Cordial, tout vient à point à qui sait attendre (3/3)

06 January 2022

Il est de ces chevaux qui se remarquent. Durant toute sa formation et aujourd’hui encore, Cordial n’a cessé d’attirer les regards, de par son modèle, sa puissance et ses qualités innées de sauteur. Très bon finaliste du championnat de France des 7 ans en 2016, depuis le début 2021, il enchaîne les Grands Prix 5* avec une facilité déconcertante. Studforlife a voulu en savoir un peu plus sur le propre frère de l’étalon Cashpaid J&F. Rendez-vous pris au Haras de la Côte, chez Laurent Guillet, en compagnie de sa cavalière Mégane Moissonnier.

De par son papier, Cordial peut se targuer de posséder le sang de la « jument du siècle » Ratina Z, puisque son père de mère, Chicago Z (Caretano x Cor de la Bruyère), performer sur 1,60m, n’est autre qu’un petit-fils de la légendaire fille de Ramiro. Fait intéressant, Cordial est inbreed sur le sang d’un des piliers du Holstein, l’étalon Caretino (ce dernier étant le père de Casall et grand-père de Chicago Z).

Pedigree de Cordial, représentant les ascendants ayant performé sur 140 et plus

Selon Laurent, « la famille est exceptionnelle ». En effet, Cordial n’est pas le seul produit d’Unshuld à se distinguer. Son propre frère, Cashpaid J&F, né en 2011, a beaucoup fait parler de lui, sous la selle de son cavalier formateur Nathan Budd, avant de rejoindre Karl Cook, fin 2020. En plus de la force et des moyens hérités de leur père, les deux frères partagent d’autres points communs. Laurent et Mégane définissent Cordial comme « une crème de cheval, identique à la maison comme au concours, gentil aux soins et attentif à son cavalier », tandis que lors d'une interview accordée à Studforlife, Nathan Budd qualifiait Cashpaid J&F de cheval « très agréable, très gentil, au très bon caractère » et ajoutait « Cashpaid avait cette classe que les chevaux de tout haut niveau ont avec une classe, un galop et une prestance qui sont assez difficiles à décrire lorsqu’on n’a jamais monté un cheval du top niveau ». Pour Laurent, Cashpaid pouvait paraître plus léger, « mais Cordial s’est affiné au fil du temps et il n’a de toute manière jamais manqué de sang ». Mégane complète ce point « c’est un cheval avec beaucoup d’os mais aussi souple et très léger. Le sentir se déplacer sous la selle est un régal. Tout le monde le voit comme un peu lourd… Certes ce n’est pas le plus rapide mais c’est une erreur de penser qu’il manque d’énergie ».

Régulièrement classé sur 145 sous la selle du Belge Nathan Budd, Cashpaid J&F est le propre frère de Cordial © Sportfot.com

« On a aussi deux sœurs utérines », glisse Laurent. Girly, née en 2016, par Lord Fauntleroy (Lord Pezi X Contendro), mère de la superbe Cordiale, pouliche par Casall (donc ¾ de sœur de Cordial), adjugée à 45 000€ en 2020 à Fences, sera destinée à la reproduction (deux embryons par Casall et un par Diamant de Semilly ayant été récoltés en 2021). Chance J&F Chamblanc Z, née en 2017, par Cantesini (Cascadello X Cassini I), est la deuxième sœur utérine de Cordial acquise par Laurent. Après avoir pouliné d’une pouliche par Candy de Nantuel en 2021 et attendant un produit par Cooper vd Heffinck (Caretino à nouveau !), Chance devrait ensuite reprendre le sport car « elle saute vraiment très bien ».

Cordiale, ¾ soeur de Cordial, par Casall, adjugée 45 000 € foal aux ventes élites Fences 2020 © PSV Morel Coll Fences

Né en 2018, Sunday JM a aussi fait parler de lui. Frère utérin de Cordial par Ermitage Kalone (Catoki X Kannan), ce dernier s’est fait remarquer en 2021 lors des sélections des étalons BWP, en finissant à la troisième place. 

Pour toutes ces raisons, Cordial a capté l’attention de bien des éleveurs depuis longtemps. Toutefois, il ne possède qu’une seule saison de monte (2018) à son actif. « Béligneux le Haras n’est qu’à deux kilomètres. La famille Neyrat l’a donc prélevé avec comme objectif soixante cartes de saillies, qui ont été rapidement vendues ». Pour l’heure, bien qu’il soit approuvé par le stud-book Selle Français, la priorité est donnée au sport. « Ses propriétaires n’ont pas demandé que l’on le remette sur le mannequin », explique Laurent. Une trentaine de poulains seulement est actuellement enregistrée au SIRE, les plus vieux prenant trois ans en 2022. Les premiers produits se montrent tous assez chics, armés dans leurs dessous, avec de l’os et beaucoup d’entre eux présentent une petite particularité, à savoir « pas mal de blanc en tête et sur les jambes ». « J’ai un poulain de Cordial avec ma jument de concours Quinoa du Bosq et Laurent en a acheté plusieurs », confie Mégane.

Foal de 2020, par Cordial et Quinoa du Bosq (Rosire x Feu sacré) © Mégane Moissonnier

Sa production est donc confidentielle mais très attendue. « Ses premiers produits vont commencer à sauter et ils seront regardés, à coup sûr. Si la production semble qualiteuse, il se peut que dans deux ou trois ans, il arrête le sport pour ne se consacrer qu’à sa carrière d’étalon. Rien n’est écrit, tout est possible, à la demande de ses propriétaires. En tout cas, j’ai hâte de voir ses premiers produits sauter », explique Laurent. La reproduction n’est certes pas pour tout de suite, mais Laurent et Mégane imaginent qu’il serait préférable d’attribuer à Cordial des juments dans le sang et pas trop importantes. « Cela étant, il faut déjà voir ce qu’il va sortir, car parfois il peut y avoir des petits étalons qui produisent grands et inversement... L’élevage c’est encore autre chose, c’est un métier. C’est long et c’est une science souvent inexacte. Il faut vraiment rester humble », conclut Laurent. 

Pouliche par Cordial et mère par Old Chap Tame x Cornet Obolensky © Collection privée

Pour le moment, Cordial a toujours su satisfaire les ambitions qui avaient été placées en lui. Reste à savoir ce qu’il en sera de sa production. Mais à ce sujet et encore une fois, Laurent rappellera « qu’il est important d’attendre et de ne pas se précipiter ».

Thomas Danet - Photo à la Une : Sportfot.com