CHIO ***** Aachen

22 May 2006

CHIO***** Aachen: consécration d'une nouvelle étoile !

Epreuve phare du week-end et généralement de l'année :

le Grand Prix d'Aix la Chapelle.

 

Si le soleil fit timidement son apparition entre quelques nuages, la pluie s'est presque abstenue durant cette journée.

 

Première nouvelle : Michael Whitaker ne prendra pas le départ, il sera remplacé par Emile Tacken. Le hollandais bouclera un beau parcours avec une seule petite faute sur l'entrée du double de bidet artificiel (n°10) déposé juste à côté du mythique double de bidet naturel longeant le lac. Eric Lamaze bouclera son parcours sans aucune pénalité pour sa première participation à Aix la Chapelle, laissant présager un parcours assez facile et beaucoup de sans faute.

 

Mais ce ne sera pas le cas. Baloubet du Rouet fait partie des favoris de l'épreuve, mais le Selle Français ne laissera aucune chance à son cavalier en arrivant au ralenti devant le double de bidet qu'il n'apprécie décidément pas. La machine est rouée et Rodrigo sera contraint de se retirer lorsque Baloubet devint ingérable à l'assaut du triple.

 

Baloubet ne sera pas le seul à ne pas aimer le double de bidet puisque Lucie (Lars Nieberg) ou encore Casario, propre frère du jeune étalon de Marc van Dijck Casario II, s'arrêteront également.

Les champions d'Europe, Marco Kutscher et Montender, renverseront le gros oxer aux couleurs Rolex placé en numéro 9. Seul Otto Becker et Dobel's Cento commettront également la même bévue, mais les anciens vainqueurs de cette épreuves ont peiné et Otto Becker préfèrera abandonné après avoir traversé le deuxième élément du triple.

Les animateurs du barrage 2005 n'étaient pas loin… mais ont échoué. Mc Lain Ward et Sapphire feront une faute des postérieurs sur l'oxer de sortie du double de bidet. Pour Jos Lansink et Cumano, une petite faute de postérieurs également sur le vertical numéro 11 positionné juste avant le triple. Mais les plus grands regrets seront pour Clinton. Le beau gris n'a jamais été mis en difficulté sur tous le parcours, mais « A la sortie du triple, je pensais que j'avais perdu le contrôle alors je lui ai demandé de revenir une première fois. Comme je trouvais qu'il n'avait pas assez réagit, j'ai tiré une seconde fois, mais là, la rivière était trop proche. Il n'avait aucune chance pour franchir la rivière » nous expliquera Dirk Demeersman. « Je suis content car le cheval revient seulement de la saillie, mais c'est vraiment dommage car c'est quand même Aix. ». L'irlandais Shane Breen et World Cruise se feront également piéger sur la rivière placée juste avant l'obstacle finale que renverseront Tim Gredley et Omelli.

Côté français, pas de chance pour Eric Levallois que l'on retrouvera sur le terrain lors de la reconnaissance de la seconde manche… en train de vérifier la distance de la ligne Rolex, double de bidet. « Je ne comprends pas l'erreur que j'ai faite » lâchera t'il. « Pour la seconde faute, c'est très simple : j'avais prévu de faire six petites foulées mais j'ai attaqué un peu fort la rivière. J'ai vu que ma distance venait vraiment bien en 5 grandes, mais je me suis dit que c'était trop beau alors j'ai repris, mais un peu fort. Diamant n'avait plus la place pour repartir. Si j'avais été sans faute jusque là, j'aurais fait les 5 foulées, mais sur le cheval a bien sauté, c'est positif. »

Mais le français aura été le seul à se faire avoir sur l'entrée de ce terrible double où Samantha Mc Intosh (Loxley), Christina Liebherr (No Mercy) et quelques autres fauteront sur la sortie.

On terminera la première manche par une grosse frayeur lorsque Marie Goldstein – Engle, qui avait remporté le Prix Nordrhein-Westfalen, termina au tapis sur le dernier élément du triple après une grosse mésentente avec Perrin. Heureusement, la cavalière s'en tirera avec une coupure à la lèvre après avoir fait craindre le pire en restant étendue par terre.

La seconde manche regroupera 18 cavaliers : 2 pénalisés de 4 points, deux crédités d'un point de temps et 14 furieux candidats à la succession de Meredith Michaels.

 

Pia Luise Aufrecht entame on ne peut plus mal le parcours puisqu'elle renverse le premier obstacle et fautera une seconde fois. 8 points également pour Jeffrey Welles et 9 pour Ulrich Kichhoff qui prendra un point de temps comme en première manche.

