CSI**** Anvers

18 May 2008

CSI**** Anvers

Après une première édition en banlieue anversoise, le CSI**** s'est invité sur le port, le long de l'Escaut. Un cadre original pour une infrastructure montée toute en longueur en raison de la configuration du quai.

Cinquante candidats se sont donnés rendez-vous lors du Grand Prix pour en découdre, mais les premiers candidats passent et les fautes s'accumulent. On pense alors simplement que ces seconds couteaux feront bientôt place à leurs aînés et l'on ne remarque que brièvement la magnifique performance du jeune hollandais Jack Ansems qui ne fait qu'une petite faute sur l'entrée du double placé en toute fin de parcours. Un double qui a déjà fait beaucoup de dégâts … et qui va encore en faire bien plus.

Yves Vanderhasselt avait, quant à lui, décidé d'engager la jeune Whoopie C pour son premier Grand Prix 4 étoiles et le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat sera très encourageant car même si le manque d'expérience fut flagrant, la jument montrera toute sa détermination et son respect même si elle ne pu éviter une faute sur l'oxer de sortie de triple. « Je suis très content comme cela. Ma jument avait déjà fait le Grand Prix de Maubeuge mais il ne faut pas oublier qu'elle tournait toujours en régional l'an dernier. Je pense que dans 6 mois, ce sera une jument vraiment compétitive », explique le cavalier des écuries van Dijck. 18 ème à s'élancer, Dominique Hendrickx boucle le premier tour sans faute avec son tout jeune An Sidec. On pense alors que la suite va arriver mais les fautes repartent de plus belles à l'image de Koen Vereecke éternel malchanceux qui boucle un tour magnifique avec Utopia vd Donkhoeve avant de commettre une faute sur … . l'entrée du double évidemment !

Même faute également pour un Dirk Demeersman très motivé après son coup de blues de ces dernières semaines.

Roger-Yves Bost tentera quant à lui de trouver la solution en attaquant le double, mais Idéal de la Loge ne pourra éviter une faute en sortie malgré un nouveau tour fantastique qui montre bien qu'il est de retour !

Gerco Shroder se fera également piéger sur cette entrée de combinaison tout comme Edwina Alexander qui ajoutera encore 4 points sur le dernier obstacle. Laura Kraut mettra aussi la main à la pâte, mais sortira également avec 4 points. « J'ai voulu soigné mon abord pour ce double que j'ai réussi à passer sans encombre mais à la place, je faute sur l'obstacle précédent. C'est étonnant car à la reconnaissance aucun de nous n'avait vu une difficulté particulière dans cette ligne, ce n'est qu'à force de voir passer les couples que l'on a remarqué le problème. Je ne sais pas trop à quoi attribué cela, peut-être la configuration assez petite de la piste ? C'est la seule explication que je vois » commentait l'américaine ravie de la prestation de sa jument durant le week-end. Gagnante du Master le premier jour, l'américaine aura quitté Anvers avec seulement deux chevaux car elle a en effet décidé de prêter Olympia au cavalier belge Grégory Wathelet afin d'étoffer son piquet. Dans la mêlée Patrick Mc Entee aura, quant à lui, cherché l'originalité en déjouant toutes les difficultés du parcours mais Sherry Mury Marais sera le seul, avec Chatwin (Alvaro de Miranda), à fauter sur le spa qui précédait le triple. Aur fur et à mesure, les candidats défilent et se cassent les dents sur ce parcours. Même s'ils ne montaient pas leurs chevaux de tête, John, Michael, William et Robert Whitaker se mettront hors jeu tout comme Judy Ann Melchior ou Ludo Philippaerts.

Pour son retour en Grand Prix, Canturo se sera fait piéger par les deux difficultés du jour : le triple et l'entrée du double. « Je suis néanmoins très content car aujourd'hui, il était un peu gêné en bouche mais il a montré qu'il était de retour. Je suis très confiant pour le futur », explique Bernardo Alves.

 

Allait on enfin trouver l'énigme de cette dernière ligne ?

La réponse sera négative pour les têtes d'affiches comme Daniel Deusser (Air Jordan Z), Richard Spooner (Ace), Jos Lansink (Sea Coast Silvana) ou encore Jessica Kuerten (Galopin du Biolay) se feront tous piéger sur l'entrée de ce satané double.

On pourra néanmoins marquer un certain étonnement de retrouver la cavalière irlandaise engagée, comme la semaine dernière à Wiesbaden, malgré l'annonce de sa suspension par la FEI. Malheureusement, contrairement à Daniel Deusser, Jessica Kuerten ne trouvera pas le temps de répondre à nos questions… .

Dernier à s'élancer, Rodrigo Pessoa, vainqueur de la dernière édition, se fera quelques frayeurs sur la sortie du double lorsque Palouchin de Ligny balancera un beau coup de pédale au milieu des barres mais réussira à sortir sans encombre de ce traquenard. Malheureusement, après tant d'efforts l'étalon sBs ne pourra éviter cette satanée entrée de double mais le champion Olympique terminera avec le deuxième meilleur temps de l'épreuve derrière Dirk Demeersman.

Devant, ils ne sont que deux, deux belges, à avoir réussi à boucler leur tour sans pénalité.

