CHI de Genève : Kent Farrington remporte sa 2e finale du Top 10

14 December 2019

Ce vendredi 13 décembre, Kent Farrington a encore prouvé qu’il était sans conteste le cavalier le plus rapide du circuit. S’élançant en dernière position lors de la seconde manche de la finale du Top 10 Rolex IJRC, l’Américain est parvenu à abaisser le chronomètre de Darragh Kenny de plus de deux secondes. Il a ainsi décroché sa deuxième victoire dans cette épreuve après celle de 2015 avec Voyeur. Cette fois-ci, il était en selle sur la petite et bondissante Austria 2.

Cette finale du Top 10 a une nouvelle fois prouvé l’intensité de la formule de cette épreuve. Les 10 meilleurs mondiaux, une arène comble, un public survolté, une mise en scène millimétrée, le tout sublimé par un travail impeccable des chefs de piste. Si, souvent, les sans-faute se succèdent lors de cette finale, les barres sont tombées en nombre lors de cette 19e édition du Top 10.

Les deux Suédois Henrik Von Eckermann et Peder Fredricson, qui avaient pourtant misé sur leurs atouts n°1 avec Toveks Mary Lou et H&M All In, ont connu quelques mésaventures et ne repartaient pas en seconde manche. Henrik von Eckermann, 3e de cette finale l’an passé, ne put éviter un refus. 

Peder Fredricson présentait quant à lui un H&M All In moins éclatant que de coutume et sortait de piste avec un score de 21 points. 

Pieter Devos, qui prenait part à sa première finale du Top 10, signait un beau tour sans-faute en seconde manche, après avoir écopé de 13 points en première manche avec Espoir : 8e

Sans-faute aussi en seconde manche pour Ben Maher et F One Usa (Toulon),  pénalisés de 8 points en première manche, qui prenaient le 7e rang : «F One Usa a seulement 9 ans et il est encore peu habitué à ce niveau », confiait le Britannique en sortie de piste. 

Une faute dans chaque manche pour Martin Fuchs, 5e l’an passé avec Clooney, mais qui avait misé dans cette finale sur Silver Shine (Califax), sa nouvelle recrue qui prouve tout son potentiel – Clooney, lui, sera en lice dimanche dans le Grand Prix Rolex – et Martin Fuchs prenait donc le 6e rang.

Tenant du titre, Steve Guerdat avait signé un superbe sans-faute en première manche avec Alamo (Ukato) et faisait partie du trio de tête provisoire. Le n°1 mondial commettait une faute dans le double Rolex et terminait donc au 5e rang. « Mon cheval a vraiment bien sauté en première manche. Je n’ai pas débuté la deuxième comme je le voulais et j’ai pris des risques en enlevant une foulée avant le double pour rattraper mon retard, mais cela n’a pas fonctionné, disait le champion olympique. On a assisté à une super finale et le meilleur a gagné, mais c’est le sport en général qui est le gagnant, ce soir. Je suis heureux d’avoir pu faire partie de cette belle épreuve. »

Avec sa bonne 9 ans Killer Queen VDM (Eldorado v. Zeshoek), Daniel Deusser signait une deuxième manche rapide et prenait le 4e rang après avoir commis une faute en première manche dans le double Rolex. L’Allemand reconnaissait que sa jument était encore peu expérimentée à ce niveau. »

3e de cette finale, Christian Ahlmann et Clintrexo Z (Clintissimo Z), n’ont pas touché une barre, mais ont écopé d’un point de temps en première manche : « J’ai vu le tour de Kent Farrington et il était facilement dans le temps, donc je ne me suis pas soucié du chrono », reconnaissait l’Allemand.

 

Darragh Kenny, qui est décidément l’une des révélations de cette saison, a confirmé en signant l’un des deux seuls doubles sans-faute avec Romeo (Contact van de Heffinck). L’Irlandais pouvait être satisfait de sa première participation au Top 10, puisqu’il prenait la 2e place de cette finale : « C’est un sentiment incroyable. Je suis extrêmement reconnaissant de pouvoir monter cette épreuve. Romeo fait toujours tout son possible pour être sans faute. »

Kent Farrington signait donc sa 2e victoire du week-end, puisque l’Américain a en effet remporté le Trophée de Genève jeudi soir avec Creedance et remettait ça avec sa 11 ans Austria 2 (Casall) dans le Top 10. « La première manche était vraiment un gros parcours avec seulement 3 sans-faute. C’était une épreuve fabuleuse. Austria a intégré mon piquet de chevaux cette saison seulement. J’aime beaucoup les petits chevaux avec beaucoup de sang et ils me conviennent bien, car je suis petit. Austria appartient à des propriétaires qui habitent juste à côté de chez moi. Après l’avoir repérée l’an passé, je leur ai demandé si je pouvais la recevoir à Noël ! Je ne l’ai pas reçue en décembre, mais en avril. Depuis, je la construis petit à petit. » Après un tel début de concours, inutile de dire que Kent Farrington sera un candidat sérieux à la victoire dans le Grand Prix Rolex de dimanche.