FR

CSIO de Saint-Gall : La Suède pour une première

07 juin 2021Auteur : Oriane Grandjean

Le CSIO de Saint-Gall sonnait la reprise des Coupes des nations de la division 1 européenne et nous avons assisté à du beau sport, malgré la pluie qui s’était invitée sur le terrain du Gründenmoos. 

Nayla Stössel et son comité d’organisation ont tout fait pour rendre possible l’événement en ces temps mouvementés et l’allègement des mesures prononcé par le Conseil fédéral la semaine précédant le concours a même rendu possible la présence de public (mille personnes maximum sur présentation d’un test Covid négatif).

Dix nations – contre huit habituellement dans ces épreuves – étaient en lice, afin de permettre aux cavaliers, chevaux et chefs d’équipe de pouvoir tourner sur les plus grosses épreuves en vue de Tokyo. Il faut dire que l’on attendait la reprise des Coupes des nations FEI depuis la finale de Barcelone en 2019.

 

Philipp Weishaupt et Asathir © Sportfot


Au terme de ces deux manches, deux nations caracolaient en tête : la Suède et l’Allemagne. Philipp Weishaupt (photo ci-dessus), le finisseur du côté allemand, aurait pu offrir la victoire à son équipe, mais une faute sur l’avant-dernier obstacle lui enlevait tous ses espoirs. Otto Becker et Henrik Ankarcrona devaient donc chacun choisir un de leurs pilotes pour s’élancer au barrage. Le premier à se plier à l’exercice est Rolf-Göran Bengtsson. Avec son bel étalon de douze ans Ermindo W (Singapore), le multi-médaillé, qui n’avait pas signé de sans-faute dans les deux manches (9+4), a bouclé son barrage sans faire trembler une seule barre.

Rolf-Göran Bengtsson et Ermindo après le dernier obstacle du barrage


Christian Kukuk (photo ci-dessous), en selle sur son neuf ans Mumbai (Diamant de Semilly), a rapidement fauté, reléguant ainsi la Mannschaft au deuxième rang.

La Suède, qui n’avait pas gagné l’étape helvétique du circuit Coupe des Nations depuis 1994 à Lucerne, (le concours se courait alors un an sur deux à St-Gall et l’autre à Lucerne) inscrit donc une ligne supplémentaire à son beau palmarès. Quoi de mieux que de célébrer une victoire en ce dimanche 6 juin, jour de la fête nationale suédoise ?

L'équipe victorieuse à St-Gall ©  FEI/Richard Juillart


L’équipe d’Henrik Ankarcrona sera à nouveau en lice à La Baule dès mercredi. « J’espère bien qu’on remettra ça en France », souriait le chef d’équipe en conférence de presse. Rien d’impossible pour une Suède qui prouve encore une fois qu’elle fait partie des meilleures nations du monde. 

Malin Baryard-Johnsson et H&M Indiana ont signé un magnifique double sans-faute


En ce dimanche, tous les cavaliers voulaient marquer des points en vue des Jeux Olympiques et Malin Baryard-Johnsson a signé deux tours sans-faute avec sa démonstrative H&M Indiana (Kashmir van Shuttershof), tout comme Douglas Lindelöw, de l’équipe médaillée d’argent lors des Européens de Göteborg en 2017 avec Zacramento, qui revient au top avec son fils de Chacco-Blue, Casquo Blue. D'ailleurs, Douglas Lindelöw a précisé lors de la conférence de presse que son cheval a passé ses jeunes années en Suisse : c’est sous la selle d’Arnaud Martin, le pilote des écuries Pius Schwizer, que Casquo Blue a fait ses débuts.

Douglas Lindelöw et son bon Casquo Blue © FEI/Richard Juillart


Dans l’équipe allemande, pas de double sans-faute, mais deux beaux parcours pour Maurice Tebbel et son élégant Don Diarado (Diarado) qui n’étaient pénalisés que d’un point de temps au premier tour avant de réaliser un score vierge en deuxième manche. Avec un sans-faute en première manche, belle prestation aussi pour André Thieme et DSP Chakari (Chap 47). 

