CSI***** Valkenswaard GCT

23 August 2009

GCT***** Valkenswaard

Dernière manche du Global Champion Tour, une semaine avant les championnats d'Europe, les recalés sont venus avec leurs deuxièmes chevaux … où ceux qui sont supposés l'être accompagné des meilleurs cavaliers de la planète.

Ils étaient 50 à s'être donné rendez-vous pour ce VDL Groep Grand Prix doté d'un peu moins de 300.000 euros. Ceux qui pensaient profiter d'un Grand Prix au « rabais » auront été déçus car Uliano Vezzani avait construit deux très beaux tours, très léger, tout en subtilité. Une subtilité que les trois premiers partants n'ont pas vraiment appréciés car tous se sont retirés après avoir accumulés les fautes ou les refus à l'instar du vainqueur de la manche de Valence, John Whitaker qui avait dû opter pour Sultano suite à la blessure de son crack Pepermill.

D'autres pensaient s'en être très bien sorti comme le leader de la compétition, Patrick Mc Entee et Ever Mury Marais Z, qui a préféré décliner sa sélection pour les championnats d'Europe ayant opté pour le Global Champion tour avec ses propriétaires en début de saison. Malheureusement, une faute en fin de parcours lui coûtera sa participation au second tour.

Même sanction pour Alvaro de Miranda et AD Picolien Zeldenrust ou encore Julien Epaillard et sa très bonne Latina du Pitray qui semble continuer sa progression. « Je l'ai achetée pour évoluer à ce niveau mais il y a encore un peu de travail et quelques réglages à effectuer avant qu'elle ne soit compétitive à ce niveau. » expliquera le cavalier normand.

Parmi les 18 cavaliers repris pour la seconde manche, quatre étaient pénalisés de 4 points. Pius Schwizer ,et la jeune Carlina, à propos de laquelle le cavalier suisse avait pourtant affirmé en début d'année qu'il ne participerait pas au Global avec elle … se fera de nouveau piéger en seconde manche et terminera avec 8 points.

Les vainqueurs de l'étape d'Hambourg, Bernardo Alves et son hongre Chupa Chup se feront piéger sur les deux premiers éléments du triple placé en toute fin de tour.

Marcus Ehning et Noltes Kuchengirl tireront quant à eux parfaitement leur épingle du jeu en réussissant un magnifique parcours sans faute sans aucun souci.

 

C'est aussi ce qu'espérait faire Denis Lynch mais c'était sans compter sur une petite faute d'Abbervail vt Dingeshof.

Harry Smolders sera le premier sans faute à s'élancer mais Oliver Q ne pourra éviter une faute sur le spa placé en n°6.

Après un parcours initial somptueux, on pensait pouvoir compter sur Patrice Delaveau mais malheureusement la jument du haras de Brullemail, Katchina Mail, passera complètement à côté de son sujet. Dommage car la fille de Calvaro avait effectué un parcours de grande classe au premier tour et ne méritait vraiment pas un tel sort.

Pas de coup du sort pour un Cornet Obolensky au sommet de son art qui bouclera un tour magistral ne laissant aucune place au hasard. La seule question que l'on pouvait se poser en regardant la prestation de l'élève de Marco Kutscher était de savoir ce qu'il faisait là à une semaine des championnats d'Europe. Un tel cheval dans une telle forme avait sans l'ombre d'un doute sa place dans la manshaft.

Après un peu de chance et un peu de sueur froide lors du premier tour lorsque Valentina van't Heike se mit en difficulté dans le triple et où il fallut toute l'habilité de Jos Lansink que l'on vit s'employer rarement pour sortir sa jument de l'embarra, la fille de Nabab de Rêve retrouvera toute son aisance et bouclera un second tour sans embûche : le barrage s'annonce bien.

Gerco Shroder avait opté pour Eurocommerce New Orleans mais il ne pu éviter une faute dans le double de bidet naturel.

Simple formalité pour Meredith Michaels Beerbaum et Shutterfly … en grande forme également. Ils seront très vite rejoints par Michel Robert et Kellemoi de Pepita, Edwina Alexander et Itot du Château ou encore Eric Lamaze et Hickstead, tout simplement.

Kevin Staut se fera quant à lui piéger sur l'obstacle n°2 avec Le Prestige St Lois tout comme Jessica Kuerten qui achèvera ainsi de la plus belle manière qui soit la carrière de sa jument Quibell. Même faute pour Leon Thijssen et le très prometteur fils de Numero Uno, Tyson, qui aura bouclé un premier tour tout à fait somptueux.

Ludger Beerbaum était quant à lui très près du but lorsque Gotha se fera piéger sur la sortie du triple.

Une erreur que ne fera pas Piet Raymackers jr, le grand invité surprise de ce barrage.

Un barrage de rêve qui regroupe la crème des crèmes, tout simplement.

 

Cornet Obolensky sera le premier à s'élancer et survolera de nouveau toutes les difficultés avec une aisance incroyable en mettant la pression sur ses adversaires en 38''39.

