Cascol Z, champion de Belgique des 7 ans.

15 septembre 2020

Finale délicate, sans juge de paix mais très fautive avec parfois des scores assez lourds. 

Ils seront douze couples pénalisés d’une faute, dont un certain Lionnel Collard Bovy. De retour d’Argentine à 59 ans, l’homme avait déjà connu un week-end faste la semaine dernière avec la 5e place finale de son élève, Charlotte Philippe, dans le Championnat de Belgique de Lanaken, puis une médaille d’argent dans le Championnat de Belgique des 5 ans le lendemain à Lier avec Toucourt du Bois Madame Z (Toulon x Contender). Cette semaine, il n’était à nouveau pas loin avec Havane GP du Bois Madame (Conterno Grande x Landucci).

Ils ne seront finalement que cinq à réussir à se qualifier pour le barrage alors qu’aucun candidat ne sera pénalisé par le temps.

Manuel Thiry sera le premier à s’élancer au barrage comme dans les 6 ans. Le jeune homme n’aura pas manqué ses championnats avec 3 finalistes sur 4 partants, d’autant que Vivolenska (Vivant vd Heffinck x Cornet Obolensky) aura été plus que plaisante lors de cette finale. Malheureusement, son manque d’expérience et son rôle d’ouvreuse ne les auront pas aidés. Dès le deuxième obstacle, la jument est surprise par l’allure vive et la prise de risque, Vivolenska réussit à prendre la tangente, les carottes sont cuites ! Dommage car il s’agissait du dernier parcours sous les couleurs des écuries Tinti, tant pour le cavalier que pour la jument puisque cette dernière vient d’être acquise durant les Championnats par Karel Cox. 

« Je ne peux être que très heureux de la prestation de Vivolenska. C’est une jument qui n’a aucune expérience. Elle est arrivée chez nous il y a trois mois et on a débuté avec elle sur des épreuves à 1m10. Avant le Championnat, nous avions juste fait deux parcours à 1m30 avec elle. Ici, elle a sauté magnifiquement dans les qualificatives avant de réaliser une finale impressionnante. C’est une jument qui a une tête en or et un respect incroyable. En plus du Championnat, elle a été essayée à l’issue des deux épreuves qualificatives et a passé la visite vétérinaire samedi ! Cela faisait beaucoup pour elle. Au barrage, il n’y avait pas beaucoup de candidats et j’étais parti dans l’idée de faire un barrage rapide mais sans prendre tous les risques non plus... mais la jument était juste vraiment fatiguée. C’est dommage mais comment est-ce que je pourrais lui en vouloir après tout ce qu’elle avait fait ? Évidemment, j’étais déçu sur le moment-même... mais mes regrets étaient plus dans les six ans. Je n’ai pas eu de chance en devant partir en première position du barrage dans les deux catégories mais j’avais de grands espoirs de réussir à faire le doublé avec Liza. Je pense vraiment que c’est une jument exceptionnelle qui a été ultra régulière toute la saison. Maintenant, je pense que j’ai essayé, comme toujours de donner le meilleur de moi-même comme je l’ai toujours fait, sans avoir plus de pression que d’habitude, mais peut-être que moi-même je me suis mis un peu plus de pression avec elle car je pensais qu’elle avait toutes les qualités pour réussir ce doublé. Je ne peux néanmoins que remercier Steve Tinti pour le temps que j’ai passé chez lui. Je suis arrivé sans trop d’expérience, il a cru en moi, il m’a donné ma chance et je tiens vraiment à le remercier pour tout ce qu’il m’a permis de réaliser. Je ne veux vraiment retenir que du positif dans toutes cette aventure », glissera Manuel Thiry.

Comme à son habitude, Dayro Arroyave ne se pose pas de questions. En selle sur l’étalon de Zangersheide Cascol Z (Casall x Calvaro Z), le Colombien reste calme et dessine un très beau barrage pour mettre la pression sur ses poursuivants sans exagérer. Contrat rempli avec ce sans-faute en 38’’65.

Deux fautes pour Jeroen Appelen et le puissant Nero de Sémilly (Diamant de Sémilly x Lord Z), ce ne sera pas pour eux non plus. 

Il reste de sérieux candidats mais Gilles Thomas sort lui aussi avec une faute et était de toute façon plus lent avec Carrement J&F Champblanc (Casalito x Cassini). 