 

Dominique Hendrickx ouvre le duel au sommet. Son fils d'Andiamo démontre une régularité exemplaire pour un jeune cheval de 8 ans après sa belle prestation lors du Grand Prix de Lummen et boucle une nouvelle fois un tour sans faute en 32''25.

 

Devenu favori par la force des choses, on se demande ce qui pourrait empêcher Pieter de faire le doubler après la victoire de son petit frère Wouter dans le Grand Prix des Young Riders. Pieter ne prend néanmoins pas tous les risques même si Tekila semble en très grande forme mais il échoue dans sa course pour deux petits centièmes. « Je suis très content car ma jument a admirablement bien sauté, elle est vraiment de nouveau au top de sa forme. Pour cette fameuse ligne, j'ai réussi à la monter comme j'avais pensé le faire. Nous avons beaucoup réfléchi pendant le tour en discutant avec Dirk (Demeersman) car lors de la reconnaissance, j'avais décidé de faire une foulée de plus. J'ai pris mon temps après le triple pour prendre une bonne distance sur l'obstacle avant le double un peu en avançant. C'est sans doute l'une des grandes qualités de Tekila, mais je sais qu'en venant dans le train, elle va toujours se redresser devant l'obstacle. Je suis évidemment un peu déçu pour le barrage, mais l'an passé, j'avais également été second à Oslo dans le même cas de figure mais j'avais fait l'inverse … j'avais pris trop de risques : j'étais 4 secondes plus rapide mais avec une faute. C'est pour cela que j'avais décidé de ne pas prendre trop de risques surtout lorsque j'ai vu que Dominique ne montait pas très vite, je me suis dit que je pouvais faire pareil sans prendre de risque inutile. Maintenant en regardant le résultat, je pense que ma stratégie était bonne, car si j'avais été une seconde moins vite, j'aurais pu m'en vouloir mais ici pour deux centièmes … Je suis également très content pour mon frère car il a très bien monté ces dernières années mais son cheval de tête a été vendu l'an passé et à force de travail, il est de nouveau présent et ça, c'est vraiment important. Pour ma part, je suis très heureux également car au départ, on ne voulait pas de moi mais je pense que j'ai prouvé aujourd'hui que j'avais ma place ici ! Ma jument a besoin de courir pour être prête pour Rome et je pense que maintenant, nous sommes prêt ! »

Le travail, c'est aussi ce qui aura permis à Dominique Hendrickx d'être à la tête de ce très prometteur piquet de chevaux des écuries Star horses d'Albert Pfeffer. Après plusieurs années de galère, Dominique Hendrickx ne se doutait pas fin de l'an dernière se retrouver à la tête d'un tel piquet lorsqu'il accepta de monter quelques jeunes chevaux pour les écuries Star Horses. « Dominique a commencé à monter pour moi fin de l'année dernière avec Joe Clee, mais ce dernier a décidé d'arrêter de travailler pour nous sans que j'en connaisse toujours aujourd'hui la raison… alors Dominique a repris les chevaux de tête. Nous avons aujourd'hui plusieurs 8 ans très prometteurs que nous ne voulons pas vendre actuellement. Je veux maintenant permettre à la Belgique d'évoluer dans le sport. Je ne me fixe pas d'objectif mais nous travaillons actuellement avec beaucoup de jeunes chevaux de 4, 5, 6 ans pour le futur. Aujourd'hui, nous sommes vraiment heureux … mais nous verrons la suite la semaine prochaine » racontera Albert Pfeffer. Les pieds sur terre, les larmes aux yeux, Dominique Hendrickx vient bel et bien de remporter la plus belle victoire de sa carrière qui en appelle beaucoup d'autres avec un tel piquet. « Jusqu'à présent, ma plus belle victoire était avec Ogano Sitte dans le Grand Prix CSI**** de Naples » mais c'est finalement grâce au départ de l'étalon alezan qu'Hendrickx acceptera la proposition d'Albert Pfeffer pour monter ses jeunes chevaux. Quelques mois plus tard, il signe sa plus belle victoire …   « Ce sont les aléas de la vie, je n'ai pas toujours fait les bons choix dans ma carrière mais je suis très heureux de travailler aujourd'hui avec une équipe formidable. Auparavant, je n'avais qu'un seul cheval de tête et tout venait sur son dos. Il y avait beaucoup plus de pression car tous nos espoirs étaient en lui alors que maintenant, il n'y a plus de pressions et les succès arrivent, ce qui est évidemment très gai. Cela montre que le travail que nous effectuons est bon et ça, c'est vraiment important. Mon but aujourd'hui est de grimper petit à petit dans le ranking pour bien y figurer l'an prochain et il est clair qu'en participant à de tels concours, c'est un peu plus facile en ayant plusieurs chevaux. Avant, c'était également un de mes problèmes : je n'avais qu'un seul cheval et je devais faire beaucoup de concours pour glaner des points. Cette année, je me suis fixé comme objectif le championnat de Belgique mais je ne veux pas griller mes chevaux, et pour cette raison, je vais remettre An Sidec dans de plus petites épreuves et donner leur chance également à mes autres chevaux. Pour le moment, nous pensons que c'est An Sidec qui a le plus d'avenir parmis nos quatre 8 ans … mais a-t-on vraiment raison ? »