Mais derrière, on est pas la pour s'amuser. Même Jos Lansink serre ses courbes. Valentina est impériale et améliore le chrono : 37''56. Meredith Michaels Beerbaum entre en piste. Shutterfly s'élance et s'envole au dessus de toutes les difficultés, peu importe la manière dont elles viennent. Le chronomètre s'affole : 35''81, les gagnants semblent connus ! Pourtant Meeredith Michaels sait qu'elle n'a pas mis toutes les chances de son côté. « J'ai fait un barrage un peu sauvage. Mon tracé n'était pas très fluide, j'ai même eu de la chance d'être de nouveau sans faute mais Shutterfly a une nouvelle fois montré toutes ses qualités. » Michel Robert a retrouvé toutes ses sensations et Kellemoi de Pepita semble en grande forme après un premier tour la veille un peu décevant, la fille de Voltaire a retrouvé tout son tonus. Moins impressionnant que Shutterfly, le parcours est fluide et le chrono parle de lui-même : 35''95, Michel Robert est de retour ! « J'ai quand même déjà fait Gijon et La Coruna depuis mon retour où j'ai également été très bien classé. En fait, Kellemoi s'est classée dans quasiment tous les Grand Prix qu'elle a courue depuis le début de la saison. C'est une jument fantastique et elle le confirme semaine après semaine. Durant mon arrêt forcé, je me suis bien reposé, je me suis posé plusieurs questions qui m'ont permis de me reconcentrer. Au final, cela m'a fait énormément de bien. J'avais vraiment besoin de me reposer et de faire un break. C'est juste dommage qu'il ait fallut aller jusqu'à la fracture pour que je m'en rende compte. J'ai désormais décidé de m'occuper plus de moi, dans les concours en tout cas, et d'arriver à prendre plus soin de ce que je faisais et de moins me diversifier pour me permettre d'être plus concentrer sur mes chevaux et sur ma façon de monter. Lorsque je me suis blessé, j'avais juste mangé une petite salade vite fait à midi sur toute ma journée, ce sont des choses qui ne doivent plus se reproduire et auxquels je dois faire beaucoup plus attention. Maintenant, c'est véritablement devenu ma priorité et ça me rend encore beaucoup plus fort. Pour les chevaux, je ne veux me concentrer que sur 3-4 chevaux, pas plus. Maintenant, j'ai Calgary en ligne de mire …  » Gagnante dans son jardin en 2005 avec Pialotta, la petite australienne compte bien récidivé mais la donne est tout autres car ce n'est pas seulement Katharina Offel (et Nike) qui se dresse devant elle mais bien la plupart de l'élite mondiale dont l'amazone fait désormais partie. Itot ne donne pas une impression de vitesse contrairement à ses adversaires mais où pourrait il faire faute ? Nulle part ! 35''49, Edwina Alexander a gagné son pari : elle prend la tête. Peut-être pas pour longtemps car Eric Lamaze a les dents longues. Le champion Olympique a fait le voyage jusqu'en Europe expressément pour ce Grand Prix et tenter de se qualifier pour la finale en ne participant qu'à deux manches du Global, il doit donc frapper fort ! Hickstead tourne, virvolte mais le canadien préfère assurer dans la dernière ligne : 36''43, 4 ème place provisoire ! « Je me suis fait piéger ! Lorsque j'ai entendu le temps de Meredith, j'ai tout de suite pensé que cela devait être très rapide puis juste avant de rentrer en piste, j'ai vu Edwina et elle ne me semblait pas si rapide. C'est une grosse erreur de ma part. Ceci étant, je suis quand même qualifié pour la finale à Doha, cela me fera un voyage de plus, l'objectif est atteint. » rigolera le champion olympique. Il n'en restait dès lors plus qu'un à partir. Piet Raymackers jr, l'invité surprise, avec son étalon Van Schijndel's Rascin. Le jeune batave tente sa chance mais faute à deux reprises, sans regret néanmoins. « Faire partie du barrage, c'est déjà un rêve. Surtout avec une telle concurrence. Mon cheval n'est vraiment pas le plus rapide mais j'ai quand même voulu essayer mais ça ne gâche en rien ma joie. Ces derniers mois, Rascin a été très régulier. Hier, j'avais un bon feeling mais on ne peut jamais prédire que l'on va faire un double sans faute comme cela ! Je suis très content que mon père me l'ait rendu mais j'espère qu'il va encore continuer à monter lui-même ! » Edwina Alexander s'impose avec Itot du Château, 4 ans déjà après sa première victoire acquise avec Pialotta sur les terres de son bonheur. « J'étais vraiment déçue à Rio car j'ai fait une erreur qui m'a coûté cher. De plus à Aix la Chapelle, je suis passée juste à côté de la victoire alors je tenais vraiment à accrocher une belle victoire cette saison. C'est évidemment beaucoup de stress car on a toujours envie de bien faire chez soi où j'ai énormément de support. D'habitude, je ne suis jamais stressée mais ici, j'étais très nerveuse car d'une part, j'avais envie de bien faire et d'autre part, je n'aime pas être en fin d'épreuve hors, c'était le cas ici. Tout était très différent de ma première victoire, celle-ci était beaucoup plus difficile car tous les meilleurs chevaux de la planète étaient là et je savais que je devais faire quelque chose si je voulais gagner. Au final, je n'avais rien à perdre. D'autant plus que lorsque j'ai vu Shutterfly, je n'ai jamais pensé que je pourrais aller plus vite qu'elle ! C'est vrai que Pialotta et Itot sont aujourd'hui les deux chevaux de ma vie et qu'ils m'ont chacun offert une victoire à la maison alors que Socrates (vd Padenborre) m'a également permis de décrocher la troisième place l'an dernier… mais j'espère que j'aurai encore de tels chevaux pour les années à venir…  »