André Thieme et DSP Chakari


On retrouve la Suisse à un bon troisième rang, notamment grâce au double sans-faute de Martin Fuchs et Leone Jei (Baltic VDL), ovationnés par un public ravi d’être de retour dans les tribunes d’un CSIO. Un sans-faute de Steve Guerdat avec Venard de Cerisy aurait pu donner la victoire au clan suisse, mais après deux fautes de son fils d’Open Up Semilly, comme dans la première manche, le n°2 mondial préférait abandonner, ne pouvant améliorer le score de ses coéquipiers.

Steve Guerdat avec Venard de Cerisy © Sportfot


Les hommes de Michel Sorg, qui officiait à Saint-Gall pour son premier CSIO 5*, ont tous signé des tours homogènes, à l’instar de Bryan Balsiger sur Twentytwo des Biches (Mylord Carthago) et Beat Mändli sur Dsarie (Veron), auteurs de deux tours à quatre points chacun.

Martin Fuchs, tout sourire à l’issue de ses deux manches, louait les mérites de son nouveau crack. Encore un gris performant sous la selle du champion d’Europe en titre, qui semble avoir trouvé en ce Leone Jei la relève de Clooney. « Leone Jei est relativement peu expérimenté à ce niveau de compétition, mais il a montré aujourd’hui son grand potentiel. Je suis très content de lui et je pourrai compter sur lui pour le futur. J’espère d’ailleurs le prendre lors des championnats d’Europe de Riesenbeck. Il connaissait déjà la piste de Saint-Gall puisque je l’avais monté dans les épreuves Youngster en 2019. Il a sauté de manière spectaculaire aujourd’hui, notamment le triple et la rivière, c’est un avion ! »

Michel Sorg reconnaissait que les cavaliers étaient ravis d’avoir retrouvé du public et des applaudissements. Martin Fuchs d’ajouter avec humour : « Surtout que cela faisait longtemps que je n’avais plus signé un sans-faute, et encore moins deux ! »

Sur le podium, les Suédois ont été félicités notamment par Ueli Maurer, le ministre suisse des finances (photo ci-dessous). On sait que la Confédération apporte depuis des années son soutien au CSIO en mettant à disposition quelques unités de l’armée suisse pour assurer les préparatifs de l’événement.

Ueli Maurer, ministre de la confédération


Si les trois premières équipes se tenaient dans un mouchoir de poche, les sept autres ont eu des scores assez lourds. Rang 4 pour les Egyptiens, en tête après la première manche, avec 25 points, tout comme  les Mexicains, qui ont signé deux tours sans faute en seconde manche grâce à Santiago Lambre et Manuel Gonzalez Dufrane (photo ci-dessous), cinquièmes.

Les Brésiliens, qui ont pu compter sur un excellent Rodrigo Lambre – 1+0 avec Artois d’Avillon (Kashmir van Shuttershof), étaient sixièmes.

Septième place pour les Hollandais, qui couraient à trois, mais dont Bart Bles signait tout de même un tour sans faute avec Kriskras DV (Cooper), huitième pour l’Italie avec un total de 45 points, neuvième pour Israël. Les Britanniques, pour leur part, ont décidé de renoncer en ne s’élançant pas en deuxième manche. Notons tout de même l’excellent parcours d’Harry Charles, pénalisé d’un point de temps avec Romeo 88 (Contact van de Heffinck), qui a signé de nombreux classements à Saint-Gall, s’offrant même la chasse du samedi.

Résultats complets

Harry Charles et Romeo 88, l'ancienne monture de Darragh Kenny. © Sportfot


La saison des Coupes des Nations est donc bien lancée et dès mercredi, rendez-vous en France !

AuteurOriane Grandjean