Arsouille du Seigneur sous couleurs américaines.

01 May 2019

Il y a quelques semaines, Arsouille du Seigneur (Schilling x Chellano Z) a fait ses débuts sous la selle de Giovanna Rinaldi avec à la clé une seconde place dans le Grand Prix** d'Eschweiler. Il n'en fallut pas plus pour que l'affaire soit conclue dans les jours qui suivent entre Robert Breul et Helena Stormanns. L'allemande avait confié le frère utérin de l'étalon de Zangersheide, Aganix du Seigneur, à sa cavalière américaine avec des premiers résultats très encourageants. 

"Arsouille avait l'âge d'être vendu, c'était le moment. Helena avec qui je travaille régulièrement m'avait déjà demandé le cheval à de nombreuses reprises mais je n'étais pas vendeur. Néanmoins, comme elle me l'avait demandé, je l'ai appelée pour lui signaler que j'avais décidé de mettre Arsouille sur le marché et elle a directement bondi sur l'occasion. Je lui avais conseillé de le débuter sur 1m30 puis 1m40, ce qu'ils ont fait et comme ils ont fait les deux épreuves sans-faute, ils se sont retrouvés qualifiés pour le Grand Prix avec une seconde place finale ! Je suis évidemment heureux de ces beaux débuts et heureux que le cheval puisse intégrer une bonne maison. 

Sportivement, c'est plus difficile car en plus d'Arsouille, j'ai également vendu U-Two d'Esquelmes (Quidam de Revel) au Canada ainsi que l'année dernière son frère utérin Fair Play d'Esquelmes (Darco) qui évolue désormais avec succès sous la selle de Jérôme Hurel et entre les deux Upicor Manathis (Lupicor) que j'avais confié à Alban Notteau et qui évolue aujourd'hui avec succès avec Frédérique Fabre Delbos. Du coup, je n'ai plus qu'un seul cheval de 8 ans, Balymoss du Reverdy (Cacao Croucelle x Quidam de Revel, issu de la souche de Godsend du Reverdy)... que je viens de confier à mon fils Hugo qui, après l'avoir essayé, m'a dit qu'il ne comptait plus me le rendre ! Néanmoins, je pense que cela fait partie de mon métier, j'ai toujours vendu les chevaux que j'ai formés. Le commerce représente 50 % de mes activités ... mais cela ne change rien à ma motivation de retrouver le haut niveau. Arsouille fait partie des meilleurs chevaux que j'ai pu monter dans ma carrière. J'ai eu la chance de le croiser et de pouvoir évoluer avec lui jusqu'au niveau quatre et cinq étoiles... mais je ne désespère pas de revenir une nouvelle fois dans le grand sport, bien au contraire ! Je n'ai qu'une idée en tête, c'est me refaire une écurie de haut niveau en achetant de bons jeunes comme je l'ai toujours fait. Je vais donc me concentrer sur mes jeunes chevaux et chercher à acquérir de bons jeunes chevaux dans les semaines et mois qui viennent mais je  suis également ouvert à toute proposition de partenariat pour y arriver. Le sport, c'est ce qui me fait vibrer et cela me motive d'autant plus que nous avons actuellement en place un staff fédéral de grande qualité pour le saut d'obstacle avec des hommes de chevaux."  nous expliquera Robert Breul.