Carnet de bord #4 : Laura Vivière, groom de Mark McAuley

05 septembre 2021Auteur : Lea Tchilinguirian

Chefs d’écurie, grooms, photographes… Ils naviguent tous dans les allées des concours et sont indispensables à leur réussite. À l’occasion des championnats d’Europe de Riesenbeck, Studforlife continue de leur donner la parole pour qu’ils nous racontent leur quotidien au cœur de cet événement. Dans ce quatrième volet, c’est au tour de Laura Vivière d’expliquer en quoi consiste ses missions de groom aux côtés de Mark McAuley et Jasco vd Bisschop.

Laura Vivière nous emmène dans cette journée si particulière qui rythme les championnats d’Europe : la finale par équipe. Très organisée, la jeune femme a pour habitude d’écrire le déroulé de ses journées la veille afin de travailler sans stress et sans retard.

3 août 2021,

5h45 : Nouvelle journée, mon réveil sonne ! Quarante-cinq minutes plus tard, j’arrive aux écuries, Nicolas Belin, ostéopathe, est déjà présent. Il a donné du foin à Jasco et Miebello - présent pour courir le CSI 3* qui se court en parallèle du championnat - et jette déjà un coup d’œil à notre bai qui saute l’après-midi. Physiquement, Jasco est raide et a besoin de soins pour être bien à 200%. En piste, il faut qu’il ait été mis dans le confort avant pour tout donner alors Nicolas commence par lui masser les zones qui lui paraissent sensibles. J’en profite pour remettre au propre les boxes, remettre de l’eau, enlever les bandes et regarder les pattes de mes chevaux.

Nicolas Belin, ostéopathe des chevaux de Mark McAuley.

7h20 : C’est l’heure du réveil musculaire de Jasco ! Comme chaque matin ici, j’ai réservé un créneau pour le longer tranquillement : c’est notre routine. Il est très détendu pendant ce stretching d’environ un quart d’heure. Nicolas est avec moi, il regarde le cheval se déplacer. J’adore qu’il soit présent car je suis groom mais je peux tout de même passer à côté de certains détails que peuvent voir les ostéopathes avec leurs qualifications. C’est un vrai confort pour le cheval ! Mon objectif est que mes chevaux repartent du concours en se sentant bien.

7h45 : Je rentre aux écuries, j’en profite pour les nourrir puis m’occuper de Miebello. À dix-sept ans, il peut encore être fou à la longe alors je ne prends pas de risque et je le fais marcher et brouter dans les grandes installations de Riesenbeck. Je termine par le rentrer et aller prendre à mon tour mon petit déjeuner.

8h45 : Deuxième sortie pour Jasco, cette fois avec son cavalier Mark. Il l’a monté environ quarante-cinq minutes. J’en profite que Nicolas soit là et qu’il puisse aller voir le cheval monté pour faire quelques soins à Miebello comme lui mettre l’inhalateur et le seller pour que Mark puisse enchainer. Il me tient toujours informé de son ressenti à cheval.

11h00 : Je mets du foin dans chaque box et change l’eau. C’est important qu’elle soit propre pour inciter le cheval à boire. Nicolas reprend son massage et l’accentue sur les zones plus sensibles de Jasco afin de préparer son corps à l’effort. Ensuite, je m’écarte des boxes pour le laisser se reposer, Jasco est un gros dormeur ! J’ai sacrifié les pions, qui prennent plus de temps à faire que des couettes, d’autant plus que je pense qu’il n’apprécie pas en avoir, et je le laisse se coucher.

Repos de Jasco. Photo : Laura Vivière

12h00 : Je donne à manger aux chevaux et vais déjeuner. En revenant, je suis assez satisfaite car Jasco se repose toujours, couché dans son box. Je m’occupe donc de Mimi – Miebello – et le brosse pour son épreuve du soir.

