà qu'un tel chrono sera très difficile, pour ne pas dire impossible à battre, mais le tricolore ne renonce pas. Il sera pourtant obligé de remettre une foulée dans la dernière ligne, mais même sans cela, il n'aurait pas pu battre le numéro un mondial. La performance du Français est toutefois remarquable et il s'annonce comme le pilier de l'équipe de France d'Aix La Chapelle.

 

 

Tous les résultats : cliquez ici