Comme Il Faut, un dernier tour et puis s'en va

04 September 2021Auteur : Eléonore Magnien

A seize ans, le petit étalon de Marcus Ehning en a terminé avec le sport. Il se consacrera désormais uniquement à la reproduction, un domaine dans lequel il excelle déjà. 

Il y a quelques jours, Marcus Ehning annonçait que Comme Il Faut prendrait sa retraite sportive après avoir couru une dernière fois à Riesenbeck. Les résultats n'ont sûrement pas été ceux escomptés puisque Marcus a préféré abandonner après avoir renversé une barre sur le numéro trois du Grand Prix du CSI 3* mais l'étalon bai est ensuite revenu en piste une dernière fois pour faire ses adieux au public, quelques minutes après la victoire de David Will et Quentucky Jolly (Nirvana V).

Son cavalier avait choisi Riesenbeck pour retirer Comme Il Faut de la compétition et ce n'est pas un hasard puisqu'il est né ici, dans le fief de Ludger Beerbaum. Il n'est autre que le fils de Ratina Z (Ramiro Z), restée dans les mémoires comme la meilleure jument du siècle dernier et à raison avec sa double médaille d'or aux Jeux Olympiques, d'abord pour la Hollande en 1992 sous la selle de Piet Raijmakers puis l'Allemagne en 1996 avec Ludger. C'est chez ce dernier qu'elle a ensuite passé sa retraite et donné naissance à Crown Z (Carthago), Treasure Z (Tlaloc M) et... Comme Il Faut (Cornet Obolensky). Pour l'anecdote, ce dernier aurait très bien pu ne pas voir le jour puisque Ratina était âgée de vingt-trois ans au moment de sa naissance. 

Lors de la cérémonie, une petite vidéo a été diffusée pour rappeler l'essentiel de sa carrière : de son titre de vice-champion du Monde des cinq ans sous la selle de Franz-Josef Dahlmann à sa médaille d'argent par équipe aux championnats d'Europe de Rotterdam en 2019 avec Marcus Ehning en passant par sa victoire dans le Grand Prix de Madrid en 2016 au terme d'un barrage d'anthologie. Même si le petit étalon bai n'a pas énormément concouru, il peut néanmoins se targuer de quelques belles lignes à son palmarès. 

Atypique de par sa taille, son équilibre et son galop mais remarquable grâce à son style, son énergie et son envie. Comme Il Faut faisait partie de ses chevaux sur lesquels on se retourne une fois en piste. Il est rapidement devenu l'une des coqueluches du public.

Après les récents départs à la retraite de Cristy et Cornado NRW, Marcus vient d'ailleurs d'annoncer que Prêt A Tout (Hiram Chambertin) ferait aussi ses adieux dans deux semaines à Aix-la-Chapelle où il avait gagné le Grand Prix du Rolex Grand Slam en 2018 avant de gagner celui de Genève quelques mois plus tard. Une nouvelle page se tourne pour le Centaure qui a toutefois de la ressource, n'a-t-il pas été sacré vice-champion d'Europe par équipe hier avec Stargold ? En attendant, Comme Il Faut retournera cet hiver en Ukraine chez ses propriétaires à Zhashkov Stud Farm avant de réaliser la saison de monte en Allemagne chez Hubert Vornholt, qui l'avait entrainé pour les approbations du stud-book westphalien à deux ans.

Comme Il Faut a déjà une production conséquente et intéressante. Plusieurs de ses produits concourent déjà à haut-niveau. Ludger Beerbaum possède d'ailleurs l'un de ses fils, Comme Le Père, qu'il monte lui même en compétition. Ce week-end, ils étaient plusieurs à s'être rassemblés à Riesenbeck à l'image de Chao Lee, ancienne championne du monde des 6 ans, Clemens de la Lande, qui a couru le CSI 3* aux côtés de son père, ou encore Cuma 5, membre de l'équipe autrichienne lors de ces championnats d'Europe (en photo ci-dessous).

Crédit photos : Léa Tchilinguirian

AuteurEléonore Magnien