Anvers sous pavillon français !

29 April 2010

CSI**** Anvers

Toujours aussi chic et atypique, le concours d'Anvers aura une nouvelle fois réuni un très beau plateau pour cette tournée internationale belge du mois de mai.

Il ne faudra pas attendre très longtemps pour voir le premier sans faute puisque l'Egyptien Abdel Said s'emploiera pour ramener Avenir sans pénalité à l'écurie avec un tellement bon temps que le jury décidera de raccourcir le temps alloué.

Gregory Wathelet se fera piéger sur l'entrée du triple avec Wonami vd Aard (Bon Ami) alors que la Danoise Emilie Martinsen se fera quant à elle piéger sur l'élément central avec l'étalon VDL Alcantino (Ahorn) tout comme Philippe Rozier et son puissant Randgraaf (Burgraaf). Maurice van Roosbroeck avait bel et bien fait le plus dur … mais Dylano (Cento Lano) passera la ligne d'arrivée avec un petit point de temps de dépassement. Même mésaventure pour Samantha Mc Intosh et son fidèle Loxley (Lennon) ou encore Pilar Cordon et Herald 3 (Heraldik xx) à la grande fureur de Gilbert de Roock. La Hongroise Mariann Hugyecz et Cash 51 (Concerto II) écoperont quant à eux de deux points pour temps dépassé.

Wilm Vermeir se fera piéger en tout début de tour avec le jeune Bernadien van Westuur (Toulon) tout comme Gianni Govoni avec Aboyeur W (Anmarsch).

Katharina Offel et La Bomba (Cor de la Bryère) pensaient bien faire partie de la seconde manche jusqu'à ce que l'ultime obstacle ne s'écroule, c'est dur. La même désillusion arrivera à l'Américaine Nicole Simpson et son impressionnant Tristan (Lancelot) ainsi que Jeroen Dubbeldam et BMC Van Grunsven Simon (Mr Blue).

Ils seront finalement 13 à prendre part à la seconde manche au chronomètre, 10 sans faute et 3 pénalisés d'un point de temps.

Ces trois premiers auront un peu de mal à mettre la pression sur leurs poursuivants puisqu'ils écoperont chacun d'une faute. Pilar Cordon se faisant piéger sur l'entrée du défunt triple alors que Maurice van Roosbroeck accrochera la sortie.

Les choses sérieuses commenceront dès lors avec Daniel Deusser et Cabreado SE Z (Canabis Z) mais l'Allemand se fera également avoir sur l'entrée du double. Jos Lansink entre en piste mais avec le jeune Calimero van't Roth (Darco), on s'attend à voir un simple tour de travail malgré l'enjeu. Pourtant, notre champion du monde affine ses trajectoires et son nouveau prodige répond parfaitement et de manière très impressionnante en bouclant le premier double sans faute en 43''03. « C'est peut-être une surprise pour beaucoup, mais pas pour moi. Je sais depuis très longtemps que j'ai un véritable cheval d'avenir dans mes écuries grâce à Calimero. J'ai tourné un peu au barrage mais j'ai quand même été raisonnable car je n'avais aucune chance contre d'autres chevaux plus expérimentés. Calimero n'a que 8 ans, je vais donc lui laisser prendre son temps même s'il devrait encore faire 3 ou 4 Grand Prix comme ceci durant la saison. » expliquera Jos Lansink. Derrière, c'est un autre Belge et un autre 8 ans. Les barres montent mais Va-Vite (Heartbreaker) est toujours là, fidèle à lui-même. Malheureusement, il ne pourra éviter une petite faute sur le mur placé en deuxième position perdant tout espoir. « C'est dommage mais je suis content de Va-Vite, c'est un beau départ pour son premier Grand Prix à ce niveau. Il va maintenant falloir bien le gérer mais j'ai la chance d'avoir actuellement d'autres chevaux qui vont me permettre de lui laisser prendre son temps » réagira Patrick Spits qui cède sa place sur la piste à un autre fils de Heartbreaker qui avait également débuté sa carrière chez lui.

Prendre le temps, ce n'est pas vraiment dans le vocabulaire de Pénélope Leprévost qui passera la seconde avec un Topinambour qui aura tout fait pour ne pas toucher les barres avec un passage de dos parfois très spectaculaire et cela paie : la Normande améliore le chrono de Jos Lansink de plus d'une seconde : 41''85, nouveau temps de référence.

L'Américain Richard Spooner part sur les chapeaux de roues et pas besoin d'être devin pour voir qu'il est plus rapide … mais il ne peut éviter la faute sur la palanque qui suivait le double alors qu'il abaissera le chronomètre de plus de … 5 secondes, tout simplement !

Chez Vincent Voorn tout est toujours réfléchi et c'est le cas, une nouvelle fois. Millimètre par millimètre, le Batave grappille du terrain jusqu'au dernier obstacle où la barre tombe … malgré deux secondes d'avance !

Après un magnifique premier tour, Pieter Devos revient avec une Quilaja St Maarten (Kannan) en pleine progression. Le talent belge 2009 n'est pas là pour faire de la figuration et il attaque mais malheureusement loupera complètement l'entrée de la dernière ligne en écrasant le spa.

« Je suis vraiment déçu car tout allait très bien, j'avais une bonne distance puis la jument s'est décalée un peu dans le virage et j'ai perdu ma distance … c'est vraiment rageant. D'un autre côté, je suis content car elle a vraiment bien sauté et c'est vraiment de bon augure pour la suite ». Les distances, Abdel Said les a trouvées. Parfois un peu tiré par les cheveux, mais l'Egyptien aura su obtenir le meilleur d'Avenir (Phin Phin) avec une dernière ligne somptueuse : 36''78. Cela semble tout simplement imbattable ! Pourtant, Timothée Anciaume ne se laisse pas démonter et utilise la galopade d'un Lamm de Fétan une nouvelle fois très impressionnant et qui surprend tout le monde en arrivant avec seulement quelques dixièmes de retard. « En fait, le tracé ne m'avantageait pas trop car dans la ligne entre le double et la palanque, je ne pouvais pas faire une foulée de moins et là où les autres poussaient un peu, j'ai été obligé de retenir un peu Lamm perdant un peu de temps après l'obstacle pour le relancer … cela se joue parfois à peu de choses. » Il n'est reste dès lors plus qu'un mais avec la démonstration de Lamm, on se dit que finalement, peut-être que Simon Delestre peut le faire ! Le Lorrain ne laisse planer aucun doute : il attaque, passe toutes les difficultés sans souci avec un Napoli du Ry (Baloubet du Rouet) tout simplement fantastique avant de finir au grand galop sur la dernière ligne : 36''78, c'est gagné ! « Lorsque je suis rentré, Kévin Staut m'a dit qu'il y avait moyen d'enlever une foulée dans la première ligne et que personne ne l'avait fait. J'ai donc de suite galopé même si à un moment, j'ai un peu douté que ce soit vraiment possible mais Napoli à une telle action que cela est passé sans problème et après, je n'avais plus le choix, il fallait continuer je ne pouvais pas avoir pris ces risques pour reprendre sur la dernière ligne. Je suis vraiment content car Napoli avait eu un peu de repos et c'était son premier concours extérieur. Le premier jour, il était un peu chaud mais aujourd'hui, il était parfait et quand il est comme ça, on a vraiment l'impression que rien ne peut lui arriver. Maintenant, nous allons lui aménager son programme car il n'aime pas trop sauter sur l'herbe et comme les championnats du monde se déroulent sur le sable, nous avons pris la décision avec Laurent Ellias de ne pas l'ennuyer avec l'herbe. »