Jean-Claude Vangeenberghe se sentait bien. Il avait annoncé à la sortie du premier tour qu'il allait être le premier à remporter le Grand Prix d'Aix pour deux pays différents, mais s'il avait évité la faute de temps en première manche de 13 dixièmes de seconde, il se fera piéger pour 12 dixièmes en seconde manche. Pas trop de regret cependant : « De toute façon, avec Quintus je n'aurais jamais pu battre le chrono, mais une seconde place était envisageable ».

Michel Robert ne su rééditer sa première manche. Galet fautera sur le gros oxer bleu numéro 7, mais également sur le dernier obstacle : dommage.

Le champion Olympique déchu revient dans le parcours cette fois avec Echo Beach, mais il n'évitera pas une petite faute. Pour Maria Gretzer et son très bon Spender S, ce sera une grosse désillusion et 11 points en seconde manche ; grosse désillusion également pour la numéro 2 mondiale dès le premier obstacle et 12 points au final pour Quibell.

Déception également pour Okidoki, qui aura une nouvelle fois montré toutes ses qualités durant ce week-end, mais si les qualités d'Okidoki frappent les yeux, celles de son cavalier éblouissent beaucoup moins : une barre sur l'oxer massif qui avait déjà pénalisé Michel Robert.

Rolf Goran Bengtsson semble avoir retrouvé un cheval de grande classe avec Ninja La Silla. Une petite faute en sortie du triple bleu et blanc longeant le public stationné devant la tribune Mercedes le privera de barrage, mais avec un peu plus d'expérience, ils pourraient devenir un des couples de l'élite.

La prestation de Ludger Beerbaum durant ce week-end a vraiment été impressionnante car si L'espoir est un bon cheval, il donne souvent l'impression d'être à la limite de ses possibilités. Ludger tiendra le sans faute jusqu'au dernier obstacle avant que tout ne s'écroule : une barre et un points de temps dépassé : dommage.

Ils seront finalement 6 à en découdre dans une dernière manche au chronomètre.

 

Tenante du titre, Meredith Michaels est la première à s'élancer sur ce mix des deux premières manches. Shutterfly a été impressionnant d'aisance sur l'ensemble du week-end, il démarre sur les chapeaux de roues, mais l'allemande paiera cash l'une des premières touchettes de son extra-terrestre : 4 points, l'exploit ne sera pas là.

Marcus Ehing et sa jeune Noltes Kuchengirl font leur entrée, ils ne toucheront pas une barre : leurs virages sont serrés, les accélérations sont énormes, les reprises ajustées : on a beau le répéter à chaque fois, l'équitation est si simple : 55''81, la tâche va être rude.

Canturo relèvera le défi, mais ne pu éviter la faute au même endroit que Meredith Michaels. Bernardo Alves n'en perdra pourtant pas son latin et continua d'avancer : 55''64 : le chrono d'Ehing serait il batable ?

Coster avait bien géré jusque là, mais ce parcours est de trop. Il faut bien avouer que le virage tenté par Christian Ahlmann était très osé et l'ancien champion d'Europe ne peut éviter la faute sur l'entrée du double. Il ajouteront néanmoins encore une faute sur le dernier obstacle.

Avant dernier à s'élancer, Eric Lamaze est dores et déjà la révélation de ce Grand Prix, mais le cavalier canadien veut frapper fort. Il serre ses courbes mais assure d'avantage le sans faute : opération réussie 58''60.

Hervé Godignon pourrait se satisfaire du sans-faute et de la troisième place qui va avec, mais les consignes de Jean-Maurice sont claires : on attaque ! De la théorie à la pratique, il n'y a qu'un pas, Obléix et Hervé Godignon donnent tout ce qu'ils ont : 58''41 et la… première place derrière l'extra-terrestre Marcus Ehing !

Le rouquin n'a pas eu trop de temps pour reconnaître la piste car il fêtait comme il se devait le départ à la retraire de For Pleasure, mais justement le jour de la retraite officielle d'un de ses plus exemplaires portes drapeaux, l'Allemagne ne vient elle pas de se découvrir une nouvelle star ?

Marcus Ehning ne manquera pas de remercier son frère qui a monté la jument et qui lui a permis de s'aguerrir en remportant notamment le Grand Prix d'Hambourg et en se classant également second de la Coupe des Nations de Falsterbo. Mais le numéro un mondial remerciera également les personnes qui l'ont aidé durant la semaine où cette jument fut mise en vente, il y a six mois. Une semaine où madame Winter-Shulze acheta la jument pour Ludger Beerbaum, mais la renvoya chez Marcus Ehing lorsque ce dernier aura réussi à trouver des investisseurs pour sa jument. Décidément, l'Allemagne est vraiment au dessus du lot dans tous les domaines.