13h20 : Je recommence à m’occuper de Jasco pour son tour. La steward de la Fédération équestre internationale est venue faire le contrôle thermographique afin de mesurer la température des jambes du cheval. Elle fait ça sur les quatre pattes et teste aussi leur sensibilité. Ce n’est pas présent sur tous les concours mais en championnat, je suppose que c’est une pratique assez régulière. Je me laisse toujours une demi-heure pour le préparer, et, direction la détente ! À ce moment, je suis toujours aussi calme car je suis à l’heure, c’est une routine.

Quelques minutes avant d’entrer dans le paddock de détente. 

14h10 : J’arrive en bord de détente, toujours accompagnée de Nicolas. Je cramponne Jasco en attendant Mark puis le mets à cheval. Mon cavalier est toujours très calme lors de l’entrainement. L’équipe irlandaise est aussi à mes côtés, je sens qu’il y a une bonne entente entre cavaliers et grooms. Pour sauter, je prends le même obstacle que Kevin Staut. On saute rarement très gros, Mark est très à l’écoute de son cheval. Lorsqu’on termine notre détente, nous nous dirigeons au contrôle des guêtres avant de ressauter un dernier oxer et un vertical. La pression monte un peu : on y est ! Sur le « kiss and cry », je filme toujours, et je préfère. Je suis moins tendue en faisant comme ça. Je pense que si je ne filme pas, je ne pourrais pas regarder. Mark et Jasco font une faute en début de parcours. Je me dis « dommage » puis une deuxième. Je les retrouve en sortie de piste et l’amour du cheval prend le dessus. Je donne des bananes à Jasco et me dis qu’on fera mieux la prochaine fois ! Mark prend ensuite le temps de trotter et de marcher le cheval avant de rentrer au box.

15h45 : Je rentre aux écuries et laisse Jasco se rouler, il adore ça ! Je l’emmène ensuite à la douche puis le mets dans les bottes de glaces afin de lui refroidir les membres. À l’arrière, je lui pose les guêtres de glace, je prends toujours soin de mettre des petites serviettes dedans afin que ça ne le brûle pas. Ici, les congélateurs fonctionnent très bien et la glace est assez froide. Avec les pattes mouillées, ça a tendance à coller. Je lui laisse environ vingt minutes. Pendant ce temps, je lui applique de l’argile sur les épaules et le grasset puis je fais mes cuirs. Je lui ai aussi préparé une petite gamelle de foin pour qu’il mange un peu et redescende en pression.

16h45 : Lorsque je lui enlève tout ça, je le laisse se reposer et vais m’occuper de Mimi. Entre-temps, je pose de l’argile aux jarrets et genoux de Jasco puis les bandes de zinc aux quatre membres. Elles sont également conservées au congélateur donc une fois posées elles sont froides. Le zinc est très bon pour la peau et agit de manière à tenir le tendon afin d’éviter que la jambe s’engorge. C’est un bon outil, mais ça ne va pas à tous les chevaux ! Nicolas le regarde un peu après son effort mais il le massera plus en détail le lendemain puisque nous n’avons pas d’épreuve. Nous lui avons donné beaucoup d’attention aujourd’hui et moins à Mimi malheureusement. J’essaie toujours de bien équilibrer mon temps mais c’est aussi le jeu des championnats.

Miebello a aussi le droit à ses moments de détente pour brouter.

17h30 : Je selle Miebello pour son épreuve dans le CSI 3* et direction la piste ! Mark l’a vraiment bien senti au paddock même s’il fait lui aussi deux fautes en piste.

19h00 : Retour au box, je le douche et mets la glace. J’en profite également pour les nourrir, terminer les cuirs, remettre l’eau et faire leurs boxes. Je m’octroie ensuite une petite pause pour aller diner.

21h00 : J’effectue ma night check en terminant les soins à Miebello et lui pose ses quatre bandes. J’ajoute du foin à chacun pour la nuit afin qu’ils aient assez à manger. Je leur mets les couvertures, ferme leurs fenêtres, fais un dernier bisou. Bonne nuit les chevaux.

Crédit photos : Léa Tchilinguirian

AuteurLea Tchilinguirian