Ben Maher, à l’assaut du titre olympique ?

03 August 2021Auteur : Eléonore Magnien

Coup d’envoi pour les épreuves de saut d’obstacles. Tous les favoris à commencer par Ben Maher et Explosion W ont répondu présent lors de cette première qualificative. Tous, à l’exception de Steve Guerdat et des Américains. 

Cet après-midi, c'était au tour des cavaliers de saut d'obstacles de fouler la piste du stade de Baji Koen pour courir la première qualificative individuelle. Pour construire ce parcours de la manière la plus juste possible, le chef de piste Santiago Varela a bien dû passer quelques nuits blanches. Il fallait qu’il soit assez délicat pour faire le tri parmi les meilleurs mondiaux mais pas trop pour ne pas mettre à mal les cavaliers des nations émergentes, pour qui enchaîner un parcours à 1,60m représente déjà un défi en soi. La présence de ces dernières est une volonté du Comité international olympique (CIO) : en réduisant le nombre de cavaliers par équipes à trois, l’objectif était d’ouvrir les sports équestres et le saut d’obstacles à davantage de pays. Il y en avait pas moins de trente-cinq représentés aujourd’hui, tous avaient le même objectif : qualifier le maximum de couples pour la finale de demain.  

Trente candidats pour une médaille

Avec seulement trente places mises en jeu pour soixante-treize couples au départ, il n’y avait pas vraiment le droit à l’erreur. Certains ont su tout de suite tirer leur épingle du jeu à l’instar du Japon qui a réalisé le bel exploit de qualifier ses trois cavaliers (Eiken Sato, Koki Saito et Daisuke Fukushima), tout comme l’Irlande (Bertram Allen, Cian O’Connor et Darragh Kenny), la Suède (Malin Baryard-Johnsson, Peder Fredricson et Henrik von Eckermann), la Belgique (Niels Bruynseels, Jérôme Guery et Grégory Wathelet) et la Grande-Bretagne (Scott Brash, Harry Charles et Ben Maher). 

Ben Maher et Explosion W parfaitement à l'aise sur la piste de Tokyo © Sportfot.com

Ben a d’ailleurs été le cavalier le plus rapide de la journée et s’affirme comme l’un des grands favoris de ce championnat. Lui qui a longtemps souffert de maux de dos s’est fait opérer l’année dernière. “Je devais avoir un physio avec moi en permanence lors de mes déplacements, je ne pouvais pas très bien marcher. Je me sentais plus à l’aise à cheval mais la vie n’était pas facile”, expliquait-il. Pourtant à cette période, il était déjà redoutable avec Explosion W (Chacco Blue) : ils avaient remporté sept Grands Prix 5* et manqué de peu une médaille d’or aux championnats d’Europe de Rotterdam. Maintenant qu’il est en pleine possession de ses moyens, nul ne doute que le Britannique sera un concurrent à surveiller. Ce nouveau format olympique pourrait d’ailleurs jouer en sa faveur. La finale individuelle se court avec des scores remis à 0 sur le format d’un Grand Prix, ce qui privilégie sans aucun doute les chevaux rapides, à l’instar d’Explosion, Clooney 51 (Cornet Obolensky), Killer Queen (Eldorado vd Zeshoek), H&M All In (Kashmir van Schuttershof)… Toutefois bien malin celui qui saura prédire le vainqueur. Plus de la moitié des couples qualifiés est en réalité capable d’accrocher une médaille mais le sport peut réserver bien des surprises, l’épreuve d’aujourd’hui l’a encore prouvé. En effet, qui aurait cru que cette qualificative priverait Steve Guerdat, Kent Farrington et le reste des Américains de finale ? 

Steve Guerdat et Kent Farrington, rendez-vous loupé 

Pour Kent Farrington et Gazelle, l'or olympique ne sera pas pour tout de suite © Sportfot.com

Au début de la qualificative, les sans-faute n’ont pas été nombreux. Le fait que l’épreuve se déroule en nocturne n’a sans doute pas aidé, certains chevaux ont semblé un peu impressionnés par l’éclairage et le parc d’obstacles coloré proposé par les Japonais. Les Français peuvent en témoigner : Quel Filou 13 (Quidam’s Rubin) et Vancouver de Lanlore (Toulon) ont refusé net à l’approche du numéro 10, mettant ainsi fin aux espoirs de Mathieu Billot et Pénélope Leprevost. Seul leur dernier représentant, Nicolas Delmotte, reste encore en lice. En pleine confiance après ses victoires à la Baule et à Chantilly, le Nordiste a déroulé une partition parfaite avec Urvoso du Roch (Nervoso) et il n’a pas été le seul. 

Il est vite apparu qu’il fallait éviter la moindre barre si l’on espérait se qualifier pour la suite. Finalement, il y a eu vingt-cinq parcours sans-faute et cinq autres avec un peu de temps dépassé. Tous les couples ayant poussé une barre à terre en resteront là. Parmi eux, Steve Guerdat et Venard de Cerisy (Open Up Semilly). “J’ai sous-estimé cette spa parce que c’est justement l’un des obstacles que mon cheval préfère. C’est pourquoi je prends la responsabilité de cette faute”, a-t-il avoué. Lorsqu’on connaît l’appétit du Suisse pour les médailles, il n’est pas difficile d’imaginer sa déception ce soir, tout comme celle de Kent Farrington. Le palmarès de l’Américain n’est plus à présenter tant il est long comme le bras. Cinquième place à Rio, il aspirait cette fois-ci à une médaille avec Gazelle (Kashmir van Schuttershof), gagnante du difficile Grand Prix d’Aix-la-Chapelle. Mais ni lui, ni ses compatriotes Jessica Springsteen et Laura Kraut, n’ont réussi à boucler ce tour sans renverser une barre. Gageons qu’ils sachent se remobiliser pour le championnat par équipe qui débutera jeudi. En attendant, rendez-vous pour la finale individuelle demain à 12h (heure française). 

Les résultats complets

L’ordre de départ de la finale

Avec communiqué - Photo à la Une : Ben Maher et Explosion W © FEI/Christophe Tanière

AuteurEléonore Magnien