« C’est un cheval qui est arrivé chez nous il y a seulement trois mois. C’est un cheval qui appartient à mon cousin Joris van Dijck, comme beaucoup d’autres avant lui. C’est chouette que cette collaboration puisse continuer aujourd’hui avec Gilles. Avec Carrement et Comdero, je pense que nous avons vraiment deux chouettes chevaux. Carrement est un super cheval de sport agréé à l’AES mais qui n’a pas beaucoup sailli. Comdero est un magnifique cheval, véritablement construit en père avec des origines et de très bonnes aptitudes. Je pense que les deux chevaux ont de gros moyens et la qualité pour faire le grand sport. Je suis par contre assez étonné que, durant ce Championnat, on ait vu si peu d’étalons. Les gens pensent sûrement qu’en se cachant, ils pourront saillir plus mais une chose est sûre : ça ne durera pas ! Un bon étalon doit avant tout être un bon cheval de sport ! Hier, j’ai entendu pour la finale beaucoup de gens dire que c’était trop gros. Je ne suis pas d’accord, c’est un Championnat de Belgique. Cela doit nous servir à pouvoir nous situer dans notre travail. Hier, c’était un parcours délicat à 1m45 et je trouve qu’Eugène Mathy a fait du très bon travail. Évidemment, moi, ça ne m’arrangeait pas, je venais avec deux chevaux qui n’avaient quasi aucune expérience alors bien sûr, c’était difficile pour eux... mais ils ont beaucoup appris durant ce week-end. Les chevaux sont arrivés un peu tard chez moi... mais ça, ce n’est pas la faute du chef de piste, c’est de notre faute. Pour un tel Championnat, il faut de toute façon des chevaux avec beaucoup de qualités et ça, je suis heureux car ils ont montré qu’ils en avaient et c’est de bon augure pour la suite. Maintenant, ils vont refaire quelques parcours à 1m35 puis alterner 1m35-1m40 tout l’hiver pour être prêts pour l’année prochaine », expliquera Marc van Dijck, l’homme au cœur de cette nouvelle belle histoire de famille, puisqu’il entraîne son neveu avec les chevaux de son cousin.

Il n’en reste dès lors déjà plus qu’un seul à s’élancer. Dieter Vermeiren s’élance avec l’un des chevaux les plus impressionnant de cette finale, l’étalon approuvé à Zangersheide, Etoile vh Neerheide Z (Emerald van’t Ruytershof x Quannan R), issu de la souche d’Obourg. Le couple préfère rester sage et répète un parcours sans faute en 39’’27 avec une belle médaille d’argent à la clé.

« J’avais vu que les concurrents avant moi avaient fait des fautes. Je voulais donc faire un parcours propre mais surtout sans faute. Je suis vraiment très content du comportement d’Etoile durant ces Championnats car c’était difficile et il a fait cela magnifiquement bien. Je n’ai pas traîné pour autant au barrage, mais je ne voulais pas gâcher les très beaux tours qui ont précédé. Je le monte depuis ses 5 ans. Je le connaissais déjà avant qu’on me propose de le monter et du coup, j’ai accepté de suite. Depuis, il a toujours confirmé ce que je pensais de lui. Je crois que c’est vraiment un cheval pour faire des Grand Prix cinq étoiles ! J’aimerais évidemment que cela puisse être avec moi. Je pense qu’il y a une très bonne connexion entre le propriétaire et moi. Avec Etoile, nous avons un cheval autour duquel on peut construire une écurie alors on peut rêver, même si on sait que dans le monde des chevaux, les choses peuvent changer très vite. Pour ma part, j’ai 21 ans et c’est donc ma dernière année de young riders. Je ne connais pas les chiffres précis mais cette saison, Etoile a beaucoup sailli. Je pense que tout cela est de bon augure pour la suite », nous expliquera Dieter.

Un beau titre de plus pour le colombien Dayro Arroyave grâce à l’étalon de Zangersheide, Cascol Z : « Je suis vraiment très heureux. C’est une victoire qui fait vraiment du bien. Je ne peux que remercier Judy-Ann Melchior de me confier d’aussi bons chevaux. Cela a pris longtemps avant qu’il ne soit vraiment avec moi mais là, nous commençons vraiment à faire équipe. C’est un cheval qui fait énormément de sans-faute et je suis vraiment heureux. Je l’ai monté à 5 ans aux Championnats du Monde, un peu au pied levé, et nous avions été finalistes. Judy-Ann me l’a ensuite confié et cela fait un an qu’il est vraiment avec moi, il est juste reparti faire la monte pendant un mois et demi. Ce qui est fantastique, c’est que même lorsqu’il revient de la saillie, c’est le même cheval. Il est de suite concentré sur son travail. J’adore ce cheval. Actuellement, en équitation, il devient de plus en plus difficile de trouver des chevaux qui nous permettent de rester au haut niveau. L’année prochaine, Cascol prend 8 ans et si Judy-Ann veut bien me le laisser un peu, je pense que je vais vraiment m’amuser avec, d’autant que j’ai d’autres chevaux qui pourront l’accompagner. Aujourd’hui, il n’y avait pas beaucoup de sans-faute alors j’ai préféré faire un bon barrage sans être trop rapide.  Vu les gens qui devaient encore passer, je ne pensais pas du tout avoir gagné en sortant de piste... mais ça a payé », réagira avec son sourire légendaire le Colombien.